S  T  E  D  I  T  I  O  N  S
LIVRES ET ROMANS LGBT

Synopsis Lana Queen, substitut du procureur à Los Angeles est une femme à qui tout sourit. Belle, élégante, intelligente et ambitieuse, il ne lui manque qu'une seule chose : l'Amour. Après des relations infructueuses toutes vouées à l'échec, elle finit par se résigner. Mais c'est sans compter ses deux plus proches amies qui, tour à tour, vont lui présenter deux jeunes femmes... A circonstances exceptionnelles, rencontres exceptionnelles. Sans le savoir, celles que Lana va rencontrer sont soeurs, Emma et Kelli, fausses jumelles. Elle devra pourtant faire son choix entre les deux... 

Format numérique uniquement pour les Membres Premium

Format livre disponible sur :

 

 


 

En tant que substitut du procureur, Lana Queen venait de terminer son réquisitoire dans le cadre d'une enquête sur le viol aggravé d’un jeune garçon de onze ans. Deux prévenus avaient été amenés devant le tribunal, un couple suspecté d'avoir kidnappé le jeune Matthew Collins. Cloîtré dans une cave pendant quatre années, le jeune garçon aujourd'hui âgé de onze ans avait vécu l'enfer, subi des sévices, avait été filmé, pris en photo, forcé à l'esclavage. Son père biologique, Joey Collins avait fini par retrouver des clichés sur Internet avant de les signaler à la police. Après quinze jours d'audience, le jury avait tranché, jugeant coupables Andrea et Don Hanson, les condamnant à soixante-cinq ans de prison pour divers chefs d'accusation : enlèvement, viol en réunion, diffusion de photos pédopornographiques et séquestration.

Comme chaque fin de procès, la condamnation sévère des accusés arrivait comme une libération pour Lana Queen. Saluée par les parents, félicitée par son assistant, elle rangea le dossier dans son attaché-case qui rejoindrait les affaires classées dans les archives des sous-sols du bureau du procureur.

La salle d'audience se vidait peu à peu. Le juge repartait, ainsi que le jury, les spectateurs et autres journalistes venus prendre note du verdict final. Angela Benson approcha enfin :

— C'était bien joué.

— Merci, répondit Lana. J'espère que le petit Matthew  bénéficiera d'un bon suivi psychologique.

— Nous avons donné à ses parents quelques adresses. Je pense qu'il s'en sortira.

Lana récupéra sa veste noire qu'elle ajusta par-dessus son chemisier blanc. Elle arborait toujours une tenue élégante et soignée. Son sac à main sur l'épaule, sa sacoche dans l'autre main, elle suivit Angela entre les bancs, ses talons résonnant dans la salle vide. Son amie était aussi une collègue de travail, pour ne pas dire une subordonnée. En tant que substitut du procureur, Lana travaillait et suivait les procédures en collaboration avec la brigade de police de Los Angeles où Angela Benson travaillait comme inspecteur.

— Tu viendrais prendre un verre avec nous pour fêter ça ? lança Angela en marchant à ses côtés dans le couloir du tribunal.

— Non je dois voir une amie.

Angela plissa les yeux :

— Tu as un rendez-vous ?

— Je dois retrouver Gabrielle en ville.

Une fois dehors, Angela s'arrêta devant elle, au sommet des grandes marches.

— Tu te souviens quand tu me disais que je manquais d'un peu de compagnie pour pallier aux angoisses et au stress dus à mes enquêtes ?

Lana leva les sourcils :

— Tu étais devenue dépressive.

— Et tu vas finir par le devenir si tu ne prends pas un peu de bon temps et assez de recul sur tes dossiers. Un peu de compagnie te ferait du bien à toi aussi.

— Je n'ai pas besoin de compagnie, avoir quelques amies me suffit.

— Amies ne signifie pas "petite amie", rappela Angela.

— Ca me convient, se défendit Lana. Maintenant laisse-moi passer, je vais être en retard.

Angela se poussa malgré la mauvaise foi de son amie et toutes les deux descendirent les marches :

— J'aimerais te présenter quelqu'un, reprit-elle d'un air très sérieux. Le Sergent du SWAT. Je t'en ai déjà parlé.

Lana roula des yeux :

— Je suis assez grande pour faire des rencontres. Je n'ai pas besoin d'un chaperon.

— Elle est pourtant très charmante, je suis sûre qu'elle te plairait. Elle est jeune, dynamique, drôle... Un brin masculine.

Cette fois, ce fut au tour de Lana de s'arrêter à hauteur de sa Mercedes noire garée le long de Pearl Street.

— Angela, stop... Je ne suis pas intéressée. Ma vie telle que je la mène me convient.

— Cette fille est une perle, la trentaine, elle aimerait même avoir des enfants.

Angela usait d'un argument de poids, songeait Lana qui s'était résolue depuis de nombreuses années à ne plus avoir d'aventures, toujours déçues par les amantes avec qui elle sortait.

— Je dois y aller. Tu enverras le bonsoir aux autres.

— Comme tu veux... Mais réfléchis à ma proposition.

— Je n'ai pas besoin de réfléchir... A plus tard !

Elle ouvrit la portière de sa voiture et s'installa derrière le volant tandis qu'Angela repartait de son côté. Elle vérifia sa montre, mesurant qu'elle était quelque peu en retard. Elle récupéra son téléphone et numérota avant d'entendre la voix de son amie :

# Oui ?

— C'est moi Gaby, je sors du tribunal, j'arrive tout de suite.

# Pas de problème, je t'attends de toute façon, à tout de suite.

— Merci...

Elle raccrocha et démarra afin de se mettre en route. Il était bientôt sept heures et la circulation en direction du centre de Los Angeles serait dense. Elle roula donc jusqu'au parking situé non loin de Park Avenue et prit le métro jusqu'à la station sur la 86ième. Gabrielle, une consœur et amie, était avocate spécialisée dans les divorces et l'attendait dans l'excellent restaurant "le Burlington" situé au croisement de Columbus et de la 86ième. Elle entra et se fit accueillir par un serveur.

— Madame Queen, votre amie vous attend à votre table habituelle.

— Je vous remercie, Steven...

Son sac sur l'épaule, Lana le suivit à travers la salle. D'autres clients étaient installés, discutaient, dînaient. Mais ce fut arrivée à sa dite table que Lana fronça les sourcils.

— Il doit y avoir une erreur, dit-elle en voyant la blonde installée qui n'avait rien à voir avec Gabrielle.

— Tenez, Madame Waters m'a remis cette enveloppe pour vous, dit Steven.

Lana demeura confuse et récupéra l'enveloppe en voyant que la jeune femme blonde la regardait d'un léger sourire. Elle lut les quelques mots inscrits sur la carte :

"Elle s'appelle Kelli, c'est la fille dont je te parlais, passe une bonne soirée,

Gaby".

L'espace d'un instant, Lana se demanda s'il n'était pas question d'un complot entre Angela et Gabrielle, bien que ses deux amies ne se connaissaient pas.

— Ca ira, madame Queen ? demanda le serveur.

Le malaise soudain qui venait de la saisir répondait à cette question mais elle força un sourire.

— Oui, merci Steven...

Ce dernier s'éloigna et Lana reporta son regard sur la jeune femme.

— Je...

— Vous n'étiez pas au courant, c'est ça ?

Celle-ci était perspicace en plus d'être tout à fait charmante, songea Lana malgré elle.

— Vous l'étiez ? tenta la concernée d'un air plus incertain.

Son interlocutrice, Kelli Nollan, se leva sans quitter son sourire et tira la chaise devant Lana Queen. Le descriptif et les superlatifs employés par Gabrielle, la femme d'un de ses amis, avaient été plutôt justes. Cette femme dégageait une beauté sensuelle à toute épreuve. Très féminine, un soupçon autoritaire au premier abord, Lana répondait à ses critères de "sélection", du moins pour l'instant.   

— J'avais compris qu'il s'agissait d'un rendez-vous arrangé... Mais asseyez-vous. Maintenant que vous êtes là, on peut au moins faire connaissance.

Elle tendit la main en direction de Lana et ajouta :

— Je m'appelle Kelli. Ravie de vous rencontrer.

Lana la lui serra, incapable de dire sur l'instant si elle souhaitait étrangler sa meilleure amie ou la remercier. Sa nervosité prenait le dessus sur le fait accompli de ce rendez-vous arrangé. Elle s'installa, incapable de faire demi-tour. Cette jeune femme s'était déplacée pour la rencontrer, autant manipulée par Gabrielle qu'elle l'était, Lana ne pouvait décemment pas la renvoyer d'où elle venait. Elle s'installa, quelque peu troublée.

— Ecoutez, je suis désolée mais je ne savais pas que... Qu'il était question de ça... Ce n'est pas dans mes habitudes de demander à mes amis de m'aider à rencontrer d'autres personnes.

Kelli ne cessait d'observer cette femme devant elle. Heureusement, Gabrielle lui avait donné son prénom parce que Lana avait omis de le lui dire. Un léger sourire aux lèvres, elle appréciait ce que son regard détaillait sur ses traits.

— Moi non plus, mais Gabrielle est une femme persuasive et je constate qu'en plus, elle n'a pas menti...

Lana n'osa pas demander sur quel sujet Gabrielle n'avait pas menti en constatant le regard bleu et éloquent que la jeune femme blonde lui portait. Celle-ci ne devait pas avoir loin de la trentaine. Plus que charmante, habillée de façon décontractée et garçonne, ses cheveux longs et blonds tombaient sur ses épaules dénudées qui dénotaient une carrure athlétique. Lana se souvenait parfaitement de ce que Gabrielle lui avait dit sur Kelli Nollan dont elle avait dû lui parler une dizaine de fois ces dernières semaines. Elle rentrait dans ses "critères" avec sa petite gueule d'ange, ses yeux bleus, ses cheveux dorés et sa voix rauque. Son amie la piégeait en beauté sans que Lana ne soit capable de lui en vouloir. Elle eut un sourire plus incertain, assurément plus embarrassé qu'elle ne l'aurait voulu.

— Bien... Puisqu'on est là, tenta-t-elle... Autant commander quelque chose à boire.

Elle fit signe à Steven d'approcher et ce dernier arriva :

— Oui, madame Queen ? Vous êtes prêtes à commander ?

— Je prendrai un verre de blanc, s'il vous plait.

— Et un whisky glace, merci, suivit Kelli.

Le serveur s'éloigna avec les commandes et Kelli reposa ses yeux sur Lana assise face à elle. Comment ne pas la regarder ? Finalement, Chris, le mari de Gabrielle, son meilleur ami avait raison d'affirmer que toutes les amies de sa femme étaient des bombes. Il l'avait d'ailleurs convaincue de suivre les conseils de Gabrielle pour ce rendez-vous... Elle se réjouissait de constater que malgré le faux-plan de Gabrielle, Lana prenait le temps de la discussion.

— Puisqu'on vient de commander, j'ai au moins vingt minutes devant moi pour apprendre à vous connaître... Gabrielle m'a dit que vous étiez une femme très occupée...

Lana ne pouvait s'empêcher de la détailler. De sa façon de parler à sa posture, Kelli Nollan dégageait une assurance agréable et avait dû séduire bien des jeunes femmes avant elle. Elle était assise de côté, son coude sur le dossier de la chaise, très décontractée tandis que Lana se tenait droite, accoudée à la table et les mains jointes devant elle.

— Je suis substitut du procureur, annonça-t-elle. Et j'aime particulièrement mon travail qui occupe effectivement une grande partie de mon temps.

Car nombre de ses anciennes amantes fuyaient quand elle annonçait ses principales occupations. Elle reprit aussitôt.

— Et vous ? Que faites-vous dans la vie ?

Kelli se redressa, ayant remarqué le retour rapide de sa question posée. Lana ne semblait pas s'étendre sur son travail qui n'avait pourtant rien d'ordinaire. Lana lui apparaissait comme une femme, une vraie jusqu'au bout des ongles qu'elle avait peints de rouge. Elégante, polie, ses cheveux d'un noir d'encre faisaient ressortir ses yeux sombres et hypnotiques.

— Non, non, vous n'allez pas vous en sortir comme ca, répondit-elle, amusée. Puisque vous aimez votre travail, vous pouvez m'en dire un peu plus... Quelle est la différence entre substitut du procureur et procureur ? Vous le remplacez quand il est malade ou un truc comme ca ?

Le serveur s'approcha et déposa les deux verres commandés. Elles le remercièrent et il ne tarda à pas à s'éloigner pour les laisser reprendre leur discussion.

— Le procureur est mon patron, c'est lui qui donne les ordres et décide de la mise en place des poursuites. Je représente son autorité au tribunal et auprès des agents en charge des arrestations.

Kelli prit un bref instant pour assimiler ces explications et but une gorgée de whisky avant de demander encore :

— Et j'imagine que tous les criminels de la ville vous en veulent... Vous êtes celle qui décide de leurs peines, c'est ca ?

Lana s'accouda, ses doigts repliés contre sa joue. Elle ne pouvait s'empêcher de détailler Kelli Nollan en songeant à la possibilité que celle-ci puisse réellement s'intéresser à elle.

— Non, d'une façon générale, je propose les peines et je suis en mesure de les négocier avec l'avocat de la partie adverse, répondit-elle. Le juge est seul à prendre la décision finale après délibération du jury.

Elle eut un léger sourire et demanda :

— Et j'aimerais aussi que vous me répondiez car contrairement à vous, Gaby ne m'a pas donné les détails de vos activités.

— Ca, c'est parce qu'elle veut pas comprendre ce que je fais, répondit Kelli avec un léger sourire. Elle et moi, on n'est pas de grandes amies...

Autant se montrer honnête avec son interlocutrice plus que charmante si elle voulait une suite à ce tête-à-tête, songea Kelli. Elle remua ses glaçons dans le whisky qui tintèrent contre le verre.

— En fait, je la connais parce que son mari, Chris, est mon meilleur ami... On travaille ensemble. Je suis Marine comme lui. Vous voyez ? Rien à voir avec les tribunaux et les beaux tailleurs...

Ce qui expliquait les côtés "garçon manqué" et la carrure de Miss Nollan, songeait Lana. Elle appréciait sa franchise et savait d'expérience que Gabrielle ne se faisait pas beaucoup d'amis en raison de son mauvais caractère.

— Alors, nous avons ça en commun, répondit Lana d'un léger sourire. Nous défendons toutes les deux des valeurs auxquelles nous croyons.

Kelli esquissa un sourire et fit tinter son verre contre le sien.

— Ca fait déjà une bonne raison de poursuivre la conversation...

Kelli n'aurait jamais cru si bien dire. Leur discussion continua sur d'autres questions, certaines plus sérieuses, d'autres moins. Le serveur revint, nota les plats qu'elles avaient commandés et le repas se poursuivit sur fond d'échanges de points de vue ou de plaisanteries. Elles apprirent l'une et l'autre leurs goûts en matière de nourriture, leurs plaisirs en dehors du travail, leurs projets éventuels. Le temps s'écoula, les gens présents dans le restaurant partirent les uns après les autres jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'elles. Kelli confia sa carte au serveur pour payer l'addition et reposa les yeux sur Lana Queen assise devant elle. Après plus de trois heures à discuter, elle ne regrettait pas de s'être laissée embarquer dans ce rendez-vous prévu par Gabrielle. Sous ses airs autoritaires de grande dame, Lana recélait des charmes redoutables. Son rire, sa façon de rester élégante en toutes circonstances la séduisaient. Pourtant, Kelli savait que l'alcool avait un peu débridé ses manières, effacer quelques-unes de ses retenues. Le serveur lui ramena la carte et Kelli se leva en le remerciant. Elle récupéra la veste de Lana sur sa chaise et la lui déposa sur les épaules.

— Est-ce que vous avez un couvre-feu ou vous voulez poursuivre la soirée ? lui demanda-t-elle sans hésiter.  

Lana mesurait parfaitement les implications de la demande de Kelli. Il était bientôt minuit et poursuivre la soirée impliquait bien des choses. Elles passèrent la porte du restaurant et la brise plus fraîche de l'extérieur eut le mérite de lui rappeler qu'elle travaillait le lendemain. Se laisser aller à diverses envies n'était plus de son âge même si le regard azur de Kelli dans le sien la faisait réfléchir à deux fois à sa proposition.

— Je dois rentrer, dit-elle, mais...

Que pouvait-elle dire sans trop en dire justement? Kelli lui plaisait, elle devinait cette attirance réciproque et devait pourtant réfréner ce qui lui passait par la tête afin de prendre le temps de la connaître. Elle sortit une carte de visite de son sac à main et la lui tendit :

— Appelez-moi en fin de semaine.

Kelli se retrouvait déçue mais pas désespérée pour autant. Le simple fait que Lana lui confie sa carte prouvait que celle-ci avait envie de la revoir. Après tout, elles venaient à peine de se rencontrer et n'en étaient qu'à leur premier rendez-vous. Alors Kelli devrait se montrer patiente...

— Ca fait trois jours à attendre, ça, répondit-elle. Ai-je au moins le droit de vous accompagner jusqu'à votre voiture ?

Le regard de Lana dut trahir ses déductions sur cette autre demande. Kelli Nollan se montrait galante et protectrice et après leurs discussions variées, notamment sur les déplacements de Kelli en Irak, en Afghanistan ou au Pakistan, Lana devinait que la jeune femme était au moins officier chez les Marines.

— Vous pouvez, répondit-elle.

Elles se mirent en marche vers la rue où Lana s'était garée. En réalité, celle-ci se surprenait à vouloir faire durer cette rencontre qui lui avait rappelé ce que pouvaient être certaines émotions lors d'un premier rendez-vous. Une question lui vint à l'esprit et elle demanda :

— Combien de temps restez-vous à Los Angeles?

Kelli ne quittait pas son sourire, satisfaite de ce rendez-vous arrangé. Lana répondait à ses exigences en matière de femme. Non seulement, elle était belle et sensuelle, mais elle avait un cerveau et savait s'en servir.

— Je suis instructeur alors je ne suis plus la première à être envoyée en mission... Ca me laisse le temps de faire de nouvelles rencontres et de prolonger mes soirées quand elles valent le coup.

Arrivées devant un coupé Mercedes noir, Lana s'arrêta, les clefs en main et Kelli leva les sourcils, impressionnée.

— Jolie voiture, commenta-t-elle.

Elle jeta un œil intéressé sur le véhicule avant de regarder la belle brune avec qui elle venait de passer sa soirée.

— Vous savez, reprit-elle. On a bu de l'alcool, Maître, et la loi est claire à ce sujet...

Lana eut un sourire charmé en surprenant le petit air insolent que prenait Kelli tout en l'appelant par la dénomination de son poste. Elle appuya cependant sur le bouton de sa télécommande qui déverrouilla les portières avant qu'elle n'ouvre celle à l'arrière pour y poser son sac à main. Elle referma, se calant dos à la paroi, son regard brun sur les traits de Miss Nollan.

— Ce qui m'obligerait à vous ramener puisque vous avez bu plus que moi.

Le regard de Kelli se teinta d'une étincelle de convoitise. Ainsi appuyée contre sa voiture, Lana semblait lui donner l'autorisation de s'approcher. Ses yeux confirmaient la réciprocité d'une attirance certaine. Si Maître Queen voulait rentrer chez elle pour ne pas s'abandonner à la suite de leur soirée, Kelli pouvait au moins gagner du temps...

— Je suis sage, je rentrerai en taxi, répondit-elle en effaçant la distance entre elles.

Elle fit un pas de plus et glissa une main sur sa joue. Sa sagesse avait cependant quelques limites. Ses lèvres se posèrent sur les siennes dans un doux baiser, léger, furtif. Un long frisson courut le long de son dos, l'électrisa tout entière. Les parfums de Lana l'étourdissaient. Mais elle se recula bien malgré elle, le regard brillant dans le sien. Après ce contact brûlant, elle ne rêvait que de poursuivre leur soirée ailleurs, loin des regards inconnus, dans l'intimité d'une chambre par exemple...

— Je vous appelle, ajouta-t-elle à voix basse, avant de se reculer.

Lana avait frissonné et son regard pétillant trahissait les effets de ce baiser. Non seulement Kelli Nollan embrassait bien, mais ses parfums avaient fait naître bien d'autres envies oubliées. Elle se pinça les lèvres et d'un geste furtif de son pouce, rajusta son rouge qui avait dû certainement déborder après ce contact délicieux. Mais elle ne devait rien précipiter alors que ce rendez-vous prenait déjà une tournure qu'elle n'avait pas soupçonnée. D'ordinaire, se laisser embrasser le premier soir ne faisait pas partie des choses qu'elle autorisait. D'autant que Kelli Nollan était peut-être ce genre de femme habituée à obtenir tout ce qu'elle souhaitait de la plupart de ses rendez-vous. Elle se redressa, tentée de réitérer ce baiser, mais se contint, remontant simplement son regard de ses lèvres audacieuses à ses prunelles bleues captivantes.

— Merci pour cette soirée Miss Nollan. Rentrez bien.

Elle ouvrit la portière conducteur et s'installa derrière le volant avant que Kelli ne la referme. Elle démarra, lui lança un dernier regard et prit enfin la route. Lana mesurait parfaitement qu'il lui en aurait fallu peu pour autoriser cette magnifique jeune femme à l'accompagner ailleurs. Mais sa raison avait vaincu et ses envies restaient inassouvies.

 

*  *  *

 

En tant que substitut du procureur, Lana Queen venait de terminer son réquisitoire dans le cadre d'une enquête sur le viol aggravé d’un jeune garçon de onze ans. Deux prévenus avaient été amenés devant le tribunal, un couple suspecté d'avoir kidnappé le jeune Matthew Collins. Cloîtré dans une cave pendant quatre années, le jeune garçon aujourd'hui âgé de onze ans avait vécu l'enfer, subi des sévices, avait été filmé, pris en photo, forcé à l'esclavage. Son père biologique, Joey Collins avait fini par retrouver des clichés sur Internet avant de les signaler à la police. Après quinze jours d'audience, le jury avait tranché, jugeant coupables Andrea et Don Hanson, les condamnant à soixante-cinq ans de prison pour divers chefs d'accusation : enlèvement, viol en réunion, diffusion de photos pédopornographiques et séquestration.

Comme chaque fin de procès, la condamnation sévère des accusés arrivait comme une libération pour Lana Queen. Saluée par les parents, félicitée par son assistant, elle rangea le dossier dans son attaché-case qui rejoindrait les affaires classées dans les archives des sous-sols du bureau du procureur.

La salle d'audience se vidait peu à peu. Le juge repartait, ainsi que le jury, les spectateurs et autres journalistes venus prendre note du verdict final. Angela Benson approcha enfin :

— C'était bien joué.

— Merci, répondit Lana. J'espère que le petit Matthew  bénéficiera d'un bon suivi psychologique.

— Nous avons donné à ses parents quelques adresses. Je pense qu'il s'en sortira.

Lana récupéra sa veste noire qu'elle ajusta par-dessus son chemisier blanc. Elle arborait toujours une tenue élégante et soignée. Son sac à main sur l'épaule, sa sacoche dans l'autre main, elle suivit Angela entre les bancs, ses talons résonnant dans la salle vide. Son amie était aussi une collègue de travail, pour ne pas dire une subordonnée. En tant que substitut du procureur, Lana travaillait et suivait les procédures en collaboration avec la brigade de police de Los Angeles où Angela Benson travaillait comme inspecteur.

— Tu viendrais prendre un verre avec nous pour fêter ça ? lança Angela en marchant à ses côtés dans le couloir du tribunal.

— Non je dois voir une amie.

Angela plissa les yeux :

— Tu as un rendez-vous ?

— Je dois retrouver Gabrielle en ville.

Une fois dehors, Angela s'arrêta devant elle, au sommet des grandes marches.

— Tu te souviens quand tu me disais que je manquais d'un peu de compagnie pour pallier aux angoisses et au stress dus à mes enquêtes ?

Lana leva les sourcils :

— Tu étais devenue dépressive.

— Et tu vas finir par le devenir si tu ne prends pas un peu de bon temps et assez de recul sur tes dossiers. Un peu de compagnie te ferait du bien à toi aussi.

— Je n'ai pas besoin de compagnie, avoir quelques amies me suffit.

— Amies ne signifie pas "petite amie", rappela Angela.

— Ca me convient, se défendit Lana. Maintenant laisse-moi passer, je vais être en retard.

Angela se poussa malgré la mauvaise foi de son amie et toutes les deux descendirent les marches :

— J'aimerais te présenter quelqu'un, reprit-elle d'un air très sérieux. Le Sergent du SWAT. Je t'en ai déjà parlé.

Lana roula des yeux :

— Je suis assez grande pour faire des rencontres. Je n'ai pas besoin d'un chaperon.

— Elle est pourtant très charmante, je suis sûre qu'elle te plairait. Elle est jeune, dynamique, drôle... Un brin masculine.

Cette fois, ce fut au tour de Lana de s'arrêter à hauteur de sa Mercedes noire garée le long de Pearl Street.

— Angela, stop... Je ne suis pas intéressée. Ma vie telle que je la mène me convient.

— Cette fille est une perle, la trentaine, elle aimerait même avoir des enfants.

Angela usait d'un argument de poids, songeait Lana qui s'était résolue depuis de nombreuses années à ne plus avoir d'aventures, toujours déçues par les amantes avec qui elle sortait.

— Je dois y aller. Tu enverras le bonsoir aux autres.

— Comme tu veux... Mais réfléchis à ma proposition.

— Je n'ai pas besoin de réfléchir... A plus tard !

Elle ouvrit la portière de sa voiture et s'installa derrière le volant tandis qu'Angela repartait de son côté. Elle vérifia sa montre, mesurant qu'elle était quelque peu en retard. Elle récupéra son téléphone et numérota avant d'entendre la voix de son amie :

# Oui ?

— C'est moi Gaby, je sors du tribunal, j'arrive tout de suite.

# Pas de problème, je t'attends de toute façon, à tout de suite.

— Merci...

Elle raccrocha et démarra afin de se mettre en route. Il était bientôt sept heures et la circulation en direction du centre de Los Angeles serait dense. Elle roula donc jusqu'au parking situé non loin de Park Avenue et prit le métro jusqu'à la station sur la 86ième. Gabrielle, une consœur et amie, était avocate spécialisée dans les divorces et l'attendait dans l'excellent restaurant "le Burlington" situé au croisement de Columbus et de la 86ième. Elle entra et se fit accueillir par un serveur.

— Madame Queen, votre amie vous attend à votre table habituelle.

— Je vous remercie, Steven...

Son sac sur l'épaule, Lana le suivit à travers la salle. D'autres clients étaient installés, discutaient, dînaient. Mais ce fut arrivée à sa dite table que Lana fronça les sourcils.

— Il doit y avoir une erreur, dit-elle en voyant la blonde installée qui n'avait rien à voir avec Gabrielle.

— Tenez, Madame Waters m'a remis cette enveloppe pour vous, dit Steven.

Lana demeura confuse et récupéra l'enveloppe en voyant que la jeune femme blonde la regardait d'un léger sourire. Elle lut les quelques mots inscrits sur la carte :

"Elle s'appelle Kelli, c'est la fille dont je te parlais, passe une bonne soirée,

Gaby".

L'espace d'un instant, Lana se demanda s'il n'était pas question d'un complot entre Angela et Gabrielle, bien que ses deux amies ne se connaissaient pas.

— Ca ira, madame Queen ? demanda le serveur.

Le malaise soudain qui venait de la saisir répondait à cette question mais elle força un sourire.

— Oui, merci Steven...

Ce dernier s'éloigna et Lana reporta son regard sur la jeune femme.

— Je...

— Vous n'étiez pas au courant, c'est ça ?

Celle-ci était perspicace en plus d'être tout à fait charmante, songea Lana malgré elle.

— Vous l'étiez ? tenta la concernée d'un air plus incertain.

Son interlocutrice, Kelli Nollan, se leva sans quitter son sourire et tira la chaise devant Lana Queen. Le descriptif et les superlatifs employés par Gabrielle, la femme d'un de ses amis, avaient été plutôt justes. Cette femme dégageait une beauté sensuelle à toute épreuve. Très féminine, un soupçon autoritaire au premier abord, Lana répondait à ses critères de "sélection", du moins pour l'instant.  

— J'avais compris qu'il s'agissait d'un rendez-vous arrangé... Mais asseyez-vous. Maintenant que vous êtes là, on peut au moins faire connaissance.

Elle tendit la main en direction de Lana et ajouta :

— Je m'appelle Kelli. Ravie de vous rencontrer.

Lana la lui serra, incapable de dire sur l'instant si elle souhaitait étrangler sa meilleure amie ou la remercier. Sa nervosité prenait le dessus sur le fait accompli de ce rendez-vous arrangé. Elle s'installa, incapable de faire demi-tour. Cette jeune femme s'était déplacée pour la rencontrer, autant manipulée par Gabrielle qu'elle l'était, Lana ne pouvait décemment pas la renvoyer d'où elle venait. Elle s'installa, quelque peu troublée.

— Ecoutez, je suis désolée mais je ne savais pas que... Qu'il était question de ça... Ce n'est pas dans mes habitudes de demander à mes amis de m'aider à rencontrer d'autres personnes.

Kelli ne cessait d'observer cette femme devant elle. Heureusement, Gabrielle lui avait donné son prénom parce que Lana avait omis de le lui dire. Un léger sourire aux lèvres, elle appréciait ce que son regard détaillait sur ses traits.

— Moi non plus, mais Gabrielle est une femme persuasive et je constate qu'en plus, elle n'a pas menti...

Lana n'osa pas demander sur quel sujet Gabrielle n'avait pas menti en constatant le regard bleu et éloquent que la jeune femme blonde lui portait. Celle-ci ne devait pas avoir loin de la trentaine. Plus que charmante, habillée de façon décontractée et garçonne, ses cheveux longs et blonds tombaient sur ses épaules dénudées qui dénotaient une carrure athlétique. Lana se souvenait parfaitement de ce que Gabrielle lui avait dit sur Kelli Nollan dont elle avait dû lui parler une dizaine de fois ces dernières semaines. Elle rentrait dans ses "critères" avec sa petite gueule d'ange, ses yeux bleus, ses cheveux dorés et sa voix rauque. Son amie la piégeait en beauté sans que Lana ne soit capable de lui en vouloir. Elle eut un sourire plus incertain, assurément plus embarrassé qu'elle ne l'aurait voulu.

— Bien... Puisqu'on est là, tenta-t-elle... Autant commander quelque chose à boire.

Elle fit signe à Steven d'approcher et ce dernier arriva :

— Oui, madame Queen ? Vous êtes prêtes à commander ?

— Je prendrai un verre de blanc, s'il vous plait.

— Et un whisky glace, merci, suivit Kelli.

Le serveur s'éloigna avec les commandes et Kelli reposa ses yeux sur Lana assise face à elle. Comment ne pas la regarder ? Finalement, Chris, le mari de Gabrielle, son meilleur ami avait raison d'affirmer que toutes les amies de sa femme étaient des bombes. Il l'avait d'ailleurs convaincue de suivre les conseils de Gabrielle pour ce rendez-vous... Elle se réjouissait de constater que malgré le faux-plan de Gabrielle, Lana prenait le temps de la discussion.

— Puisqu'on vient de commander, j'ai au moins vingt minutes devant moi pour apprendre à vous connaître... Gabrielle m'a dit que vous étiez une femme très occupée...

Lana ne pouvait s'empêcher de la détailler. De sa façon de parler à sa posture, Kelli Nollan dégageait une assurance agréable et avait dû séduire bien des jeunes femmes avant elle. Elle était assise de côté, son coude sur le dossier de la chaise, très décontractée tandis que Lana se tenait droite, accoudée à la table et les mains jointes devant elle.

— Je suis substitut du procureur, annonça-t-elle. Et j'aime particulièrement mon travail qui occupe effectivement une grande partie de mon temps.

Car nombre de ses anciennes amantes fuyaient quand elle annonçait ses principales occupations. Elle reprit aussitôt.

— Et vous ? Que faites-vous dans la vie ?

Kelli se redressa, ayant remarqué le retour rapide de sa question posée. Lana ne semblait pas s'étendre sur son travail qui n'avait pourtant rien d'ordinaire. Lana lui apparaissait comme une femme, une vraie jusqu'au bout des ongles qu'elle avait peints de rouge. Elégante, polie, ses cheveux d'un noir d'encre faisaient ressortir ses yeux sombres et hypnotiques.

— Non, non, vous n'allez pas vous en sortir comme ca, répondit-elle, amusée. Puisque vous aimez votre travail, vous pouvez m'en dire un peu plus... Quelle est la différence entre substitut du procureur et procureur ? Vous le remplacez quand il est malade ou un truc comme ca ?

Le serveur s'approcha et déposa les deux verres commandés. Elles le remercièrent et il ne tarda à pas à s'éloigner pour les laisser reprendre leur discussion.

— Le procureur est mon patron, c'est lui qui donne les ordres et décide de la mise en place des poursuites. Je représente son autorité au tribunal et auprès des agents en charge des arrestations.

Kelli prit un bref instant pour assimiler ces explications et but une gorgée de whisky avant de demander encore :

— Et j'imagine que tous les criminels de la ville vous en veulent... Vous êtes celle qui décide de leurs peines, c'est ca ?

Lana s'accouda, ses doigts repliés contre sa joue. Elle ne pouvait s'empêcher de détailler Kelli Nollan en songeant à la possibilité que celle-ci puisse réellement s'intéresser à elle.

— Non, d'une façon générale, je propose les peines et je suis en mesure de les négocier avec l'avocat de la partie adverse, répondit-elle. Le juge est seul à prendre la décision finale après délibération du jury.

Elle eut un léger sourire et demanda :

— Et j'aimerais aussi que vous me répondiez car contrairement à vous, Gaby ne m'a pas donné les détails de vos activités.

— Ca, c'est parce qu'elle veut pas comprendre ce que je fais, répondit Kelli avec un léger sourire. Elle et moi, on n'est pas de grandes amies...

Autant se montrer honnête avec son interlocutrice plus que charmante si elle voulait une suite à ce tête-à-tête, songea Kelli. Elle remua ses glaçons dans le whisky qui tintèrent contre le verre.

— En fait, je la connais parce que son mari, Chris, est mon meilleur ami... On travaille ensemble. Je suis Marine comme lui. Vous voyez ? Rien à voir avec les tribunaux et les beaux tailleurs...

Ce qui expliquait les côtés "garçon manqué" et la carrure de Miss Nollan, songeait Lana. Elle appréciait sa franchise et savait d'expérience que Gabrielle ne se faisait pas beaucoup d'amis en raison de son mauvais caractère.

— Alors, nous avons ça en commun, répondit Lana d'un léger sourire. Nous défendons toutes les deux des valeurs auxquelles nous croyons.

Kelli esquissa un sourire et fit tinter son verre contre le sien.

— Ca fait déjà une bonne raison de poursuivre la conversation...

Kelli n'aurait jamais cru si bien dire. Leur discussion continua sur d'autres questions, certaines plus sérieuses, d'autres moins. Le serveur revint, nota les plats qu'elles avaient commandés et le repas se poursuivit sur fond d'échanges de points de vue ou de plaisanteries. Elles apprirent l'une et l'autre leurs goûts en matière de nourriture, leurs plaisirs en dehors du travail, leurs projets éventuels. Le temps s'écoula, les gens présents dans le restaurant partirent les uns après les autres jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'elles. Kelli confia sa carte au serveur pour payer l'addition et reposa les yeux sur Lana Queen assise devant elle. Après plus de trois heures à discuter, elle ne regrettait pas de s'être laissée embarquer dans ce rendez-vous prévu par Gabrielle. Sous ses airs autoritaires de grande dame, Lana recélait des charmes redoutables. Son rire, sa façon de rester élégante en toutes circonstances la séduisaient. Pourtant, Kelli savait que l'alcool avait un peu débridé ses manières, effacer quelques-unes de ses retenues. Le serveur lui ramena la carte et Kelli se leva en le remerciant. Elle récupéra la veste de Lana sur sa chaise et la lui déposa sur les épaules.

— Est-ce que vous avez un couvre-feu ou vous voulez poursuivre la soirée ? lui demanda-t-elle sans hésiter. 

Lana mesurait parfaitement les implications de la demande de Kelli. Il était bientôt minuit et poursuivre la soirée impliquait bien des choses. Elles passèrent la porte du restaurant et la brise plus fraîche de l'extérieur eut le mérite de lui rappeler qu'elle travaillait le lendemain. Se laisser aller à diverses envies n'était plus de son âge même si le regard azur de Kelli dans le sien la faisait réfléchir à deux fois à sa proposition.

— Je dois rentrer, dit-elle, mais...

Que pouvait-elle dire sans trop en dire justement? Kelli lui plaisait, elle devinait cette attirance réciproque et devait pourtant réfréner ce qui lui passait par la tête afin de prendre le temps de la connaître. Elle sortit une carte de visite de son sac à main et la lui tendit :

— Appelez-moi en fin de semaine.

Kelli se retrouvait déçue mais pas désespérée pour autant. Le simple fait que Lana lui confie sa carte prouvait que celle-ci avait envie de la revoir. Après tout, elles venaient à peine de se rencontrer et n'en étaient qu'à leur premier rendez-vous. Alors Kelli devrait se montrer patiente...

— Ca fait trois jours à attendre, ça, répondit-elle. Ai-je au moins le droit de vous accompagner jusqu'à votre voiture ?

Le regard de Lana dut trahir ses déductions sur cette autre demande. Kelli Nollan se montrait galante et protectrice et après leurs discussions variées, notamment sur les déplacements de Kelli en Irak, en Afghanistan ou au Pakistan, Lana devinait que la jeune femme était au moins officier chez les Marines.

— Vous pouvez, répondit-elle.

Elles se mirent en marche vers la rue où Lana s'était garée. En réalité, celle-ci se surprenait à vouloir faire durer cette rencontre qui lui avait rappelé ce que pouvaient être certaines émotions lors d'un premier rendez-vous. Une question lui vint à l'esprit et elle demanda :

— Combien de temps restez-vous à Los Angeles?

Kelli ne quittait pas son sourire, satisfaite de ce rendez-vous arrangé. Lana répondait à ses exigences en matière de femme. Non seulement, elle était belle et sensuelle, mais elle avait un cerveau et savait s'en servir.

— Je suis instructeur alors je ne suis plus la première à être envoyée en mission... Ca me laisse le temps de faire de nouvelles rencontres et de prolonger mes soirées quand elles valent le coup.

Arrivées devant un coupé Mercedes noir, Lana s'arrêta, les clefs en main et Kelli leva les sourcils, impressionnée.

— Jolie voiture, commenta-t-elle.

Elle jeta un œil intéressé sur le véhicule avant de regarder la belle brune avec qui elle venait de passer sa soirée.

— Vous savez, reprit-elle. On a bu de l'alcool, Maître, et la loi est claire à ce sujet...

Lana eut un sourire charmé en surprenant le petit air insolent que prenait Kelli tout en l'appelant par la dénomination de son poste. Elle appuya cependant sur le bouton de sa télécommande qui déverrouilla les portières avant qu'elle n'ouvre celle à l'arrière pour y poser son sac à main. Elle referma, se calant dos à la paroi, son regard brun sur les traits de Miss Nollan.

— Ce qui m'obligerait à vous ramener puisque vous avez bu plus que moi.

Le regard de Kelli se teinta d'une étincelle de convoitise. Ainsi appuyée contre sa voiture, Lana semblait lui donner l'autorisation de s'approcher. Ses yeux confirmaient la réciprocité d'une attirance certaine. Si Maître Queen voulait rentrer chez elle pour ne pas s'abandonner à la suite de leur soirée, Kelli pouvait au moins gagner du temps...

— Je suis sage, je rentrerai en taxi, répondit-elle en effaçant la distance entre elles.

Elle fit un pas de plus et glissa une main sur sa joue. Sa sagesse avait cependant quelques limites. Ses lèvres se posèrent sur les siennes dans un doux baiser, léger, furtif. Un long frisson courut le long de son dos, l'électrisa tout entière. Les parfums de Lana l'étourdissaient. Mais elle se recula bien malgré elle, le regard brillant dans le sien. Après ce contact brûlant, elle ne rêvait que de poursuivre leur soirée ailleurs, loin des regards inconnus, dans l'intimité d'une chambre par exemple...

— Je vous appelle, ajouta-t-elle à voix basse, avant de se reculer.

Lana avait frissonné et son regard pétillant trahissait les effets de ce baiser. Non seulement Kelli Nollan embrassait bien, mais ses parfums avaient fait naître bien d'autres envies oubliées. Elle se pinça les lèvres et d'un geste furtif de son pouce, rajusta son rouge qui avait dû certainement déborder après ce contact délicieux. Mais elle ne devait rien précipiter alors que ce rendez-vous prenait déjà une tournure qu'elle n'avait pas soupçonnée. D'ordinaire, se laisser embrasser le premier soir ne faisait pas partie des choses qu'elle autorisait. D'autant que Kelli Nollan était peut-être ce genre de femme habituée à obtenir tout ce qu'elle souhaitait de la plupart de ses rendez-vous. Elle se redressa, tentée de réitérer ce baiser, mais se contint, remontant simplement son regard de ses lèvres audacieuses à ses prunelles bleues captivantes.

— Merci pour cette soirée Miss Nollan. Rentrez bien.

Elle ouvrit la portière conducteur et s'installa derrière le volant avant que Kelli ne la referme. Elle démarra, lui lança un dernier regard et prit enfin la route. Lana mesurait parfaitement qu'il lui en aurait fallu peu pour autoriser cette magnifique jeune femme à l'accompagner ailleurs. Mais sa raison avait vaincu et ses envies restaient inassouvies. 

A suivre dans la version intégrale.

 

Format numérique uniquement pour les Membres Premium

Format livre disponible sur :

 

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 10 caractères
Vos commentaires sont soumis à la modération d'un administrateur.

Liste des participants qui ont commenté cet article

Nos Romans Lesbiens

◆ Anté-Christ 
 A toi pour toujours 
◆ Close To the Edge - Tome 1
 Close To the Edge - Tome 2
◆ Cold Case
 Déteste-moi Tant que je t'aime
◆ Devotion - Édition de Luxe
◆ Drama Queen - TOME 1
◆ Drama Queen - TOME 2
◆ Drama Queen - TOME 3
◆ De Guerre, d'Amour et de Sang 1
 De Guerre, d'Amour et de Sang 2
◆ De Guerre, d'Amour et de Sang 3
 
De Guerre, d'Amour et de Sang 4
 
De Guerre, d'Amour et de Sang 5
 
De Guerre, d'Amour et de Sang 6
 De Guerre, d'Amour et de Sang 7

 De Guerre, d'Amour et de Sang 8
 De Guerre, d'Amour et de Sang 9
 Escort Girl
◆ 
Gina
◆ 
Girl Wanted
◆ Guide de survie en territoire lesbien 
◆ 
Guilty Pleasure
◆ 
Have Faith - Tome 1
◆ 
IEUF, la Reine et la Voleuse - Tome 1
◆ 
IEUF, la Reine et la Voleuse - Tome 2
◆ IEUF, la Reine et la Voleuse - Tome 3 
 IEUF, la Reine et la Voleuse - Intégrale
 Into the Dark - Saison 1 
 Into the Dark - Saison 2 
◆ 
I Want You To Be With Me
◆ 
If I Tell You
◆ 
La Confrérie des Loups - Tome 1
 Listen to your Heart 
 
Love Is Weakness
◆ 
Loves Me, Loves Me Not
 Madame Queen
◆ Megalodon
◆ 
Mon Amie, mon Amour, mon Amante
◆ 
Old Memories
◆ Psycho
 Paranormal 
◆ Remember Me
◆ 
Sang et Honneur
◆ 
Serial Killer - Tome 1
◆ 
Serial Killer - Tome 2
◆ 
Serial Killer - Tome 3
◆ 
Serial Killer - Tome 4
◆ 
Serial Killer - Tome 5
◆ 
Serial Killer - Tome 6
 Serial Killer - Tome 7
 Serial Killer - Tome 8

 Serial Killer - Tome 9
 Serial Killer - Tome 10 (Final)
 S.K - V.E.R.S.U.S.
 Sisters 
◆ Sexe, Passion, Love & Lust 1
 Sexe, Passion, Love & Lust 2
◆ Sentiment troublant 1 
 Sentiment troublant 2 
◆ Sentiment troublant 3 - à venir

◆ Survivors - réadaptation 2014
◆ The Girl With the Broken Smile
◆ The Woman I Love The Underworld Chronicles 
◆ Undead - Tome 1
 Undead - tome 2 
 ★ Undead - tome 3 
  Undead - tome 4 

◆ Undercover
 Valkyrie - tome 1 
◆ Valkyrie - tome 2 - à venir
◆ What We Desire
◆ Yearbook
◆ You and Me Against the World
◆ World Trade Center - Tome 1 (2007)
◆ World Trade Center - Tome 2 (2007)
 Word Trade Center Intégrale 2015

◆ = Ebooks Publics
 = Ebooks Membre Premium
★ = Format livre uniquement
 = Ebooks Titanium