Logosted2
×
 x 

Panier Vide
Shopping cart
Panier Vide
Articles
Categories
Ebooks à télécharger

roman gay

Créé le 10 septembre 2015

Nouveaux Départs : la Fin [Format Kindle] Mathias P.SaganRésuméAxel a tout pour plaire. Jeune trentenaire bien de sa personne, il ne travaille pas, a tout l’argent qu’il lui faut grâce à un mari qu’il adore, et il vit plus que confortablement dans une maison qui lui appartient. Mais suite au décès brutal de l’amour de sa vie, tout s’écroule. Comment peut-il survivre à cette perte terrible ? À travers les phases du deuil, il va lentement apprendre à se reconstruire, se trouver, et peut-être même redécouvrir l’amour, pour prendre un nouveau départ. Attention : Ce livre contient des scènes explicites à caractère sexuel entre hommes.

Amazonkindle

 

Créé le 9 septembre 2015

Clair Obscur [Format Kindle] Lily Haime (Résumé : Gwenn a deux rêves, la danse et Sevan. Après avoir réussi ses auditions à la célèbre Julliard School, il prend sa voiture malgré les conseils de son meilleur ami et roule jusqu’à chez Sevan. Gwenn a l’arrogance de ses dix-sept ans, la prétention des sentiments. Sevan a vingt-quatre ans ; militaire de carrière, il est sur le point de quitter Portland pour se marier. Gwenn repart en cachant ses larmes, démarre trop vite, prend la fuite en faisant déraper les roues de sa Jeep. Une seconde d’inattention et un chauffard ivre... Un arbre au bas d’une pente... Sept ans plus tard, Gwenn est un jeune homme qui n’a plus rien à voir avec l’adolescent qu’il a été, ce rêveur aux grandes ambitions. Professeur de danse, propriétaire d’un bar en chantier, fils, frère, ami et tonton, il a appris à composer avec une vie différente de celle qu’il pensait mener. Si ses espoirs ont foutu le camp, s’il reste cabossé et rafistolé, il ne cache pas ses cicatrices. Quand Sevan revient à Portland, Gwenn a appris à le haïr pour ne plus l’aimer.

Amazonkindle

 

Créé le 31 août 2015

romance gay" src="/images/monsieur_queen_site.jpg" alt="Monsieur Queen - romance gay" width="250" height="399" border="0" />Damon Ryan, 20 ans, quitte Boston et déménage à Northfolk avec sa grand-mère Rebecca Ryan. Malgré un lourd dossier scolaire et un passif agité, il intègre le lycée Emery. Un cours, un regard sur son professeur et Damon succombe aux charmes de ce dernier. Il fera tout pour attirer son attention et se rapprocher de lui mais comment Monsieur Queen parviendra-t-il à gérer leur relation et ses sentiments naissants pour son jeune élève ?

Disponible en format livre sur :

Amazon2  Lulu

TELECHARGER L'EBOOK SUR LE SITE

romans-gays-mxm/monsieur-queen-premium.html" rel="alternate">télécharger l'ebook 

Ou commander sur :

Amazonkindle  Kobo  gay_roman_gay_Mx?id=JeygDAAAQBAJ" target="_blank" rel="alternate">Googleplay

 

 

Roses From The Death BackRésumé : Le soleil se lève à peine sur Manhattan. On est le 11 septembre 2001. Adam Queen s'apprête à débuter sa journée au siège du FBI, l'esprit déjà plongé dans ses dossiers d'enquête. A quelques centaines de kilomètres de là, Dean Marshall, Capitaine et pilote dans l'US Air Force, se trouve à bord de son F15 et vole au-dessus de l'Atlantique quand il repère des navires non identifiés voguer en direction de New-York. Moins d'une heure plus tard, deux avions de ligne percutent les tours du World Trade Center. Pour tout le monde, et plus particulièrement Adam et Dean, ce jour marquera le début d'une terrible et fascinante aventure, le commencement d'une autre vie... 310 pages

 

11 septembre 2001 - New York, Manhattan, 7:05 a.m.

Un bruit parasite résonna dans un appartement spacieux du centre de Manhattan. Les premiers rayons du soleil perçaient à travers les rideaux, illuminaient une grande chambre aux murs orange clair. Son propriétaire, Adam Queen, se réveillait, torse nu sous une couverture écrue. Il ouvrit péniblement les yeux et tendit la main pour attraper son téléphone qui sonnait depuis quelques secondes. Il l'amena à l'oreille :

— Oui ? marmonna-t-il  d'une voix encore endormie.

# bonjour, Adam, mauvaise nouvelle, j’ai un colloque à Los Angeles aujourd’hui, je n'arriverai à New York que demain.

Adam se redressa et jeta un coup d'œil sur le réveil posé sur la commode. Il s'assit au bord du lit et répondit à sa meilleure amie :

— Salut Claudia. T'es encore à Boston ?

# oui... Je suis sur la route, mon avion décolle à huit heures. Mais il y a de sacrés embouteillages, comme d’habitude.

Toujours le téléphone à la main, Adam se leva et se dirigea vers la salle de bains.

— Appelle-moi quand tu atterris. J’ai un dossier à t’envoyer. Je te laisse, je vais me doucher.

# OK, bonne douche, à tout à l’heure.

Adam raccrocha, reposa le combiné et se déshabilla pour se glisser dans la cabine de douche. Une nouvelle journée commençait à New York et Adam pensait déjà à la masse de travail qui l’attendait.

 

*  *  *

 

Espace aérien de Washington DC, 7 : 12 a.m.

# Base à Eagle 1, est-ce que vous me recevez ?

Installé dans le cockpit d'un avion de chasse, Dean Marshall répondit sans attendre :

— Eagle 1, je vous reçois cinq sur cinq. À vous.

# quelle est votre position ?

— Je suis à 70, 40 au nord de Washington. Je me dirige vers l’océan. Que se passe-t-il?

# des navires non identifiés sont apparus sur nos écrans de contrôle à cinq degrés nord de votre position, nous attendons une confirmation visuelle Eagle 1 ?

— Je vous dis ça dans un instant...

Dean Marshall fouilla l’horizon des yeux et abaissa le manche qu'il tenait entre ses mains pour diriger l’avion dans la direction indiquée. Quelques secondes plus tard, des points distincts confirmaient la présence de navires inconnus. Soucieux, Dean vérifia ses écrans devant lui. Il ramena son masque devant sa bouche pour reprendre la communication radio :

— Affirmatif. Je confirme la présence de...

Il hésita le visage crispé et inquiet . Jamais il n'avait vu une telle flotte de navires entrer sur les eaux américaines.

— Attendez, je n’arrive même pas à les compter sur mon radar ! Nous sommes en approche. Je les garde en visuel. Je vous donne plus de détails dès que possible.

Dean appuya sur quelques touches du tableau de bord, tandis que ses coéquipiers le suivaient dans leurs avions respectifs. Aucun bâtiment n'était autorisé à pénétrer dans les eaux américaines sans s'être identifié au préalable. Il était donc question d'une intrusion évidente. La procédure indiquait de les prévenir avant toute action. Or, il ne s'agissait pas que d'un malheureux navire, mais d'une véritable flotte...

— Armée des États-Unis, veuillez vous identifier, vous êtes sur les eaux américaines.

Il répéta l’appel sans réponse et s'adressa à ses deux coéquipiers.

— Ice, Thunder ? Vous me recevez ?

# Fort et clair, Capitaine.

# affirmatif, Capitaine.

Il prit soin de fixer son masque devant lui et ajouta :

— Mettez-vous en position Alpha Delta. Ceci n’est pas un exercice. Je répète, ceci n’est pas un exercice.

Les deux pilotes obéirent et les deux avions dépassèrent celui de Dean, déviant sur chacune des ailes pour piquer vers les navires. Dean crut devenir fou lorsqu’il aperçut un missile se diriger droit sur lui. Il eut juste le temps et  le réflexe d’écarter son appareil de sa trajectoire initiale. Pourquoi une telle attaque ? Jamais, il ne se serait attendu à cela. D'où provenaient ces navires ? Et comment la NSA, la CIA ou l'Armée n'avaient-elles pas anticipé cette éventualité  ? Soudain une explosion l’arracha à ses pensées. Ce qu’il vit lui sembla irréel :  à sa droite, l’avion de son coéquipier venait d’exploser.

— Eagle 1 à la base... Eagle 1 à la base, répéta-t-il, nous sommes attaqués, je répète, nous sommes attaqués. Un avion est touché. Nous ne sommes plus que deux. Nous ne pouvons pas leur faire face. Ils sont trop nombreux...

Une alarme retentit dans le cockpit,  les missiles ennemis venaient d’allumer leurs radars. Il  fallait leurrer les ondes radars au plus vite. Un autre missile fonçait dans sa direction, laissant une traînée blanche dans les airs derrière lui. Il devait l’esquiver, couper sa trajectoire en virant du côté d’où venait le missile.  Alors il tira brusquement le manche  et se retrouva perpendiculaire à l'engin. Mais à en juger son écran radar, le missile prenait son F15 en chasse.

— Putain ! Mais c’est quoi ce délire ?!

Il s'adressa aussitôt à son coéquipier :

— Thunder ! Demi-tour, vous m'entendez ? J’ai dit demi-tour. On a des missiles aux basques.

L'appareil de son subordonné voulut décrocher pour obéir aux ordres, mais un missile le percuta dans une explosion qui le transforma en boule de feu. Il n’eut pas le temps de larguer ses leurres. Dean entendait son cœur s’affoler dans sa poitrine. Son coéquipier venait de perdre la vie sous ses yeux et il tentait d’échapper aux autres attaques. Il jeta un regard sur son radar. Pour l'instant, il devait détruire le missile à tête chercheuse qui le poursuivait. Il actionna sa manette, largua les deux tubes qui se trouvaient de chaque côté de son appareil, ce qui eut pour effet de créer un nuage de paillettes qui attira le missile. Celui-ci explosa.

Tout cela avait été si soudain, que son coéquipier n’avait pas eu le temps de réagir. Heureux d’être encore en vie, il s’éloigna rapidement de cette flotte ennemie et prit la direction de la base. Que se passait-il ? Qui osait les attaquer ?

 

*  *  *

 

New York, Manhattan, World Trade Center, tour sud, 8:10 a.m.

Une femme blonde, la trentaine, pénétra dans l’immeuble et se dirigea vers les portes d’ascenseurs comme des dizaines d’autres personnes qui venaient travailler ce matin. Dans la cabine, elle sourit à son jeune collègue, Josh Stewart, seulement âgé d’une vingtaine d’années. Ce dernier avait rejoint leur équipe de traders six mois plus tôt et ses chiffres étaient déjà excellents.

— Salut Kelli... Alors cette soirée hier, c'était comment ?

— Très mondaine, répondit Kelli, comme d’habitude. Mais très enrichissante. J’espère qu’on obtiendra les contrats. Et toi ? C’était pas hier soir ton rendez-vous avec Danielle ?

— M'en parle pas... Elle a attendu que je paye l’addition pour me dire qu’elle avait quelqu’un !

Kelli s’en amusa et sortit de la cabine avec lui.

— Quelle idée de l’amener sur la cinquième pour un premier rendez-vous !

Josh ne répondit pas pour la simple et bonne raison que Danielle arrivait en face d'eux, sa tasse de café dans les mains.

— Salut, Josh, salua-t-elle avant de regarder Kelli. Je peux te voir quand t’as un moment pour le dossier Kingstone ?

Kelli ne ferait aucune allusion quant à ce rendez-vous dont Josh lui avait parlé la semaine passée, du moins, pas devant lui. Parce qu'en plus d'être maladroit dans ses rendez-vous, Josh avait choisi d'inviter Danielle, une collègue à tous les deux. Une belle femme, certes, mais une collègue qu'ils côtoyaient toute la journée...

— Je te rejoins dans quelques minutes, lui répondit-elle.

 

*  *  *

 

New York, Manhattan, 26 Federal Plaza, siège du FBI

Il était huit heures trente quand Adam Queen entra dans son bureau. Il posa sa tasse de café noir près de l’écran d'ordinateur et s'installa dans son fauteuil avant de récupérer plusieurs dossiers. Un de ses collègues approcha et lui tendit un document.

— Bonjour Adam !  Bonne nouvelle, notre équipe détachée à Boston a retrouvé Charles Ewitt. La petite fille est en vie, elle est déjà en route pour retrouver ses parents à Providence. L'équipe scientifique passe son appartement au peigne fin, nous aurons les résultats d'analyse d'ici demain.

— Excellente nouvelle, répondit Adam satisfait. Merci, Evan, je préviendrai Claudia dès qu'elle aura atterri à JFK.

 

*  *  *

 

New York, Manhattan, World Trade Center, tour sud, 8:45 a.m.

Comme convenu, Kelli rejoignit Danielle dans son bureau et s'installa en face d’elle.

— Josh m'a dit pour hier soir, lui confia Kelli. C'est pas très sympa de lui avoir dit que tu avais quelqu'un.

— Tu me connais. J’aime bien voir la tête qu’ils font juste au dernier moment.

— Je sais, mais ne fais pas ça à Josh. C’est un bon copain, un gentil garçon et il en a déjà bavé avec les filles.

— Je ne dis pas le contraire. Mais contrairement à toi, je ne le connais pas plus que ça et je ne me voyais pas lui dire que j’avais déjà quelqu’un avant qu'on passe à table.

— Tu aurais dû, insista Kelli. Il n'aurait rien regretté !

Des tremblements soudains les arrachèrent à leur conversation, des vibrations violentes qu'elles pouvaient sentir sous leurs pieds et qui semblaient faire bouger le bâtiment tout entier. Un bruit assourdissant accompagna les secousses et Danielle se leva, apeurée.

— C’était quoi ça ? 

Elle ouvrit brusquement la porte pour voir ce qu’il se passait :

— Qu’est-ce qu’ils font dans le couloir ?!

Kelli la suivit pour trouver la source de tous ces tremblements. Mais aucun employé de maintenance ne faisait des travaux. D’autres personnes, comme elles étaient sorties des bureaux avoisinants, et chacune se posait la même question et s'inquiétait quant à l’origine de ce vacarme. Elles s’approchèrent des vitres, mais ne distinguaient rien. Alors elles  tentèrent de regarder en bas du building à plus d’une centaine de mètres en dessous. La seule chose qu'elles parvinrent à discerner fut une foule agglutinée au pied de la tour.

— Mais qu’est-ce qui se passe ? demanda Danielle, confuse.

Mais personne n'avait de réponses et tout le monde affichait une mine confuse et inquiète. Ce genre de chose ne s'était jamais produite auparavant et aucune notice de travaux n'avait circulé. Danielle et Kelli échangèrent un regard inquiet.

— Il n'y a jamais eu de tremblements de terre à New York ? demanda Kelli.

— Seulement dans les films, répondit Danielle.

Josh arriva en courant :

— Hey ! Vous avez entendu ? Il paraît qu’un étage de l’autre tour a explosé.

Cette information fut captée par d'autres personnes. Tous les regards se figèrent avant qu'un brouhaha de commentaires ne vienne rompre la stupeur de l’instant. Comment un étage de la tour nord aurait-il pu exploser ? Et surtout, quelle en était la cause ?

 

*  *  *

 

Base aérienne de Langley, Virginie, 8:55 a.m.

De retour à la base, Dean Marshall entra dans le bureau du général Peters.

— Général Peters, fit-il en le saluant.

Ce dernier l’interrompit d’un geste de la main, lui faisant signe d’écouter la radio. Ses traits reflétaient une appréhension évidente.

# nous l'ignorons Général. Le Président n’est pas encore au courant, nous ne pouvons rien affirmer. Nous n’avons aucune confirmation, mis à part un message radio envoyé d’un homme à bord d'un avion.

— Où en est la flotte ennemie ? interrogea le général Peters.

# deux de nos F16 viennent de décoller de la base.

Dean se permit d’intervenir :

— Ils vont se faire massacrer, Général. Ils sont beaucoup trop nombreux !

— Rappelez-les ! ordonna le haut gradé à son subordonné.

# à vos ordres.

Le général Peters coupa la communication et s'adressa au capitaine Marshall.

— La tour nord du World Trade Center est en flammes.

Dean eut un peu de mal à réaliser ces dernières paroles et prit un instant pour les assimiler. Son cœur s’affola lorsqu’il pensa à sa sœur dans la tour sud.

— Comment ça, en flammes ? demanda-t-il, déboussolé.

— Nous n’en savons pas plus. Le commandant Berneim vient de m’appeler pour me dire qu’une explosion avait eu lieu à 8 : 48.

Dean tentait de réfléchir sans y parvenir tant son inquiétude le paralysait. Le téléphone du général sonna et ce dernier décrocha :

— Oui ? 

# Général ! Le Norad vient de nous prévenir qu’un appel avait été effectué du Boeing 767 d'American Airlines, le vol 11. Celui-ci a décollé de l'aéroport international Logan de Boston et devait voler à destination de Los Angeles. Il n’apparaît plus sur nos écrans radars. La communication venant d’un des passagers parlait de détournement.

La mine du général s'assombrit en comprenant la signification de ces mots. Il craignait ses propres conclusions...

— Rappelez-moi dès que vous avez d’autres informations.

Il raccrocha et regarda le capitaine Marshall.

— Je dois aller à Washington. Il ne s’agit pas d’une explosion, mais d’un attentat. Un de nos avions civils a été détourné. Restez en alerte jusqu’à nouvel ordre.

— Bien, Général.

Le général quitta son bureau et Dean saisit son portable sans tarder. Les mains fébriles, il numérota.

 

*  *  *

 

New York, Manhattan, World Trade Center, tour sud, 9:00 a.m.

Kelli restait dans le couloir avec les autres employés des bureaux. D'autres rumeurs circulaient et l'inquiétude s'amplifiait.

— Ça doit être un de leurs exercices pour nous faire bouger, reprit Danielle. Ils ont simulé des tremblements pour voir nos réactions.

— J’aimerais que tu aies raison, répondit Kelli.

Elle décrocha en entendant son portable sonner. Le numéro de son frère Dean s'affichait à l'écran.

— Oui ?

# Kelli. Tu vas m’écouter très attentivement et ne pas m'interrompre. Tu prends tes affaires, tes amis et tu sors de cette tour en vitesse et sur-le-champ !

Kelli fut surprise du ton que son frère employait sans même l'avoir saluée.

— Dean… Tu sais que tu me fais peur ?

# Kelli, s'il te plaît... Ce que je vais te dire, tu ne dois pas le répéter. Surtout, ne fais rien qui puisse affoler les gens autour de toi. La tour nord du Trade a été attaquée par un avion civil. Un Boeing. Ce que je te dis est encore top secret. Mais nous supposons d’autres attaques.

Kelli sentit son cœur s’affoler sur les paroles de son frère tandis que Danielle et Josh ne la quittaient plus des yeux, attentifs.

— OK. Je… Je vais descendre… Et...

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase que le sol trembla violemment. Un bruit épouvantable, plus effrayant encore que le premier, fit vaciller tout le bâtiment. Des meubles et des objets tombèrent et des cris de panique s’élevèrent dans les bureaux. À l'extérieur, des débris enflammés tombaient et s'écrasaient sur le sol. Une véritable cohue s'empara de l'étage, des bureaux. Les gens couraient dans tous les sens, affolés.

— Dean. Je... Je crois que... qu’on est touché.

# Ok... Alors, tu prends l’escalier de secours, Kelli ! Les escaliers et pas les ascenseurs, tu m'entends ?!

Kelli saisit la main de Danielle et l'entraîna vers la sortie de secours la plus proche en faisant signe aux autres de la suivre.

— Il faut partir, leur dit-elle sans hésiter.

# Kelli ! Ne regarde pas derrière toi et barre-toi de cette putain de tour !

Derrière elle, Danielle paniquait aussi, comme les autres, comme Josh à ses côtés.

— Mais qu’est-ce qui se passe Kelli ? l'interrogea-t-elle.

— Je t’expliquerai après.

Tous les trois prirent les escaliers, suivant les directives de Dean qui demeurait à l'autre bout de la ligne.

— Vous savez qu’on va se faire virer si on se barre ? rappela Josh, incertain.

— Je crois que le problème ne se posera pas si tu veux mon avis, répondit Kelli.

# surtout tu t’arrêtes pas, rappela Dean. Même si des gens te posent des questions. Ne t’arrête pas !

— Oui… J’ai compris… On descend Dean. Je te rappelle une fois en bas.

Kelli raccrocha, se hâta de descendre avec ses amis tandis que d’autres bruits, d’autres craquements, d’autres cris, résonnaient. Des gens montaient, d’autres descendaient, tous aussi paniqués les uns que les autres. En dehors de Kelli, personne ne savait exactement ce qu'il se passait. Dean ne lui avait donné que de vagues détails, suffisants pour lui faire comprendre que leurs vies étaient en danger. À présent, elle devait se frayer un chemin à travers les escaliers en sachant qu'il leur restait encore une dizaine d'étages à descendre.

A suivre....

 

Format livre sur 

gay-romance-mxm/paperback/product-22292719.html" target="_blank">Lulu Amazon2 

Format Ebook pour les membres premium

romans-gays-mxm/acces-premium-mxm/roses-from-the-death-integrale-2-tomes.html">Ebookprem

 

Créé le 28 juillet 2015

Roses From The Death BackRésumé : Le soleil se lève à peine sur Manhattan. On est le 11 septembre 2001. Adam Queen s'apprête à débuter sa journée au siège du FBI, l'esprit déjà plongé dans ses dossiers d'enquête. A quelques centaines de kilomètres de là, Dean Marshall, Capitaine et pilote dans l'US Air Force, se trouve à bord de son F15 et vole au-dessus de l'Atlantique quand il repère des navires non identifiés voguer en direction de New-York. Moins d'une heure plus tard, deux avions de ligne percutent les tours du World Trade Center. Pour tout le monde, et plus particulièrement Adam et Dean, ce jour marquera le début d'une terrible et fascinante aventure, le commencement d'une autre vie...

Format livre sur 

gay-romance-mxm/paperback/product-22292719.html" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Lulu Amazon2 

TELECHARGER L'EBOOK SUR LE SITE

romans-gays-mxm/roses-from-the-death-integrale-2-tomes-premium-online.html">télécharger l'ebook 

Ou commander sur :

Amazonkindle  Kobo  Googleplay

 

Créé le 12 juin 2015

Broken Dreams Back 265x315Résumé : Pour fêter l'arrivée prochaine de leur bébé tant attendu, Théo Ryan et Lucas Leary sortent dîner avec leurs amis . En couple depuis quelques années déjà, ils vont enfin fonder une famille, leur famille. Mais la vie réserve toujours des surprises et peut basculer d'une seconde à l'autre. Et ce soir-là, Théo Ryan ne retrouvera plus la chaleur de son foyer, lâchement assassiné par un voyou pour de l'argent. La mort est-elle réellement la fin de tout ? L'amour ne peut-il pas transcender chaque chose, même la réalité telle qu'on la connaît ? L'esprit, l'essence de sentiments aussi forts subsistent au-delà de la chair. Théo trouvera le moyen de reconquérir son amant, de récupérer son coeur et de prendre sa place de père.

Format livre disponible sur : 

Lulu PROCHAINEMENT SUR AMAZON

Format Ebook pour les membres premium.

romans-gays-mxm/acces-premium-mxm/broken-dreams.html">Ebookprem 

Prologue

 

Tout le monde meurt un jour. Personne ne peut rien y faire si ce n’est repousser l’échéance. Tout le monde doit mourir, c’est un fait. Vous, moi, nos proches, rien ni personne n’y échappe.

Nous vivons avec la mort, mais quelle importance lui donnons-nous ? On regarde les actualités : une femme a tué ses trois enfants ; un 747 a explosé au-dessus de l’Atlantique ; des touristes pris en otage ont été fusillés. Ces annonces sont quotidiennes et plus ou moins étayées selon les intérêts politiques du moment. Qui réagit à cela ? Personne. Hormis se sentir compatissants, peinés, choqués l’espace de quelques minutes, ces gens qui meurent font partie du décor… Triste constat, mais réaliste. Comment pourrions-nous vivre si nous n’étions pas insensibles à ces tragédies ?

Quoi qu’il en soit, à 26 ans, on pense à tout, sauf à mourir. On se croit invincible, intouchable. On songe à son avenir, on termine ses études, on commence une carrière, on s’engage, on comprend le sens du mot « aimer », on projette d’avoir un premier enfant…

À 26 ans, le monde nous appartient, du moins, c’est ce que je pensais.

Chapitre 1

A jamais

 

J’étais content de voir Lucas si heureux, le sourire aux lèvres et riant à la moindre plaisanterie. Nous avions passé la soirée avec nos amis d’enfance. Danielle et Samuel s’étaient mariés trois ans plus tôt. Tous les quatre, nous étions rencontrés au collège sans jamais nous perdre de vue. Ce soir-là, Lucas et moi fêtions nos huit ans de vie commune.

Pour l’occasion, nous avions réservé une table dans un petit restaurant situé dans la banlieue de New York : le Grafton. Un endroit chaleureux, tenu par une famille d’Irlandais qui avait immigré au siècle dernier. Les discussions avaient tourné autour de notre passé commun, de nos années lycée à Northfolk en Californie. Danielle et Lucas avaient étudié à UCLA, Samuel avait obtenu une bourse pour Yale, quant à moi j'avais quitté les bancs de l'école après le secondaire. À cette époque, je n’étais guère intéressé par les études et j'avais préféré passer tout mon temps près de Lucas. Mon diplôme de secondaire en poche, j’avais enchaîné les petits boulots pour payer les factures de notre premier appartement. En ce temps là, je me fichais des projets de carrière, de l’ambition professionnelle. Tout ce qui m'importait était de profiter de la vie avec Lucas, et l'avenir me donna raison.

Nous quittâmes le Grafton aux alentours de onze heures. La rue était déserte. Seuls, quelques fracas de bouteilles de bière triées à l’arrière des bars rompaient le silence. Il me tardait de rentrer chez nous, de rejoindre notre nouvel appartement où nous habitions depuis six mois. Je l'avais entièrement repeint et aussi aménagé la chambre du bébé… quant à Lucas, il s'était occupé de la décoration. Nous avions trouvé une mère porteuse. Le bébé avait été fécondé à partir du sperme de Lucas. J'étais le futur père ! incroyable ! je n’en revenais pas… Nous avions rejoint Vancouver l’année précédente pour entreprendre les démarches. Notre rêve de fonder une famille se réaliserait bientôt et je me surprenais à compter les jours, ou plutôt les neuf semaines qui nous séparaient de l'accouchement.

Lucas glissa sa main dans la poche arrière de mon jeans et nous marchâmes tranquillement en profitant de l’air frais.

— Je n’ai pas du tout aimé les regards que le serveur te lançait ! confia-t-il sans détour.

Je souris, amusé. Lucas était d’une jalousie maladive. Là où Samuel et Danielle se disputaient régulièrement, je me rassurais des remarques de mon compagnon. Je considérais la jalousie comme un sentiment normal lié à l’amour. Je souffrais  quand un homme ou même une femme posaient son regard sur Lucas.

— Quel serveur ? lui répondis-je d'un ton léger.

Lucas afficha une mine exaspérée par ma mauvaise foi évidente.

— Te fiche pas de moi, t’as bien vu qu’il était aux petits soins pour toi toute la soirée.

Je préférai couper court pour le rassurer plutôt que poursuivre sur le ton de la plaisanterie.

— Je n’ai rien remarqué.

Ainsi, le sujet serait clos jusqu’aux prochains regards de beaux garçons qui se poseraient sur moi par inadvertance. Nous arrivâmes à la voiture. Lucas me prit la main et m'attira contre lui.

— Tu sais de quoi j’aurais envie là tout de suite ?

Mon esprit mal placé formula des conclusions hâtives que je dus chasser au plus vite. Je répondis d’un air coquin, témoin de mes songes libertins.

— D’un gros câlin agrémenté de framboises et de chantilly ?

Le regard de Lucas brillait. Il comprenait mon sous-entendu, recevait le message à la perfection.

— Non… De chocolat.

— Tu sais qu’on sort de table ?

— Tu sais que je suis insatiable ?

Comment pouvais-je résister à pareil argument ? Je lui souris et me reculai afin d’ouvrir sa portière.

— Je vois… On t'en trouvera sur la route.

— T’es un ange.

Lucas installé dans la voiture, je refermai la portière côté passager et contournai le véhicule. Mais je n’eus pas le temps de poser ma main sur la poignée, un homme nettement plus costaud et robuste que moi me saisit le bras et me plaqua contre la voiture. Mon cœur s’affola. Je rivai mes yeux sur mon agresseur, mais une cagoule dissimulait son visage. Son regard, je ne l’oublierai jamais… Noir, agressif, empli de haine… Un vent de panique me saisit quand je sentis le métal froid de son arme se poser contre mon front.

— Tu vas me filer ton fric et les clefs de ta caisse !

Lucas se trouvait dans la voiture et je redoutai qu’il sorte. En aucun cas, il ne devait se montrer, intervenir et risquer d'attiser la folie de mon agresseur.

— Ok… Attends, lui répondis-je spontanément.

Mes mains tremblaient, mes jambes flageolaient. L’homme pressa le canon contre ma peau et haussa le ton, déterminé et sûrement aussi affolé que moi.

— Grouille ou je te descends !

Je n’eus pas le temps de fouiller dans ma poche pour sortir mon portefeuille. Ce que je redoutais arriva : derrière moi, Lucas ouvrit la portière et interpella mon assaillant.

— Je vous en prie, baissez votre arme, on vous donnera tout ce que vous voulez…

De plus en plus nerveux, l'homme cagoulé braqua son arme en direction de Lucas.

— Bouge-pas toi ou je te descends aussi !

Mon sang ne fit qu'un tour  à l'idée de voir Lucas se faire tuer devant moi. Pris de panique, je saisis le poignet de l'agresseur pour détourner son arme et maintenir le canon vers le sol. Peu m’importait que cet homme soit plus fort que moi ou qu’il me tire dessus,  pourvu qu’il ne blessât pas Lucas. Dans la lutte, un coup de feu retentit et l’homme s’enfuit en courant. Je restai figé en le regardant s’éloigner puis disparaître au carrefour d’une rue. La peur demeurait, je ne cessais de trembler. Je me tournai aussitôt vers Lucas et m’assurai de son état.

— Ça va… Il est parti, c’est fini bébé.

Je devais me calmer pour ne pas l’inquiéter. Il s’approcha de moi sans m'accorder la moindre attention et je suivis son regard tourné vers le sol. Un corps gisait sur le trottoir. Mon corps... Le temps sembla s’arrêter à cette seconde précise.

Mon cadavre gisait aux pieds de Lucas, le sang s’écoulait de ma belle chemise blanche et se répandait sur le bitume. Je niais l’évidence et relevai mes yeux sur Lucas.

— Non… Non…

J’étais en plein cauchemar, je devais me réveiller.

— Je suis là !

Lucas s’agenouilla, tremblant, près de ce corps qui était le mien. Il posa sa main sur ma blessure tandis qu'il appelait le 911, affolé.

— Allô…

Le ton cassé de sa voix m’anéantit davantage.

— J’ai besoin d’une ambulance. Mon… Mon compagnon… On lui a tiré dessus. Je suis... Je suis sur Grafton Street.

Mon sang s’écoulait entre les doigts de Lucas. Cela ne pouvait être qu’un cauchemar. J’allais me réveiller ! Je refusais la réalité, relevais mon regard vers celui imbibé de larmes de Lucas. J’étais figé, incapable de parler, de croire à l'impossible.

— Je suis là…criait- t-il désespéré. Tient bon bébé ! Je t’en supplie, me laisse pas tout seul.

Comment cela était-il possible ? Il regarda autour de nous. Je l’imitai. Que faisaient les secours ? Ils devaient arriver pour me sauver, mais aucune sirène ne résonnait.

— À l’aide, criai-je… AIDEZ-NOUS !

Personne n'entendait mon appel. Je m’accroupis près de Lucas, voulus poser ma main sur la sienne dans un réflexe, mais passai au travers. Je paniquais, mesurais que Lucas ne me voyait pas, ne m’entendait pas…j'étais invisible.

J’étais mort.

 

Le Marchand de Venise [Format Kindle] Andrej Koymasky Résumé : Dans une sorte de conte des mille et une nuits, Lorenzo, un riche marchand de Venise à l'époque des Doges, raconte à Poletto, son page, sa longue vie d'amour et d'aventures. Et après chaque histoire, le jeune page très amoureux rejoue avec son maître les passages les plus chauds de l'épisode du jour. Parti de Venise jusqu'en Chine, à travers la Perse, l'Inde et le Siam, Maître Lorenzo découvre et décrit des paysages grandioses, des aventures fascinantes et des amants magnifiques qui laissent le jeune Poletto muet d'admiration, mais très excité...

Amazonkindle

 

Loïc, sur le chemin de l'amour et de la gloire [Format Kindle] Alain Meyer Résumé : 1755. Loïc, fils de pêcheur malouin a quinze ans. Ce jeune Breton, fils de la terre et de la mer, subit la misère du monde paysan. L'amour qu'il découvre avec son ami d'enfance est l'une de ses rares joies. Pourtant, il n'a d'autre avenir que de le quitter pour prendre la mer au service du roi. Son destin va l'emporter, loin de Saint-Malo, loin de la terre de France. Aux Amériques, il va trouver l'amour et conquérir la gloire. Là-bas, on le connaîtra sous le nom de "Ciel Ardent". Il aura de nombreux amants, mais toutes ses pensées iront à Jacques le trappeur. Parti de rien, en moins de cinq ans, il passera des planches d'un navire aux parquets de Versailles. À vingt ans, il rencontrera le roi Louis XV. Sur son berceau, trois fées s'étaient penchées. La première lui a donné la beauté du Diable. La seconde l'a doté du courage du lion. La troisième a voulu qu'il ait l'intelligence du sage.

Amazonkindle

 

La Maison De Blue Mountain (Pack Collection) [Format Kindle] Cardeno CRésumé : Exilé par sa meute quand il était adolescent, l’Omega Simon Moorehead a appris à enfouir sa nature douce pour survivre. Quand un Alpha massif au visage dur attrape Simon sur le territoire de la meute, il tente de s’échapper, certain que sa mort est imminente. Mais au lieu de le tuer, l’Alpha ramène Simon chez lui. En homme d’action, Mitch Grant déracine sa vie pour aider son frère à diriger la meute de Blue Mountain. Mitch vit à l’écart,protégeant tout le monde dans l’ombre, mais toujours seul. Pour lui, un compagnon est un rêve devenu réalité, alors il ne va pas laisser de petites choses comme les rejets de Simon, ses attaques et ses insultes se mettre en travers de leur chemin. Avec patience, séduction et une attention sincère, Mitch va traverser la tempête pendant que Simon chasse ses propres fantômes et la solitude de Mitch. 

Amazonkindle

 

Gardienfrere1  Gardienfrere2  Gardienfrere3

Tome 1 : Les Trois Premières RèglesLe Marshall Jon Foster a perdu sa raison d’être et sa santé mentale le jour où il a vu l’apparition de son frère décédé. La distraction a sauvé la vie de Jon, mais a coûté la vie à de nombreuses personnes innocentes, dont celle de son meilleur ami et partenaire. C’était un prix à payer auquel Jon, le survivant, ne pouvait faire face et n’était pas sûr de pouvoir comprendre un jour. Rongé par le remord et la culpabilité, il essaie d’échapper à son passé en se réfugiant dans une petite ville, perdue au milieu de nulle part. 

Amazonkindle