×
 x 

Panier Vide
Shopping cart
Panier Vide
Articles
Categories
Ebooks à télécharger

Kyrian Malone

Créé le 25 septembre 2018

Résumé : 10e siècle. Tant de choses se disent sur la guerrière au bouclier. Des histoires se répètent, se déforment à travers et au-delà des contrées d'Hafnarfjörður jusqu'aux plaines du Fjörukráin. Personne ne sait qui est réellement cette femme, d'où elle vient, quelles sont ses origines ni quand elle est née. On la dit fille de Freyja, elle-même fille de Njörd et sœur jumelle de Freyr. Elle semble humaine, a les atouts d'une femme et saigne comme les hommes. Dotée d'une beauté divine, d'une chevelure d'or, elle se distingue au milieu des combats, des guerres, des expéditions et des raids contre les Saxons ou les habitants de Francie. Des générations d'hommes peuvent témoigner de son éternelle et impérissable jeunesse, quand d'autres, sceptiques, vivant à des lieues de Sæby ou des terres scandinaves, remettent en doute jusqu'à l'existence du Demi-dieu. Comparée aux Valkyries, aux vierges guerrières qui servirent Odin lors du Ragnarök, cette femme est à la fois redoutée et redoutable. A-t-elle réellement approché le Dieu des Dieux ? A-t-elle combattu à ses côtés ? Est-elle l'une des Valkyries accompagnant les défunts guerriers jusqu'au palais d'Odin au Valhalla ? Il se dit qu'elle a enterré trois maris, tué des Rois et chevauché un loup géant. Couverte du manteau en plumes de faucon de sa mère Freyja, elle se serait changée en oiseau pour voler entre le monde des morts et celui des vivants. Mais où se trouvent les limites entre contes et réalités ?

Format Epub + PDF sans DRM 

télécharger l'ebook

Format papier disponible sur : 

Into the Dark - Saison 1 - livre lesbienRésumé : A 28 ans, Ana Reyner est une jeune femme comme tout le monde ou presque. Sa vie professionnelle lui prend tout son temps, sa vie privée est plus que décousue au travers d'aventures d'un soir. Tout va basculer quand elle va rencontrer Rachel, adolescente instable poussée par la vie dans les méandres de la drogue et de l'addiction. Touchée par cette jeune femme au visage d'ange et aux grands yeux clairs, Ana décide de la sortir de la rue et de lui offrir les chances qu'elle n'a pas eu étant adolescente, l'espoir d'une vie stable, d'un avenir meilleur. Malgré leur différence d'âge, Rachel démontrera à l'égard d'Ana des sentiments que celle-ci refusera. Du moins, les premiers temps...

Comme certains nous l'avaient pas du tout subtilement suggéré, nous avons débuté notre processus d'adaptations de fanfictions AU en roman original.

Adapté de la fanfiction "Addictions" publiée sur Slayerstime en 2007

Format papier disponible sur :

Format Ebook EPUB 

Créé le 2 février 2015

kyrian-malone-et-jamie-leigh.html">Fotolia_45502255_XS.jpg

Dans l'attente des prochaines publications - et il y en aura au moins 3 en février - Béa a ouvert un sujet dans le kyrian-malone-et-jamie-leigh.html">forum pour que vous puissiez nous poser vos questions - Certains d'entre-vous nous en posent parfois par MP, souvent les mêmes (questions), et nous avons malheureusement très peu de temps pour répondre. Voici donc pour vous l'occasion de nous poser toutes les questions - dans la limite du raisonnable - que vous voulez. Jamie et moi vous répondrons dans un délai raisonnable !

TRILOGIE INTÉGRALE - 540 pages

Résumé : Un soir de pluie sur une route à la sortie de Boston, Emma rumine sa colère envers sa petite amie qu'elle vient de trouver au lit avec une autre. Le pied sur l'accélérateur, elle perd le contrôle de son véhicule et c'est l'accident. Quand elle se réveille, sa voiture encastrée dans un arbre, plusieurs hommes entourent son quatre-quatre armés d'épées, d'arbalètes et de lances. Est-elle en train de rêver ?

Note : Suite à de nombreux emails, nous publions l'intégrale de la trilogie de "Il était une fois la Reine et la Voleuse". Les 3 tomes additionnés représentent un total de plus de 900 pages. Pour cette raison, nous avons préféré publier cette édition en format Roman (6x9) au lieu du format poche habituel (4.25 x 6.87) afin d'amoindrir le coût des frais d'impression.

Dessin par Erandil - Décors + couverture finale par Arnaud Mangerin

kyrian-malone-and-jamie-leigh/il-%C3%A9tait-une-fois-la-reine-et-la-voleuse-edition-collector/paperback/product-21838198.html" target="_blank"> 

Tome 1 - Tome 2 - Tome 3

Découvrez les 30 premières pages en lecture GRATUITE sur notre forum

 
Contactez le service client pour :
  • La gestion de votre compte Premium
  • Toute question en rapport avec votre commande
  • Un problème avec votre compte
  • Une réinitialisation de votre mot de passe
  • Signaler un dysfonctionnement du site
  • Votre demande de code promotionnel
  • Toutes autres suggestions sur le site

 

Ecrivez-nous à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

A noter : Si vous avez payé votre commande et que vous n'avez pas reçu l'email de validation, rendez-vous dans "VOS COMMANDES" où se trouvent vos liens de téléchargement

Comptez entre 24 à 48 heures, jours ouvrables, pour recevoir votre réponse.

Vous pouvez également consulter notre FORUM D'AIDE et y poser vos questions.

 


Si vous souhaitez contacter directement les auteures, nous vous invitons à les ajouter à Facebook :

kyrian.malone" target="_blank">Kyrian Malone - Jamie Leigh

 

Déteste-moi tant que je t'aime (Nouvelle lesbienne)Synoposis : Emma, jeune femme de 28 ans enrôlée chez les Marines depuis des années, retourne à Northfolk pour le mariage de son père. Elle ne connait ni la mariée, ni ses antécédents et quand elle constate sa beauté et son âge bien trop jeune pour son père, elle décide de tout mettre en oeuvre pour faire annuler cette union. Mais ce sera sans compter sur le caractère de sa future belle-mère. L’union ne sera peut-être pas celle que tout le monde attendait…

Format Numérique Ebook PDF + Epub sans DRM :

télécharger l'ebook

Format numérique chez nos distributeurs :

 

Format livre disponible sur

  

Créé le 5 février 2013

De guerre, d'Amour et de Sang - tome 9

Faith a été enlevée par la Duchesse. Plusieurs mois s'écoulent, plusieurs années... Les recherches à travers le Monde restent sans résultat et le clan tout entier en demeure affecté. Sarah ne baissera pourtant pas les bras, jusqu'à ce que sa pire ennemie la contacte pour lui proposer un accord qu'elle ne pourra refuser.

Format numérique - Membre Premium uniquement

Format livre :

kyrian-malone-and-jamie-leigh/de-guerre-damour-et-de-sang-tome-9/paperback/product-21972499.html" target="_blank">

Créé le 8 novembre 2012

Synopsis : Jennifer James est agent de liaison au sein du BSU, unité de profilage du FBI basée à Quantico. L'équipe du Bureau rejoint New-Haven dans le Connecticut pour interpeller le dirigeant d'une secte responsable de la disparition de plusieurs jeunes femmes. Ce que Jennifer ignore en descendant dans les sous-sols de la demeure prise d'assaut, c'est qu'une créature l'attend et va lui faire découvrir qu'un tout autre monde existe...

Format Ebook PDF + EPub :

Format livre sur : 

kyrian-malone-and-jamie-leigh/antechrist/paperback/product-22342369.html" target="_blank">

Créé le 3 janvier 2011

Résumé Un rien sépare le monde des morts et celui des vivants. Faith le sait puisque Faith est morte il y a quelques jours... Ou quelques mois, elle ne sait plus. De l'autre côté, le temps n'a plus d'effet, il n'est plus palpable, mais la douleur, elle, perdure en voyant son entourage souffrir de sa disparition. Faith est morte mais Faith n'a pas vu cette lumière dont tout le monde parle, venir la chercher. Quand bien même, Faith n'a pas terminé ce qu'elle a commencé ici-bas. Elle n'a que 26 ans, fêtera bientôt ses 27 ans et Sarah est enceinte de Lilly, leur petite fille conçue à Vancouver il y a 6 mois par insémination. Faith était sur le point de réaliser son rêve, fonder une famille. La mort ne suffira pas à lui faire renoncer à son bonheur... Faith est déterminée à revenir dans le monde des vivants !

 

 

 

 



Prologue

 

Tout le monde meurt un jour. Personne ne peut rien y faire si ce n’est repousser l’échéance. Tout le monde doit mourir, c’est un fait. Vous, moi, nos proches, rien ni personne n’y échappe.

Nous vivons avec la mort, mais quelle importance lui donnons-nous ? On regarde les actualités : une femme a tué ses trois enfants ; un 747 a explosé au-dessus de l’Atlantique ; des touristes pris en otage ont été fusillés. Ces annonces sont quotidiennes et plus ou moins étayées selon les intérêts politiques du moment. Qui réagit à cela ? Personne si les victimes ne sont pas célèbres. Hormis se sentir compatissant, peiné, choqué l’espace de quelques secondes ou minutes, ces gens qui meurent font partie du décor… triste constat, mais réaliste. Comment pourrions-nous vivre si nous n’étions pas insensibles à ces tragédies ?

Quoi qu’il en soit, à 26 ans, on pense à tout, sauf à mourir. On se croit invincible, intouchable. On songe à son avenir, on termine ses études, on commence une carrière, on s’engage, on comprend le sens du mot « aimer », on projette d’avoir un premier enfant…

À 26 ans, le monde nous appartient, du moins, c’est ce que je pensais.

 

Chapitre 1

A jamais

J’étais heureuse de voir Sarah égayée, le sourire constamment aux lèvres et riant à la moindre plaisanterie. Nous avions passé la soirée avec nos amis d’enfance. Danielle et Samuel s’étaient mariés trois ans plus tôt. Tous les quatre nous étions rencontrés au collège sans jamais nous perdre de vue. Ce soir-là, Sarah et moi fêtions nos huit ans de fiançailles.

Pour l’occasion, nous avions réservé une table dans un petit restaurant situé dans la banlieue de New York : le Grafton. Un endroit chaleureux et tenu par une famille d’Irlandais venus s’installer en ville depuis plusieurs générations. Les discussions s’étaient tournées vers notre passé commun, vers nos années lycée à Northfolk en Californie. Danielle et Sarah avaient étudié à UCLA, Samuel avait obtenu une bourse pour Yale et pour ma part, je m’étais arrêtée après le lycée. À l’époque, je n’avais guère été tournée vers les études, avait préféré passer tout mon temps près de Sarah. Après l’obtention de notre diplôme, j’avais enchainé les petits boulots pour payer les factures de notre appartement. À cette époque, je me fichais des projets de carrière, de l’ambition professionnelle. Tout ce qui importait était de profiter de la vie avec ma copine…

J’avais eu raison.

Nous quittâmes le Grafton aux alentours de onze heures. La rue était déserte. Seuls, quelques fracas de bouteilles de bière triées à l’arrière des bars rompaient le silence. Il me tardait de rentrer chez nous, de rejoindre notre nouvel appartement où nous habitions depuis six mois. Sarah l’avait entièrement décoré. De mon côté, je m’étais occupée de la peinture et de la chambre du bébé… Sarah était enceinte, portait notre enfant, du moins, je le voyais ainsi, même si elle avait le rôle évident de la mère ! Moi aussi je tenais le rôle d’une future mère et je n’en revenais pas… Nous avions rejoint Vancouver l’année précédente pour entreprendre les démarches en vue d’une insémination artificielle. Notre rêve de fonder une famille se réaliserait bientôt et je me surprenais à compter les jours, ou plutôt les neuf semaines avant que nous devenions parents…

Sarah glissa sa main dans la poche arrière de mon jeans et nous marchâmes tranquillement en profitant de l’air frais.

— J’ai pas du tout aimé comment la serveuse te regardait ! m’annonça-t-elle en laissant s’échapper un petit nuage de buée.

Je ne pus que sourire. Sarah était d’une jalousie maladive. Là où Samuel et Danielle se disputaient régulièrement, je me rassurais des remarques de ma petite amie. Je considérais la jalousie comme un sentiment normal lié à l’amour. Je souffrais  quand un homme posait son regard sur Sarah. Je lui répondis, taquine :

— Quelle serveuse ?

Sarah roula des yeux et m’envoya une petite tape du revers de sa main dans le bas ventre.

— Te fiche pas de moi, t’as bien vu qu’elle était aux petits soins pour toi toute la soirée.

Je préférai couper court pour la rassurer :

— Je n’ai rien remarqué.

Ainsi, le sujet serait clos jusqu’aux prochains regards de jolies filles qui se poseraient sur moi par inadvertance. Nous arrivâmes à la voiture. Sarah prit ma main et me serra contre elle en enlaçant ses bras autour de mon cou :

— Tu sais de quoi j’aurais envie là tout de suite ?

Mon esprit mal placé formula des conclusions hâtives que je dus chasser au plus vite. Je répondis d’un air coquin en la gardant bien contre moi :

— D’un gros câlin agrémenté de framboises et de chantilly ?

Le regard de Sarah brillait. Elle arborait une expression à la fois taquine et aguicheuse :

— Non… De chocolat.

— Tu sais qu’on sort de table ?

— Tu sais que je suis très enceinte de toi ?

Comment pouvais-je résister à pareil argument ? Je lui souris et me reculai afin d’ouvrir sa portière.

— Je vois… On trouvera bien un truc ouvert sur la route pour t’en acheter.

— T’es un ange.

Sarah s’installa en affichant une expression à laquelle je ne pouvais résister même si mon petit sous-entendu n’avait pas eu l’effet escompté. Depuis quelques semaines, je devais refouler mes envies incessantes, mon obsession de lui faire l’amour. Son corps et ses tendres soupirs me manquaient, mais j’attendrais. Si Sarah rencontrait quelques désagréments dus à sa grossesse, je devais aussi gérer les miens. Quand les premières nausées s’étaient fait sentir, Sarah m’avait maudit de l’avoir encouragée à porter notre enfant (quand elle ne m’accusait pas d’avoir refusé d’être enceinte). Ses sautes d’humeur cyclothymiques étaient aussi difficiles à gérer. Elle voulait, ne voulait plus, riait, pleurait, et ce, en moins d’une heure.  Sa prise de poids, que je trouvais adorable, la rendait dépressive et déprimée. Mais je m’étais préparée à tout cela, la soutenais et parvenais à la rassurer.

Je refermai la portière côté passager et contournai notre voiture vers la place conducteur. Cependant, je n’eus pas le temps d’ouvrir le véhicule : un homme me saisit le bras et me plaqua dos contre la voiture. Mon cœur s’affola aussitôt. Je rivai mes yeux sur mon agresseur, mais une cagoule dissimulant son visage m’empêcha de le voir. Son regard ! Je ne l’oublierai jamais… Noir, agressif, empli de haine… Mon cœur s’emballa quand je sentis le métal froid de son arme se poser sur mon front.

— Tu vas me filer ton fric et les clefs de ta caisse.

Sarah était dans la voiture et je redoutai qu’elle sorte. Ma femme enceinte était derrière moi, portait notre enfant. Cette évidence se répétait dans mon esprit malgré le canon posé sur mon front. Je répondis sans réfléchir :

— Ok… Attends.

Mes mains tremblaient, mes jambes flageolaient. L’homme pressa le métal du canon sur ma peau et haussa le ton :

— Grouille ou je te descends !

Je n’eus pas le temps de fouiller dans ma poche pour sortir mon portefeuille et entendis ce que je redoutais. Derrière moi, Sarah ouvrit la portière et implora :

— Je vous en prie, baissez votre arme, on vous donnera tout ce que vous voulez…

Notre agresseur porta aussitôt le canon de son revolver dans sa direction :

— Bouge-pas toi ! Laisse ton sac dans la caisse !

Mon sang se glaça et tout se passa très vite. La panique s’empara de moi. Dans un mouvement, je détournai son arme, en maintenant le canon vers le bas. Peu m’importait que cet homme soit plus fort que moi ou qu’il me tire dessus, du moment qu’il  ne blessait pas Sarah. Dans la lutte, un coup de feu retentit et l’homme s’enfuit en courant. Je restai figée en le regardant s’éloigner puis disparaître au carrefour d’une rue. La peur ne me quitta pas, je ne cessais de trembler sous le coup de mes émotions. Je me tournai aussitôt vers Sarah et m’assurai qu’elle n’était pas blessée :

— Ça va… Il est parti, c’est fini ma puce.

Je devais me calmer pour ne pas l’inquiéter. Elle s’approcha de moi sans me regarder et je suivis son regard tourné vers le sol. Un corps  gisait sur le trottoir, mon corps... Le temps sembla s’arrêter à cette seconde précise.

Mon cadavre gisait aux pieds de Sarah, le sang s’écoulait de ma chemise blanche et se répandait sur le bitume. Je niais l’évidence et relevai vivement mes yeux sur Sarah :

— Non… Non…

J’étais en plein cauchemar, devais me réveiller.

— Je suis là, ma puce !

Sarah s’agenouilla, tremblante, près de ce corps qui était pourtant le mien. Elle ramena sa main sur ma blessure tout en appelant le 911 :

— Allô…

Le ton cassé de sa voix m’anéantit plus que je ne l’étais déjà.

— J’ai besoin d’une ambulance. Ma… Ma petite amie… On lui a tiré dessus. Je suis... Je suis sur Grafton Street.

Mon sang s’écoulait entre les doigts fins de Sarah. Cela ne pouvait être qu’un cauchemar. J’allais me réveiller ! Je refusais la réalité, relevais mon regard vers celui imbibé de larmes de Sarah. J’étais figée, incapable de parler tant ce qui se passait relevait de l’impossible. Sa voix anéantie résonna :

— Je suis là… Tiens bon bébé ! Je t’en supplie, me laisse pas toute seule.

Comment cela était-il possible ? Elle regarda  autour de nous. Je l’imitai. Que faisaient les secours ? Ils devaient me sauver, mais aucune sirène ne résonnait.

— À l’aide, criai-je… AIDEZ-NOUS !

Je m’accroupis près de Sarah, voulus poser ma main sur la sienne dans un réflexe, mais passai au travers. Je paniquai, mesurai que Sarah ne me voyait pas, ne m’entendait pas…

J’étais morte.

Les choses se précipitèrent alors autour de moi, comme un film visionné en accéléré, mais où chaque seconde, aussi courte fût-elle, avait un impact dévastateur : je me vis sur un brancard, sous une lumière vive et aveuglante, des hommes autour de moi tentaient vainement de me ramener à la vie, la couleur rouge de mon sang maculait leurs gants et un drap blanc recouvrit mon visage.

Je vis Sarah à l’hôpital, entourée de ses parents, de nos amis et j’assistai à l’annonce de ma mort. Le décor s’effaça, laissa place à un autre, à notre chez nous. Sarah était effondrée, en larmes, déchirée par sa peine. Ses cris de désespoir perçaient le silence. J’étais impuissante. Je souffrais, ressentais sa douleur au plus profond de moi. Si je n’avais plus de corps, mon tourment était bien présent, bien réel et palpable. 

A suivre dans la version intégrale. 

Format numérique :

télécharger l'ebook 

Edition de Poche - 311 pages : 16.17€

kyrian-malone-and-jamie-leigh/have-faith-roman-lesbien/paperback/product-21943380.html" target="_blank"> 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques avis de lecteurs : 

"Have Faith" - Une romance lesbienne sur fond de surnaturel

 

 

 

En partenariat avec ST EDITIONS, répondez aux questions dans le forum pour gagner votre ebook du tome 1 de "Serial Killer". Vous devez envoyer vos réponses à l'adresse indiquée avant le 25 décembre 2010 23h59

 

1 - Quel est le nom de l'agent en charge du dossier "Lecter", personnage de fiction créé par Thomas Harris dans le roman "Le Silence des agneaux" en 1988

 

2 - Comment s'appelle le tueur en série qui sévit entre 1920 et 1930 dans l'état de New York ?

 

3 - Comment s'appelle la jeune femme profiler qui fut la première à intégrer un service de police en Afrique du Sud ?

 

4 - Quel Tueur en Série fut surnommé "Le Géant de Santa Cruz" ?

 

5 - Quel surnom donne-t-on aux femmes qui tuent leurs époux ?

 

6 - Quel programme informatique est fréquemment utilisée aux Etats-Unis et destinée à collecter et analyser des données concernant certains types de crimes ou criminels violents ?

 

7 - Quel célèbre couple de tueur en série et homosexuel entreprend une série de meurtres à partir de 1978 ?

 

 

 


 

 

Les gagnantes sont : Soso' et Amandine (via lezechanges) qui recevront l'ebook par mail dans la journée.

 

Les réponses sont :

 

1 - Clarice Starlight - 1pts

2 - Albert Fish - 2 pts

3 - Micki Pistorious - 3 pts

4 - Edmund Kemper - 2 pts

5 - Les veuves noires - 1 pts

6 - VICAP - 1 pts

7 - Ottis Toole et henry lee lucas - 3 pts

 

Pour télécharger cet ebook sur votre tablette, Kindle, Ipad, Ipod :

kyrian+malone" target="_blank">

APPLICATIONS UTILES ET GRATUITES

Créé le 4 décembre 2010

 

Résumé : Quand une de ses tantes lui lègue sa maison dans la petite ville paisible de Northfolk, Faith Ryan n'en comprend pas la raison. Étudiante dans une école d'architecture, la jeune femme décide de rénover la demeure et de la vendre, son stage achevé. Mais lorsqu'à peine installée, sa voisine Sarah Leary, la quarantaine séduisante, vient frapper à sa porte, Faith ne se doute pas encore que sa vie en sera bouleversée - 171 pages

 

 

Une vieille tante était morte. C’était ce que sa mère lui avait dit quelques jours plus tôt.

A présent, Faith se tenait devant cette demeure que la défunte lui avait léguée. Elle n’en connaissait pas les raisons. Elle n’avait pas connu cette personne, ne se souvenait pas de l’avoir même déjà croisée. Néanmoins, elle pouvait affirmer que cette maison n’avait rien d’une ruine ou d’une cabane. Au contraire, sa taille permettait autant d’espace intérieur que de discrétion extérieure; une moitié de façade étant dissimulée derrière quelques arbres posés sur un parterre de fleurs. Après quelques pas dans l’entrée, puis dans le salon et la salle à manger, elle comprit néanmoins rapidement que des travaux seraient nécessaires.

A l’évidence, cette tante se consacrait davantage à son jardin qu’à la décoration et l’aménagement intérieur de sa demeure. L’ambiance reflétait d'ailleurs l’âge avancé de l’ancienne propriétaire. La brune ramena une main dans ses cheveux et se gratta la tête, la vente de cette maison ne serait pas aisée dans cet état et elle devrait consacrer tout son temps libre aux travaux. Par chance, le cabinet d’architecte qui allait l'employer pour son stage ne se trouvait qu’à quelques kilomètres. Elle n’aurait donc pas à venir dans cette petite ville de Northfolk tous les week-ends et repartir sur Los Angeles toutes les semaines. Une fois qu’elle eut fait le tour de la propriété, elle rejoignit sa voiture garée devant le garage, mais poursuivit son chemin jusqu’au trottoir.

Son regard parcourut le quartier qui lui semblait plutôt calme et surtout bien entretenu. Elle devrait vivre les prochains mois en ces lieux et devrait s’habituer à cette différence flagrante entre Northfolk et Los Angeles. Au moins, les demeures du voisinage semblaient dégager de bonnes ondes, peut-être était-ce dû à leurs façades ou  architecture. Un silencieux soupir s’évada de sa gorge, songeur et peu certain. Son esprit tentait de se concentrer sur les points positifs qui découlaient d’un long séjour dans cette petite ville. Non seulement, elle serait tranquille pour se consacrer à son stage, mais les révisions pourraient s’avérer plus fructueuses dans ce calme. Elle ne serait pas tentée de sortir, de rejoindre ses amis dans un des bars de la cité des anges. Puis, elle devrait rentrer sur Los Angeles une semaine par mois pour ses cours. Dans un élan d’enthousiasme, elle repartit vers son véhicule et en sortit ses deux sacs et une sacoche. Après tout, si son moral faisait des siennes, Los Angeles n’était qu’à deux heures de route. Elle posa ses affaires à l’entrée, saisit son portable et se dirigea vers la cuisine. Elle composa un numéro et détailla la pièce.

Personne n’avait dû  passer dans cette maison pour faire un peu de rangement après la mort de cette vieille tante. Des boîtes de médicaments de toutes sortes couvraient presque la moitié du comptoir, non loin d'ordonnances qui traînaient sur le plan de travail, près des épices. La brune finit par trouver les sacs poubelles dans un placard sous l’évier et coinça son téléphone entre son oreille et son épaule pour débuter son grand ménage. Si elle devait réaménager cette demeure, elle devrait tout refaire de A à Z. Elle répondit à son ami à l’autre bout de la ligne.

Faith : Demain si tu peux, ce serait bien… Parce que je vais avoir du mal à bouger le canapé ou le buffet toute seule.

# Ouais, c’est là que tu vois que t’as besoin d’un mâle, Faith.

La brune secoua la tête sur cette plaisanterie et sourit.

Faith : J’ai besoin d’aide pour le déménagement, pas dans mon lit… T’arrives demain, alors ?

# Ouais, t’en fais pas, on sera là vers dix heures, j’appelle les autres! Et y’a un supermarché dans ton bled ou on doit ramener la bouffe et les bières ?

La brune rit un peu sur ces mots pour le moins exagérés. D’un geste du bras, elle poussa toutes les boîtes de médicaments dans le sac poubelle.

Faith : C’est bon, ils ont un supermarché, en fait, ils ont même un centre commercial!

# On arrête pas le progrès! On se voit demain, Faith… Oh et Tayler me fait dire qu’elle t’appellera tout à l’heure, mais ça, tu devais déjà le savoir…

La brune le savait effectivement. Tayler, la petite amie de son interlocuteur, était aussi sa meilleure amie depuis qu’elles s’étaient rencontrées au début de leurs études à l’école d’architecture.

Faith : Ok… A plus, Sean.

Elle raccrocha et poursuivit sa tâche fastidieuse qui consistait à faire un tri dans la nourriture entreposée dans les placards, le réfrigérateur et certainement dans le congélateur qui se trouvait à la cave. Elle entendit frapper à la porte et fronça les sourcils, surprise. Elle s’y dirigea et ouvrit. Devant elle, se tenait une femme blonde, habillée d’une longue veste de laine et d’un bonnet qui couvrait ses longs cheveux. Celle-ci lui sourit.

– Bonjour, je suis la voisine d’en face.

L’inconnue désigna la maison d’un signe de main et poursuivit.

– Vous êtes sans doute la fille d’Abigaël Winters ?

Faith avait détaillé cette femme devant elle. Au moins, les voisins semblaient accueillants et sympathiques. Elle lui sourit poliment.

Faith : Non, je suis une petite nièce, elle m’a légué sa maison.

La jeune femme lui tendit sa main.

– Sarah Leary… Et toutes mes condoléances pour votre tante.

Faith saisit cette main pour la saluer, non sans trouver sa voisine plutôt séduisante pour une femme d’une quarantaine d’années.

Faith : Merci, mais en fait, je la connaissais pas.

Sarah garda son léger sourire et glissa ses mains dans les poches de sa longue veste.

Sarah : Vous comptez emménager ou vous êtes là pour vendre la maison ?

Faith : Les deux. Je vais la réaménager avant de la vendre, elle est plus vraiment au goût du jour si vous voyez ce que je veux dire…

La blonde acquiesça et jeta un coup d’œil sur les sacs qui traînaient sur le palier. Elle releva son regard émeraude sur cette jeune femme qu’elle détailla un instant.

Sarah : Si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous venez frapper, je suis chez moi toute la journée, et la nuit accessoirement… pour dormir… enfin... bref, vous m’avez comprise!

 

Ebook supprimé du site sur demande des auteurs en raison des changements de ligne éditoriale visant à proposer les titres de meilleure qualité.

Si vous souhaitez malgré tout le commander, merci de nous contacter.

Créé le 4 décembre 2010

Résumés : Deux jeunes femmes en couple ont un fantasme : S'offrir les services d'une professionnelle pour une soirée torride dans leur maison de Malibu. Elles ont l'argent pour se payer les faveurs de Faith Ryan, vingt-huit ans, qui accepte de les suivre et de se soumettre à tous leurs désirs. Seulement, quand les désirs consommés laissent place aux discussions et aux sentiments, le prix à payer peut s'avérer conséquent.

 


 

La discothèque était bondée ce samedi soir et les deux blondes, au bar, regardaient les gens aller et venir. Ici, ils ne laissaient pas rentrer n’importe qui. La plupart des soirées étaient privées, et le staff connaissait chacun de ses clients et habitués. Une coupe de champagne à la main, Danielle regardait aux alentours, comme à son habitude. Dos au comptoir, sa main gauche restait sur la cuisse de sa compagne et elle ramenait son verre à ses lèvres en fouillant la salle des yeux. Ces derniers s’arrêtèrent sur une jeune femme brune. Elle aussi était une habituée, elle devait avoir entre vingt-cinq et trente ans. Son « travail », tout le monde le connaissait, hommes et femmes. Elle offrait ses services à des célibataires, des couples, pour une soirée ou plus si la somme d’argent était conséquente. La lèvre de la blonde venait doucement frotter entre ses dents sans la quitter des yeux. Sa tête à peine penchée, son regard parcourait ses formes, sa silhouette fine. La brune était une belle jeune femme au charisme et au charme déroutant.

–  Sarah ?

L’autre blonde, assise à sa gauche, jambes croisées, la fixa pour détailler son profil. Elle plissa les yeux en comprenant que sa compagne avait dans son champ de vision un point précis. Elle suivit son regard et le sien se posa sur cette brune. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, l’expression taquine.

–  Tu sais qu’elle prend au moins cinq mille dollars la soirée ?

Danielle le savait et cela n’avait pas la moindre importance.

–  Allez, on va rire… Tu veux pas qu’on la ramène à la maison ?

Sarah demeurait plus incertaine. Elle se pinça les lèvres, ses yeux émeraude sur cette jeune femme brune. Elle connaissait les goûts de Danielle et devait admettre que cette fille était charmante.

–  Juste pour ce soir.

Sarah  aimait faire plaisir à son amante et cédait pratiquement à tous ses caprices. Même si ce genre de choses ne faisait pas partie de leurs habitudes, la blonde et elle en avaient déjà discuté et ce  fantasme de la « troisième fille » ne lui déplaisait pas. Elle sourit tendrement à Danielle.

–  Va la chercher et dis-lui de venir prendre un verre avec nous.

Danielle ne pouvait que sourire. Elle fixa son amante de ses yeux bleus étincelants, sa lèvre entre ses dents, et se pencha sur elle pour poser un doux baiser sur les siennes.

–  Je t’aime, toi.

Sarah frissonna et lui répondit spontanément.

–  Moi aussi.

Danielle posa son verre et rajusta son haut, enthousiaste.

–  J’y vais.

Sarah la regarda s’éloigner vers la brune et en profita pour la contempler dans son petit jeans moulant bleu clair et déchiré sur le dessous de sa fesse droite. Sa blonde était jeune, avait toujours cette allure décontractée qui ne laissait rien transparaître de leurs moyens financiers.

 

*********

 

La brune était vêtue d’un cuir noir et d’un haut moulant en latex, attaché dans son dos par de simples lacets. Il dévoilait et serrait sa poitrine dans un décolleté généreux et aguicheur. Un verre à la main, elle souriait à un couple d’hommes qu’elle connaissait par habitude. Elle sentit des doigts tapoter son épaule et se tourna vers la jeune femme blonde. Instinctivement, elle la détailla, la jaugea au premier regard. Celle-ci devait être âgée de vingt-cinq ans environ. Elle lui fit son sourire commercial autant que charmeur.

–  Je peux t’aider ?

Danielle l’avait davantage détaillée dans cette approche et son air s’était fait, malgré elle, plus incertain. Elle repoussa du bout de ses doigts sa frange dorée qui tombait sur son front et révéla cette étincelle claire et bleue.

–  Salut.

Elle lui montra Sarah plus loin.

–  J’ai ma petite amie là-bas et… on se demandait si tu pouvais… enfin…

Sa voix se baissa, plus discrète.

–  Si tu pouvais venir boire un verre avec nous… elle et moi, toutes les trois… tu vois ?

Faith avait plissé les yeux sur l’autre blonde plus loin. Elle avait légèrement souri, amusée par le comportement intimidé de cette jeune femme. Elle devinait qu’elle n’était pas habituée à demander de quelconques services à des personnes comme elle. Elle but quelques gorgées de son verre et la détailla pour mieux la cerner. Elle avait déjà vu ces deux jeunes femmes blondes et savait qu’elles étaient en couple, peut-être depuis trois ou quatre ans.

–  Pourquoi pas.

Elle prit un air plus charmeur et rajouta.

–  Je te suis.

 

A suivre...

 

FORMAT LIVRE : kyrian-malone-and-jamie-leigh/what-we-desire/paperback/product-21469414.html" target="_blank">COMMANDER

FORMAT EBOOK : COMMANDER

Faith se réveilla avant Sarah. Son corps collé au sien lui tournait le dos. Ses narines s’approchèrent de ses cheveux dorés, voulant se gorger de ses fragrances vanillées. A peine avait-elle ouvert les yeux que son désir était remonté au creux de son ventre. Cette envie de réitérer son forfait, de lécher Sarah, de s’approprier son essence intime et de la déguster faisait toujours rage en elle.

Pour Faith, il n’existait pas meilleure emprise sur l’autre, meilleur moyen de posséder une personne. Elle en frissonnait et percevait cette excitation familière naître entre ses cuisses. Les flashs de leur étreinte la berçaient avec ravissement. Elle s’accouda, pencha son visage au creux de son cou, trouva le berceau de ses parfums et y glissa ses lèvres. Sa main ne tarda pas à se glisser sous le drap et ses doigts trouvèrent alors la douceur de la peau de Sarah sur son ventre plat. Il faisait nuit, ce qui lui laissait le temps de la caresser, de profiter de son corps et de la réveiller comme Sarah le méritait. Elle la vit revenir à elle et perçut ses doigts fins se faufiler dans ses cheveux.

Pouvait-elle être plus audacieuse ? Ses doigts descendirent avec lenteur jusqu’au tissu de son short et tracèrent leur chemin sous ce dernier. Sarah la laissait faire et Faith n’y voyait qu’une autorisation silencieuse à poursuivre sa fabuleuse conquête. Ses doigts se faufilèrent sous le tissu et son désir s’accrut en constatant l’absence d’un quelconque sous-vêtement. Ils atteignirent la fine toison du pubis de Sarah et ses yeux se fermèrent afin d’imaginer ce qu’elle touchait. Le sexe entretenu de la blonde était sous ses doigts… Elle capta le doux soupir de sa blonde, se redressa et rouvrit les yeux en la voyant se tourner sur le dos. Elle se perdit un instant dans son regard émeraude qui brillait pour elle, lui insufflant de poursuivre sa torture.

Dieu que Faith aimait la voir se soumettre à elle, quémander ses attentions, la savoir attendre sa décision de la faire jouir. Sa jambe se glissa entre les siennes et les écarta. Ses doigts descendirent davantage, s’immiscèrent dans cette fente jusqu’à trouver ce petit bourgeon humide. Elle mouillait aussi désormais… Dans de doux assauts, son index et son majeur entreprirent de sensuels mouvements circulaires sur son clitoris. Elle retrouvait cette ivresse des sens, calmait cette frustration de la veille. Sarah se donnait de nouveau à elle, repliait ses jambes et les écartait pour lui laisser tout l’accès nécessaire à son trésor.

Faith voulait la faire mouiller, la savoir suppliante de plaisir. Son regard se posa sur ses lèvres entrouvertes d’où s’évadait un souffle chaud, irrégulier. Elle y posa les siennes, captura son soupir, se l’appropria parce qu’il lui appartenait. Ses doigts descendirent et trouvèrent ce lait chaud à l’entrée de ce petit trou qu’elle avait conquis l’avant-veille de sa langue triomphante. Ils s’en imbibèrent et remontèrent sur son bourgeon découvert afin de lui donner une attention toute particulière. Les doigts de Sarah restaient sur sa nuque, s’ouvrant et se fermant sur le rythme lent de ses attentions.

Oui, la blonde aimait sentir Faith la prendre parce que personne à part elle ne savait le faire avec tant de passion et de dévotion. Son index et son majeur repartirent à l’entrée de son sexe vorace et s’y laissèrent happer sans la moindre contrainte. Elle les enfonça, la pénétra profondément et capta dans le baiser ce qui n’était autre qu’un merveilleux gémissement. Faith était douée et le savait… Elle les ressortit, les infiltra de nouveau et entreprit de lents et profonds va-et-vient dans cette cavité chaude et sécurisante.

Elle rompit finalement le baiser et scruta de ses prunelles brillantes l’effet de ses assauts sur Sarah. Sa blonde était haletante, son front suintait et Faith jubilait face à pareil spectacle. Ses assauts redoublaient de sensualité, se faisaient à peine plus rapides. Faith amena son pouce sur le clitoris de Sarah qui se cambra avant de fondre son visage dans son cou. Quand elle perçut les dents de Sarah se fermer sur sa chair, étouffer un gémissement, elle faillit jouir malgré elle, surprise. Ses muscles se contractèrent et ses doigts accentuèrent leurs pénétrations. Elle sentit Sarah en proie à son orgasme incontrôlable, la perçut trembler contre elle, et jouir sur ses doigts. Elle cessa tout mouvement et vit son visage retomber en arrière.

Sarah se retrouvait de nouveau sonnée par ce fabuleux réveil. Elle détaillait Faith… Son regard dans le sien était comme capturé, emprisonné par l’intensité des émotions qui se dégageaient de ce moment. Elle s’était laissée aller à cette étreinte, n’avait pu arrêter les assauts délicieux de Faith. Elle n’était pas du matin, mais jouir en début de journée était très agréable. Faith repoussa quelques unes de ses mèches dorées, encore surprise par cette légère morsure qui avait manqué de faire naître son propre orgasme. L’essentiel était que sa blonde avait joui sur ses doigts. Elle l’avait faite venir deux fois et était très tentée de recommencer dans les minutes qui suivraient.

 

 

Créé le 5 septembre 2010

 Le FAN-trailer

De guerre, d'Amour et de Sang - Tome 1 Réédition 2012 - 2013

PROLOGUE

 

J’allais mourir.

Parmi les trois ou quatre cent personnes qui allaient et venaient autour de moi, je serais celle qui mourrait dans quelques minutes. Pourquoi, comment, je n’en savais strictement rien et je ne savais pas non plus pourquoi elle m’avait choisie. J’avais toujours eu des doutes sur ma sexualité, mes attirances envers les filles et n’avais expérimenté que les garçons. Pourtant, ce frisson qui m’avait parcourue en la voyant n’était comparable à aucun autre et avait réveillé ce petit quelque chose en moi que je n’expliquais pas.

Il y avait d’abord eu l’instant où je m’étais arrêtée, l’avait regardée comme pour m’assurer qu’elle était bien là, puis ce moment où nos regards s’étaient fixés l’un dans l’autre, celui où j’avais senti mon cœur s’affoler dans ma poitrine. Une réaction physique qui ne trouvait d’explication nulle part mais dont je me rappellerais jusqu’à la fin de mes jours qui ne tarderait pas.

Nous nous étions observées à bonne distance, moi, trop timide, m’arrangeant pour la suivre des yeux, elle, charismatique, attendant peut-être un signe de ma part. Du moins, je voulais le croire…

Elle avait peut-être cinq ou six ans de plus que moi et du haut de mes dix-neuf ans, je n’en menais pas large face aux émotions trop exaltantes qui me bousculaient. Elle avait déjà un pouvoir insoupçonnable : celui de capturer toute mon attention, de se dissocier avec aisance et grâce de la foule dans laquelle nous baignions.

J’avais hésité les premières minutes mais la réalité m’avait frappée : parmi les trois ou quatre cent personnes autour de nous, elle m’avait regardée moi, pas Tommy ou d’autres qui nous entouraient, mais moi seule… Je n’avais pourtant rien de plus que toutes ces filles splendides qui allaient et venaient dans ce bar branché de Portland, ce genre de filles que tous les garçons convoitaient pour passer une bonne soirée pleine de luxure. Ni robe tape à l’œil, ni coiffure sophistiquée, ni talons hauts instables, ni maquillage dégoulinant à la moindre intempérie. J’étais ce que tous appelaient « une fille du comté », une campagnarde de Livermore Falls, petite ville inconnue du Maine à vingt minutes de Lewiston et à deux heures de Portland.

Si j’étais dans ce bar ce soir, ce n’était ni pour passer du bon temps, ni pour boire à me rendre ivre comme la plupart des gens de mon âge. J’avais simplement accompagné Tommy et avais trouvé à travers cette inconnue la plus fascinante des distractions.

Elle se tenait au bout du bar, debout, en retrait de la foule dans un coin plus sombre mais assez éclairé pour que je puisse la contempler. Habillée d’un jeans, un col roulé noir moulait son buste. Son teint pâle faisait ressortir ses sourcils fins et noirs autant que ses yeux que je devinais noisette.

Quand je la vis se redresser, enfiler sa veste et se reculer du comptoir, je ne sus ce qui me prit et trouvai l’audace de la suivre. Le regard qu’elle m’avait lancé m’était parvenu comme une silencieuse invitation. Sans dire un mot à Tommy que je pensais revoir après, je m’éloignai, me frayai un chemin entre les clients jusqu’à atteindre la porte où elle venait de disparaître.

Je me retrouvai dehors et le vent froid me claqua. Je relevai ma capuche sur ma tête et enfonçai mes mains dans les poches de ma veste. Je restai un instant à la chercher des yeux sans la voir. Des gens sortaient, d’autres entraient, des voitures passaient au ralenti devant l’immeuble, mais elle n’était plus là. Il n’était pas pensable de me résigner, de laisser passer la possibilité de lui parler, même pour obtenir simplement son prénom et peu importait de me couvrir de ridicule.

Je contournai la façade du bar jusqu’au parking sans la voir. Il me semblait arriver trop tard… Je me retrouvai seule au milieu des voitures et mesurai mon audace vaine. Jamais je n’avais perçu pareil sentiment de frustration et de dépit en cette seconde.

Je sursautai en entendant un bruit derrière moi et me tournai. Sa silhouette divine se dressa devant moi, à moins d’un mètre. Son visage sembla plus pâle sous la lumière blanche des lampadaires de la rue. Je fronçai les sourcils de façon instinctive, me demandant ce que je faisais planter là. Elle devait certainement se poser la même question en y songeant (ou peut-être pas). Sa main approcha de ma joue et j’eus une seconde d’hésitation spontanée où mon souffle se coupa. Devais-je reculer, parler, arrêter son geste ? Je sentis la fraîcheur de sa peau sur la mienne et sus qu’il était trop tard pour prendre une décision. Sa paume de marbre englobait ma joue. Ses yeux couleur noisette s’assombrissaient sous la pénombre de la nuit. Ils me dévisageaient, hypnotiques et pénétrants. J’en devenais muette et paralysée. Mon cœur battait la chamade, affolé, me provoquant de légers vertiges inhabituels. Le temps sembla suspendu à un fil où le moindre mouvement de ma part aurait pu le rompre et briser cet instant. Immobile, les pieds englués au bitume, je suivis son autre main des yeux avant qu’elle ne m’écarte quelques mèches du visage. Le silence entre nous deux se répandait aux alentours. Je n’entendais plus un seul son malgré la proximité d’une avenue. Même le froid qui nous entourait ne paraissait plus avoir d’effet sur moi. Elle n’avait toujours pas dit un seul mot et ne faisait que me fixer sans relâche. Elle combla le peu d’espace qui demeurait entre nous et brisa enfin le silence.

— Tu me cherchais ?

Sa voix rocailleuse venait de caresser mes tympans. Mes sourcils levés, je me mis à réfléchir à toutes les réponses possibles que je pouvais lui donner. Pourtant, une seule était suffisante et tellement évidente : « Oui » je la cherchais. Pourquoi serais-je sortie sur ce parking, seule, à cette heure tardive s’il en avait été autrement ? Le fait était que je ne parvenais plus à organiser le cours de mes pensées, ne mesurais pas combien la froideur de sa peau était anormale. Mon regard ne se détournait pas du sien comme si sa présence faisait d’elle un mirage. J’osai enfin émettre un son :

— C’est vrai que ça pourrait sembler stupide.

Je me maudis de me perdre dans ma réponse mais m’étais obligée de me justifier. Je n’étais pas de nature timide en général. Cette soirée était l’exception. Je repris dans un air se voulant plus convaincu :

— Je veux dire, ça l’est, je sais, mais tu me regardais et…

On se regardait et je ne m’en sortais pas dans mes tentatives d’explications. Le pire était sûrement de la constater impassible face à mes justifications, face à mes balbutiements idiots. Pourquoi diable ne me faisait-elle pas un signe, ne disait-elle pas un mot qui aurait pu conclure ce malentendu ridicule ? Au contraire, elle demeurait immobile, sa main sur ma joue, l’autre occupée dans mes cheveux. Je demeurai paralysée, les semelles de mes baskets scotchées à l’asphalte, affligée de longs frissons nés de ces contacts. J’entendis sa voix, espérant que ses mots me libéreraient de mon malaise.

— Et quoi ?

Au contraire, cette question m’enfonça dans mon trouble. Et quoi ? Que devais-je répondre ? Quels avaient été mes derniers mots prononcés avant qu’elle ne formule l’idée d’avoir une suite à mes paroles ? Comment pourrais-je me sortir de cet état de confusion dans lequel j’avais sombré ? Cette fille se tenait devant moi, je sentais ses doigts parcourir mes cheveux, sa main glisser jusqu’à ma mâchoire et je demeurais aussi muette qu’une carpe. Je tentai pourtant :

— Je ne suis pas d’ici… J’habite à Falls.

Je ne vis toujours aucune réaction de sa part. Pourtant, elle me semblait attentive au moindre de mes mots et son regard ne me quittait pas, intimidant. Sans une parole de plus, je vis son visage approcher du mien. A cette seconde, mon cœur perdit son rythme et ses battements devinrent anarchiques. Le contact de ses lèvres sur les miennes me figea, me délesta de toute la tension des dernières secondes et me fit sombrer dans un état fiévreux inimaginable. D’un instant à l’autre, je restai paralysée puis répondis à son baiser, à ce premier contact qu’une autre fille m’offrait et auquel je ne pus résister. Ce moment ne trouvait de sens nulle part. Je ne la connaissais pas, ignorais son prénom mais mes lèvres se refermaient sur les siennes, douces et délicieuses à souhait. Mon souffle s’en faisait plus chaud, irrégulier et je la sentis rompre ce contact enivrant tout en me poussant contre la portière d’une voiture. Mes vertiges devenaient incontrôlables, délirants et autant que ses lèvres descendaient sur ma joue, mes doigts se faufilaient dans sa crinière brune et soyeuse. Tommy ne me croirait jamais, pensai-je l’espace d’un instant… Mais Tommy n’avait pas sa place en cette seconde et je le mesurais en respirant les parfums féminins et envoûtants de cette inconnue qui se serrait à moi et me faisait oublier jusqu’à mon prénom.

Je tremblai sous les émotions folles qui me parcoururent, haletai et ignorai le froid ambiant qui ne  calma en rien la chaleur rougissant mes joues. Mon visage tourné vers le sien, je sentis ses lèvres se fermer sur ma peau à l’orée de mon cou. Je la respirai, retins quelques soupirs timides tant je suffoquais de sentir son corps entier se presser au mien. Peut-être étais-je en train de rêver et je refusais de me réveiller. Mes doigts trouvèrent sa nuque, s’y refermèrent en mesurant la douceur de sa peau de glace et je demandai d’une voix plus chaude et bouleversée :

— Tu as froid…

Ce qui ne sembla en rien la perturber alors que d’innombrables bouffées de chaleur me parcouraient.

— Dis-moi au moins… Comment tu t’appelles, lui soufflai-je dans un soupir.

Je n’eus aucune réponse mais un pincement bien localisé sous ses lèvres m’arracha à cet état second dans lequel je sombrais. Je sentis ses dents s’enfoncer dans ma chair et mon souffle se coupa. Elle me mordait, me mordait jusqu’au sang et la douleur qui me saisit, vint entacher les émotions d’ivresse qui s’étaient emparées de moi. Ma main se ferma dans ses cheveux, mes paupières se baissèrent et j’étouffai un râle sans être capable de lui demander ce qu’il se passait. Elle ne bougeait pas, gardait son emprise sur mon corps, sur mon cou. Je sentis son bras m’envelopper alors que mes vertiges de plaisir se transformaient peu à peu en étourdissements. Mes jambes semblaient telles du coton et perdaient de leur force au fil des secondes. Buvait-elle mon sang ? Cette idée incroyable me foudroya, sembla si invraisemblable que je ne pus la croire. Pourtant, je sentais mes forces me quitter. Au bord de l’inconscience, tenue par ses bras puissants, je la vis se redresser. Son regard plus clair sembla transpercer mon âme. Je ne sus si je perdais l’esprit, si j’hallucinais, si la jeune femme qui se dressait devant moi était une chimère sortie tout droit d’un conte pour enfant. Le reflet de ses yeux était clair, ses pupilles dilatées laissaient entrevoir des iris d’un bleu azur mais ses lèvres… Ses lèvres étaient devenues pourpres, aussi rouges que mon sang et révélaient deux canines acérées. Elle m’avait mordue et la vie me quittait. Je la sentais s’évaporer de moi à chacun de mes souffles mais étrangement, je n’en percevais aucune frayeur. Après tout qu’avais-je à perdre ici bas de si cher et si précieux ? Je regardai mon bourreau et ne cessai malgré tout de voir en elle une beauté à la fois féroce et funeste. Si Dieu existait, il m’apparaissait sous sa forme la plus charmante et cruelle à la fois…

Les yeux mi-clos, le froid me saisissait. Mon bourreau m’allongea de moitié sur le bitume en me gardant contre lui. Malgré l’état second dans lequel je me trouvais, je pus la voir se mordre l’intérieur du poignet. Elle le présenta devant mes lèvres et le goût métallique, cuivré et répugnant de son sang s’écoula dans ma gorge. Je voulus détourner mon visage malgré mon manque de force, mais elle le ramena à sa position initiale avant de presser son poignet contre mes lèvres. Plus ce liquide s’écoulait en moi, plus une douleur saisissante me tordait les entrailles. Ce doux rêve devenait un horrible cauchemar. Mon corps épuisé se réveillait, trouvait la force de trembler. Des spasmes m’enserraient l’estomac, pressaient mes poumons. Ma respiration devenait difficile. Chaque inspiration semblait brûler ma trachée et m’exténuait davantage. Je paniquai, et ce qui devait être un semblant d’instinct de survie se réveilla dans l’espoir vain de me libérer de mes souffrances. Elle me tenait fermement contre elle, m’empêchant de me débattre jusqu’à ce que mes membres s’arrêtent de trembler. A cette seconde précise, j’aurais pu le jurer : les battements de mon cœur ralentissaient dans ma poitrine. Mon corps trop faible cessa de réagir et cette douleur vive s’évapora peu à peu. Mes paupières devenues lourdes tombèrent sur mes yeux, me laissant comme seule image le regard pénétrant de mon assassin.

 

A suivre....

 


Livermore Falls, petite ville du Maine d'environ 1700 habitants. Kristen Adams, adolescente de 19 ans va bientôt mourir des mains de Faith Ryan, belle jeune femme aux traits insolents et à l'allure charismatique qui capture son attention au premier regard. Ce que Kristen ignore : Faith est née en l'an 936 dans le comté de  Northumbrie en Angleterre. Ce qu'elle va devenir : Elle ne le sait pas encore, mais elle a été choisie et son dernier soupir rendu dans le Maine la conduira à New York où elle découvrira qui elle est, ou plutôt, qui elle a toujours été.

Le premier roman fantasy écrit par Kyrian et Jamie entre Dublin, Boston, Livermore Falls et Paris. Un livre qui revisite le mythe du vampire de ses origines jusqu'à nos jours.

Créé le 26 juillet 2010

Résumé Quand on a besoin d’argent, on prend ce qui nous tombe sous la main et ce, quel que soit le job. Si on est novice en la matière, il faut savoir se vendre pour le décrocher. C'est dans cette optique que Sarah s'arrête sur la petite annonce placardée sur la devanture d'un bar. C’est non sans une certaine détermination, qu'elle en pousse la porte. "Je viens pour le poste…" Serveuse dans un bar, ça ne doit pas être si compliqué ! Mais Sarah ignore une chose : ce bar n'est pas tout à fait comme les autres…

 


 

Sarah devait repérer les pancartes « Staff wanted ». Elle traversa un passage clouté et s’arrêta à l’angle du trottoir. Devant elle, se dressait un bâtiment New-yorkais dont les normes de sécurité laissaient à désirer. Cela n’avait pas d’importance puisqu’il était urgent qu’elle trouve un job. Elle pénétra dans le bar et balaya le décor des yeux. Les lieux étaient sobres en pleine journée mais la décoration révélait les goûts du propriétaire. Il n’y avait ni musique, ni client… Une personne se redressa derrière le comptoir, des bouteilles de bière à la main.

– Salut… Y’a personne là, je te conseille de revenir vers dix heures…

Sarah s’était faite surprendre par cette jeune femme qui venait d’apparaître, mais au moins, quelqu’un s’occupait des lieux. Elle approcha en glissant doucement ses mains sur son jeans.

Sarah : En fait… Je viens pour le poste…

Elle rajouta dans un signe de pouce vers la porte.

Sarah : J’ai vu la pancarte à l’entrée.

La jeune femme derrière le bar acquiesça et poursuivit sa tâche en remplissant un réfrigérateur de bouteilles de bière.

– Ouais… la pancarte… Et t’as un CV ?

Sarah avança jusqu’au comptoir et croisa les bras en détaillant l’installation, les bouteilles, les machines à pression. Elle hésita.

Sarah : En fait, non… J’ai jamais fait de service, mais si le patron en veut un, je peux revenir et faire quelques arrangements.

Toujours derrière le long bar fait de métal et de bois, la jeune femme se redressa de nouveau et jeta le carton vide plus loin avant d’en prendre un autre et de le poser sur le comptoir.

– T’as quel âge ?

Pendant le courts laps de temps où cette brune la jaugeait, Sarah l’avait scrutée dans ses gestes, son allure décontractée et quelque peu masculine même si sa féminité était flagrante. Elle garda un air naturel et répondit.

Sarah : Vingt-trois ans…

– Tu fais des études ?

Sarah : Non… mais je suis disponible tout de suite et j’ai vraiment besoin d’argent.

La brune acquiesça légèrement sans la quitter des yeux et jeta un autre carton vide vers le premier.

– Des projets ? Tu veux faire barmaid toute ta vie ?

Sur cette question inattendue, Sarah leva les sourcils et esquissa un léger sourire.

Sarah : C’est un pré-entretien avant d’avoir à faire au grand patron ?

– C’est moi le grand patron ici… Et là, c’est un entretien…

Elle contourna le bar pour rejoindre Sarah et ramena ses mains sur ses hanches en la scrutant de la tête aux pieds.

– C’est quoi ton nom ?

Sur l’annonce de son interlocutrice, Sarah s’était tendue. Une nouvelle fois, sa perspicacité l’avait abandonnée. Elle se reprit.

Sarah : Sarah Leary, et… oubliez le passage du CV.

La brune demeura bras croisés sans la quitter du regard. Elle fixait cette petite blonde avec insistance et pouvait aisément deviner que celle-ci n’avait pas dû travailler derrière un bar. Elle s’approcha, tourna lentement autour d’elle et revint sur ses pas :

– T’as jamais travaillé derrière un bar, pas vrai ?

Sarah l’avait suivie des yeux, ses pouces coincés dans les poches de son jeans et intriguée par cette façon dont la brune venait de lui tourner autour. Il était trop tard pour mentir sur ses capacités professionnelles. Elle prit un air convaincant :

Sarah : Non, mais j’apprends vite.

– Tant mieux, tu commences ce soir à dix heures pour un essai… Si tu marches, je te prendrai…

Sarah : Je sais marcher. Ramasser des verres ça doit pas être compliqué et…

Elle s’arrêta dans son élan et demanda d’un petit air interrogateur :

Sarah : Je serai payée combien ?

La brune retourna derrière le comptoir pour continuer de remplir les grands réfrigérateurs.

– Douze dollars de l’heure au début. Passe déjà le premier soir, après on verra…

Douze dollars ? Cela étonnait la blonde qui ne s’était pas attendue à plus de six ou sept. Son sourire était largement revenu sur ses lèvres. Elle se recula, l’air enjoué.

Sarah : Je le passerai. Merci, et à tout à l’heure…

La brune l’interpella, une bouteille de bière vide à la main.

– Sarah, attends…

Elle attendit que la blonde se tourne et rajouta en lui lançant la bouteille.

– Attrape ça…

Sarah avait attrapé la bouteille dans un réflexe, mais restait plus dubitative.

Sarah : Et j’en fais quoi ?

La brune afficha un léger sourire.

– Tu la ramènes chez toi comme souvenir…

Elle reprit sa tâche, marqua une pause, et rajouta.

– Sois à l’heure.

Sarah demeura plus perplexe mais sortit finalement avec sa bouteille vide à la main.

 

*********

 

Sarah arriva à l’entrée du G-Lounge le soir venu. Une foule de clients entrait et sortait des lieux et elle se fraya un chemin afin de rejoindre la salle. L’ambiance était euphorique, les gens dansaient, discutaient, et la musique résonnait à travers les enceintes. Un groupe de rock était installé dans un coin du bar. Elle arriva jusqu’au comptoir, plus incertaine, et une des serveuses se posta devant elle en lançant son torchon sur l’épaule.

– Salut, je te sers quoi ?

La blonde était nerveuse de voir tous ces clients, de voir également ces filles courir derrière le bar. Elle se pencha et dut forcer sur sa voix pour se faire entendre.

Sarah : En fait, je viens pour travailler… Je suis Sarah.

L’autre blonde la détailla même si cette nouvelle fille semblait un peu jeune. Elle lui fit un signe de tête.

– Ok… Suis-moi.

Sarah s’exécuta donc, son regard sur les autres serveuses dont le rythme de travail semblait soutenu.

– Moi, c’est Rita.

Elle désigna une autre fille qui servait des shooters.

Rita : Elle, c’est Rachel.

Une autre la contourna en lui souriant.

– Salut…

Rita : Elle, c’est Tyler et Faith doit être dans la réserve.

Elle lui montra les réfrigérateurs derrière le comptoir.

Rita : Toutes les bières sont ici et Faith t’expliquera pour les cocktails.

Elle la fixa.

Rita : Vu que c’est ton premier soir, tu t’occupes de la salle, tu ramasses les verres, tu prends les commandes, tu souris, et tu t’assures que les frigos soient pleins.

Elle la tira vers une porte.

Rita : Quand ils sont vides, tu viens chercher les cartons ici.

Quand elles furent entrer dans l’office, Faith se redressa, une feuille dans les mains et Rita la désigna à Sarah.

Rita : La nouvelle est là, je l’ai briefée…

Elle fixa la nouvelle.

Rita : J’y retourne, si t’as des questions, tu viens me voir. Ok ?

Sarah : Ok…

Elle s’éloigna, laissant Sarah plus perdue que jamais après toutes ces explications rapides. Cette dernière ne s’était pas attendue à voir le bar aussi bondé de clients, ni même de constater cette ambiance enflammée. Elle resta devant l’entrebâillement de la porte, troublée par le regard que lui portait la brune dont elle connaissait enfin le prénom.

Sarah : Salut…

Faith s’approcha de Sarah et défit les derniers boutons de son chemisier qu’elle noua. Elle ajusta les pans et prit enfin la parole.

Faith : Les clients et clientes sont là pour voir de belles nanas, alors sois-en une…

Sarah s’était laissée faire, bien que perturbée par cette annonce. Elle releva ses yeux de son vêtement noué à ceux de sa patronne.

Sarah : Ça n’implique rien d’autre que de faire ce que Rita m’a dit, n’est-ce pas ?

Faith : Je suis pas un mac, mais un patron de bar, Sarah…

Elle s’éloigna vers des piles de caisses.

Faith : Les pourboires sont pour toi, ta pause est dans deux heures et au moindre problème, t’appelles Bob, le gros balaise à l’entrée. Tu peux y aller… 

A suivre...

 

FORMAT LIVRE : kyrian-malone-and-jamie-leigh/girl-wanted/paperback/product-21602942.html" target="_blank">COMMANDER

FORMAT EBOOK : COMMANDER

 

Créé le 26 juillet 2010

Résumé Tomber amoureuse est une chose, mais tomber amoureuse de sa productrice, de seize ans votre ainée, est un tout autre problème... surtout lorsque l’on se nomme Sarah Leary,   jeune actrice montante du cinéma, déjà adulée et à l’avenir très prometteur. Qui l’aurait cru ? Certainement pas Sarah Leary... Pourtant, quand votre livre de chevet met en avant l’idylle de deux jeunes femmes et que vous ne restez pas insensible au charme de votre productrice Faith Ryan, il y a peut-être matière à se poser des questions et certains indices ne trompent jamais... Mais le monde du show business est un univers impitoyable, principalement quand on veut préserver son intimité et ses secrets…

 


 

Sarah avait refusé de signer ses prochains contrats. La raison était simple : toutes les rumeurs ayant attrait à une relation avec son partenaire de tournage, Matt Peterson, l’avaient usée. Chaque interview donnée avait amené la même question : Etait-elle avec « lui » ? Elle avait passé le plus clair de son temps à se justifier, à démentir chaque "qu’en-dira-t-on" auprès des journalistes. Voyager et partir en tournée pour promouvoir la sortie d’un film faisait partie intégrante du boulot d’acteur, mais voir constamment sa vie privée mise en avant et se faire épier en permanence par les journalistes l’avait agacée.

Sarah était consciente de ne pouvoir empêcher les médias d’extrapoler, mais avait décidé de ne pas tourner la suite de ces films et de ne plus collaborer avec son partenaire afin d’étouffer ces rumeurs. Son agent n’avait pas tardé à l’appeler pour lui faire part d’un autre projet : la productrice renommée Faith Ryan souhaitait la rencontrer. Cet appel avait soulagé ses inquiétudes. Si elle avait démissionné du rôle phare du personnage de Jill Sullivan dans la saga écrite par Robert Hatfield, sa carrière d’actrice ne s’arrêterait pas et sa vie privée se détacherait de ce dernier grand rôle.

Après s’être garée sur le parking privé des bureaux de la Riverside – Maison de production Hollywoodienne – elle entra dans un bâtiment et se présenta à l’accueil tout en ôtant sa capuche :

— Salut, j’ai rendez-vous avec Faith Ryan.

Elle lança un regard sur sa montre et arqua les sourcils.

— Depuis cinq minutes en fait.

L’assistante lui sourit, appuya sur la touche d’un téléphone et entendit :

# Oui ?

— Mademoiselle Leary est arrivée madame.

# J’arrive.

L’assistante raccrocha et la fixa de nouveau.

— Elle arrive…

Sarah n’eut pas besoin d’attendre plus de quelques secondes avant de voir arriver Faith Ryan. L’allure de cette dernière était plutôt décontractée : jeans, chemise cintrée, baskets, ce qui différait de certains directeurs de maison de production en costume. Elle la vit s’approcher, lui sourire et serra la main qu’elle lui tendait.

— Bonjour Sarah.

Faith ajouta en indiquant une porte un peu plus loin.

— Suis-moi, on va pas discuter dans le hall…

Sarah la suivit et pénétra dans un petit salon aux murs décorés de quelques grandes affiches de films tournés dans ces studios. Faith prit deux petites bouteilles d’eau dans un petit frigo posé près des canapés et les amena sur la table basse.

— Assieds-toi.

Sarah s’exécuta en ayant suivi Faith des yeux. Dans son métier, elle était amenée à rencontrer beaucoup de personnes, à se faire une idée de leur personnalité dès les premiers regards et dès les premiers mots échangés. Elle se disait que cette productrice avait davantage l’allure d’une actrice. Faith Ryan était non seulement d’une beauté redoutable à en rendre jalouse plus d’une, mais son charisme s’imposait et l’impressionnait. Sarah pinça un léger sourire :

— Je peux mettre un visage sur votre nom maintenant… Je vous avais imaginée moins amicale en fait.

Faith afficha un sourire amusé sur cette réplique qu’elle n’avait pas attendue. Sarah Leary faisait partie des actrices du moment. Elle était encore jeune mais sa carrière ne faisait que commencer. Certes, ses derniers longs-métrages l’avaient propulsées au rang  de star médiatique duquel beaucoup retombaient lourdement. Elle prit la bouteille, but quelques gorgées et la détailla un instant.

— Je le suis peut-être pas, qui sait…

Elle se redressa en reprenant son sérieux.

— J’ai un projet à te proposer… Je sais pas si ton agent t’a expliqué, je crois que c’est un rôle qui te plaira si je t’ai bien cernée… Il faut d’abord que je sache si tu t’es déjà engagée ailleurs. Je me suis laissée dire que tu ne prolongeais pas ton contrat pour la saga d’Hatfield.

— J’ai rien pour l’instant.

Sarah saisit sa bouteille, se cala dos au canapé et la garda posée sur le bas de son ventre.

— Et mon agent, Glenn, a organisé une conférence de presse pour rendre ma démission officielle.

Elle rajouta d’un signe de son pouce vers la porte :

— Et tant que j’y suis, y’a des journalistes à l’entrée qui m’ont suivie, je vous le dis si vous avez dans l’idée de sortir du bureau avec un ami et de le tenir par la main…

Faith ne quittait pas son léger sourire sur cette référence aux dernières rumeurs qui concernaient la jeune actrice et son ancien collègue. Elle connaissait le fonctionnement des journalistes, savait les inconvénients des métiers du show-business, même si elle n’était pas elle-même une actrice. Elle se ravissait de comprendre que Sarah avait favorisé son entrevue avec elle plutôt qu’avec d’autres maisons.

— Je prépare le tournage d’un prochain film où tu seras en tête d’affiche, du moins, si tu signes… Le rôle que tu auras n’a rien à voir avec ce que t’as fait dans la saga… Le personnage est bi et certaines scènes sont plus ou moins explicites avec une autre femme. Avant que tu répondes, j’aimerais d’abord que tu puisses lire le scénar’, t’en imprégner et ensuite tu pourras me dire si t’acceptes ou pas.

Sarah leva les sourcils et saisit un dossier de feuilles reliées que lui tendait Faith.

— J’ai aucun préjugé…

Sarah vérifia la taille du script qu’elle devrait apprendre et demanda :

— Vous me résumez mon rôle, hormis le côté bi ? Le film parle de quoi ?

Faith jeta un regard sur sa montre et se leva.

— Tu vas jouer la fille d’un flic qui craque pour une femme peu fréquentable…

Faith fixa l’actrice devant elle et poursuivit.

— Il est midi passé, je te propose d’en discuter en mangeant…

Sarah acquiesça d’un signe de tête et se leva en gardant le script en main.

— Vous savez que j’ai tourné un film où j’avais un rôle à peu près similaire côté tendance sexuelle ?

Faith acquiesça et saisit sa veste qu’elle enfila.

— Je sais, j’ai vu ce film… C’est juste que mon scénario comporte des scènes sans retenue, sans le côté tabou du coming-out.

— Sans retenue, ça implique de tourner nue ?

Faith lui ouvrit la porte en la détaillant. Elle espérait sincèrement que Sarah serait d’accord pour tourner ce film parce que son allure correspondait à celle exacte du personnage imaginé.

— Disons que ce serait préférable, mais ça peut s’arranger.

— Et qui sera l’autre actrice ?

Faith entraîna l’actrice jusqu’à un quatre-quatre et répondit.

— Kate Mitchell.

Sur cette réponse Sarah s’arrêta devant la voiture et ses yeux restèrent sur la productrice pour s’assurer qu’elle avait bien entendu.

— C’est vrai ?

Faith releva son regard sur la jeune actrice et répondit.

— Elle a déjà signé et elle connaît le scénario. Elle sait déjà que tu es celle à qui je propose le rôle.

Elle entra dans la voiture, attendit que Sarah se soit installée et démarra.

— Kate est sympa, si tu signes, tu devrais pas avoir de problème d’entente avec elle, d’autant qu’elle est très professionnelle.

Sarah connaissait l’autre actrice britannique qui avait aux alentours de trente-cinq ans. Une belle femme mariée d’ailleurs à un producteur, très talentueuse et reconnue à Hollywood. Sarah avait vu la plupart de ses films et si Kate Mitchell n’était pas médiatisée comme elle-même l’était actuellement, celle-ci n’en était pas moins l’une des meilleures actrices en vogue depuis quelques années. Elle reconnaissait son talent sans aucune hésitation, sans parler de sa beauté. Sarah se sentit plus nerveuse… D’avoir joué avec les plus grands quand elle était jeune n’était pas comparable à ce qu’on lui demanderait de faire cette fois. Elle frotta ses mains sur son jeans en voyant les journalistes postés devant l’entrée des studios depuis des heures. Elle se redressa un peu et sortit son paquet de cigarettes de la poche de son jeans :

— Je peux fumer ?

Faith ouvrit la vitre de Sarah et répondit.

— C’est pas interdit.

Elle détailla la jeune actrice près d’elle qui gardait une allure aussi décontractée que celle qu’elle avait remarquée sur quelques clichés de paparazzi. Un léger sourire étira ses lèvres en songeant à toute cette fureur médiatique autour de Sarah.

— Alors ? A quand le mariage avec le vampire de ces demoiselles ?

Sarah se mit à rire sur cette question qui avait le mérite d’être plus directe que celles posées habituellement. Elle  alluma sa cigarette, aspira une bouffée libératrice et répondit :

— Seigneur, m’en parlez pas.

Faith ricana un peu sur cette réplique spontanée, lâchée par Sarah. Elle en était amusée même si ce genre de poids médiatique finissait par peser. A l’écart de la ville, non loin de ses studios, elle se gara sur le parking d’un restaurant. Sur le même ton de la plaisanterie, elle répondit.

— Le pauvre…

Sarah descendit du quatre-quatre, sa cigarette à la main, et rejoignit Faith devant le capot. Elle lança un rapide coup d’œil sur la devanture du restaurant et reporta son regard sur Faith en poursuivant.

— Je crois pas qu’il soit trop à plaindre.

Elle lui tendit son paquet :

— Vous en voulez une au fait ?

Faith se dirigea vers l’entrée du restaurant.

— Non, merci.

Elle attendit que Sarah jette son mégot et lança un regard sur les alentours. Au moins, elle n’y voyait aucun objectif de photographes cachés. Elle lui ouvrit la porte et la suivit à l’intérieur. Elle connaissait cet établissement pour sa discrétion. D’ailleurs, quelques acteurs ou collègues du métier y venaient manger. La baie vitrée donnait sur un parc et laissait entrer la lumière du soleil qui éclairait les lieux. Un homme s’approcha et les salua.

— Une table pour deux en terrasse ou à l’intérieur ?

Faith lui répondit.

— En terrasse.

Elle tourna les yeux sur Sarah et expliqua.

— Il y a aucun moyen pour les photographes de s’approcher de la terrasse si ça peut te rassurer.

Sarah acquiesça, sa main fermée autour de son bras. Elle était souvent gênée d’être en public et voyait quelques regards se tourner vers elle. L’un de ses défauts étaient de se ronger les ongles et elle se fichait bien de ceux voulant l’en dissuader. Elle suivit Faith jusqu’à l’extérieur et s’assit à la table présentée par le serveur.

— Vous désirez prendre un apéritif ?

— Un coca pour moi...

— Un Perrier s’il vous plaît.

Le serveur repartit sans attendre et Faith s’installa à la table après avoir pendu sa veste sur le dossier de sa chaise. Elle détailla Sarah et reprit :

— Comme je te disais, si tu veux pas tourner de scène de nu, je ferai appel à une doublure, mais pour ce qui est des scènes entre les deux personnages principaux, j’aurai besoin que tu sois à cent pour cent.

Sarah se demandait si elle serait capable de jouer ce rôle même sans connaître les détails du script. Elle réfléchissait et se sentait nerveuse à l’idée de relever ce défi. Pour toute autre actrice il en aurait été autrement, mais elle connaissait les raisons de son angoisse. Elle demanda :

— Et… Quand vous dites que certaines scènes sont sans retenues, je peux avoir un exemple pour me faire une idée ?

Le serveur leur posa leur commande et repartit. Faith but une gorgée d’eau gazeuse et répondit.

— Je veux faire un film qui intègre entièrement une relation entre femme dans l’intrigue sans pour autant passer par tous les clichés des films homos. J’aurais très bien pu y mettre un couple hétéro, mais je n’ai aucun intérêt à le faire. Ton personnage est bi et l’autre aussi. Toutes les deux sont passionnées par ce que la vie leur apporte. Il y aura des scènes de baisers, de relations charnelles sans pour autant que ça devienne lourd.

Sarah avait bien compris ce point qu’elle jugeait intéressant et qui lui était familier pour d’autres raisons personnelles. Seulement, ces dites scènes l’intriguaient.

— Relation charnelle, ça veut dire qu’on couchera ensemble c’est ça ?

Avec un air évident, Faith répondit.

— Bien sûr, plusieurs fois. Le personnage de Kate est une femme d’expérience qui n’a pas que de bons côtés. Les gens vont au cinéma pour voir des choses qu’ils ne peuvent pas faire en temps réel. Ils veulent de l’action,  des scènes d’amours, ils veulent être surpris et le sexe n’est pas négligeable, surtout lors du montage des trailers.

Sarah pinça un léger sourire sur cette vérité déconcertante. Ce rôle la changerait du tout au tout et jouer avec Kate Mitchell serait un atout majeur pour sa carrière. Cependant, elle réalisa une chose importante en songeant que ce type de scénario lui était familier et pour cause… Elle demanda :

— Vous connaissez Hailey Newman ?

Sur cette question, Faith plissa les yeux, plus intriguée que jamais.

— Pourquoi ?

Sarah prit une courte pause et expliqua dans un signe de main.

— Ben votre scénario me fait penser à ses romans…

Faith se mit à rire légèrement sur cette remarque. Elle but un peu d’eau gazeuse et reprit.

— J’imagine, oui… Tu lis ses romans ?

Sarah dodelina de la tête.

— Je lis un tas de trucs et ce côté histoire homo noyée dans une vraie intrigue, c’est son style… Ca m’y fait penser.

Cette fois, Faith semblait amusée et toujours aussi intriguée par l’intérêt que Sarah portait à cet auteur qui n’écrivait que des histoires entre femmes. Elle croisa les bras sur la table.

— Et t’as lu combien de ses bouquins ?

Sarah arqua les sourcils sans pouvoir répondre instantanément. Elle avait sans doute lu toutes ses œuvres.

— Quelques uns, je sais pas.

Faith avait compris que Sarah appréciait donc les histoires entre femmes.

— Je connais cet auteur… Je la connais même très bien.

Sarah plissa les yeux, à son tour intriguée.

— Ah ouais ?

Elle pensa comprendre :

— C’est elle qui a écrit ce scénar, c’est ça ?

Faith afficha un air convaincu sur sa réponse.

— Non, le scénario est de moi… Disons qu’on a un peu la même vision des choses en terme d’imagination.

Sarah prit une courte pause et se retrouva plus impatiente de lire le script. Cependant, une question la travaillait et elle ne put s’empêcher de demander :

— Vous êtes gay ?

— C’est pas évident ?

Sarah détourna son regard, un léger sourire sur ses lèvres.

— Non, c’est pas évident.

Elle la regarda de nouveau.

— Quand on vous regarde vous avez pas la touche gay. Et vous avez du cran de me le dire comme ça.

Faith était amusée par la réaction spontanée de Sarah. Pourtant, elle ne se sentait nullement dérangée avec sa sexualité même si elle ne l’affichait pas dans tous les journaux.

— Je vois pas de raison de te le cacher.

Sarah se mordit le coin de sa lèvre sur cette réponse évidente formulée par la productrice. Elle leva un peu les épaules et prit son verre de soda.

— Ouais… Mais tout le monde doit pas penser comme vous.

Faith ne quittait pas son léger sourire en observant Sarah devant elle. Celle-ci semblait cacher d’innombrables choses, telle une adolescente qui se cherchait. En son sens, la jeune actrice l’était du haut de ses dix-neuf ans.

A suivre...


 

 

Format Ebook 

 

Format Livre

kyrian-malone-and-jamie-leigh/close-to-the-edge-tome-1/paperback/product-21647235.html"> 

Créé le 25 juillet 2010

Interview des auteurs sur le site de Kyrian-Malone-et-Jamie-Leigh" target="_blank">Mademoisellecordelia (avril 2014)

Interview des auteurs sur le site de kyrian-malone-la-frustration-est-le-principal-moteur-des-auteurs-de-fanfiction/2/" target="_blank">YAGG (22 mars 2011) -"La Frustration est le principal moteur des auteurs de Fanfictions"

Interview des auteurs sur le site de la kyrian-et-jamie-auteures-de-fanfiction" style="color: #1b57b1; text-decoration: line-through; font-weight: normal;">Cité Bisexuelle (29 mai 210) Site supprimé

Interview des auteurs sur le magazine Têtue - lire l'article (7 mai 2010) - "Femslash : un genre littéraire taillé sur-mesure pour les fans des séries télé"

Interview radio CKut Montréal (5 avril 2010) - Downloader l'interview lien supprimé

Interview des auteurs sur le magazine fugues.com - lire l'article - (Avril 2010)

 

Vous souhaitez vous adressez aux auteurs et leur poser vos questions ? kyrian-malone-et-jamie-leigh.html#89">Rendez-vous dans le forum.

 

Créé le 13 juillet 2010

Résumé : Jeune inspectrice à la criminelle depuis quatre ans, Sarah Leary porte en elle les stigmates du meurtre jamais résolu de sa jeune soeur Danielle, assassinée il y a dix ans. Affaire classée faute de preuve et de coupable, jusqu'à ce que Samuel Lewis, ex petit-ami de la victime, pousse un jour la porte du bureau et fasse ressurgir le passé. Nouveaux indices, nouveaux témoins, nouveaux suspects, rien ne sera épargné à Sarah qui peu à peu, au fil de ses investigations, verra se profiler une vérité aussi surprenante que terrifiante, qu'elle aurait été très loin d'imaginer.

 


 

18 Juin 1998

La nuit était tombée quand Danielle pénétra dans sa chambre et s’enferma à clef. Elle posa son sac sur le bureau, sur les quelques livres de cours qu’elle n’avait pas rangés et déboutonna son gilet. Un silencieux soupir s’évada de ses lèvres. Elle était nerveuse, tendue. Son angoisse lui restait chevillée au corps. D’un pas pressé, elle se dirigea vers les rideaux et les ferma d’un geste sec. Elle ne voulait pas être vue et se sentait observée depuis des semaines. Elle ôta son vêtement et pénétra dans salle de bains. On frappa à la porte et elle dû revenir sur ses pas pour ouvrir à sa grande sœur.

« Dan’, j’aimerais qu’on parle… »

Danielle ne lui laissa pas l’occasion d’entrer et tenta d’abréger.

« Plus tard… Je viens de rentrer et je suis crevée… J’aimerais prendre un bain et me  détendre un peu… »

Sa sœur affichait une mine inquiète et préoccupée. Elle lança un coup d’œil dans la chambre avant de fixer sa cadette.

« Maman se fait du souci et moi aussi… Tu sais que tu peux tout me  dire… »

Le téléphone sonna au même instant et Danielle conclut aussitôt.

« Je peux pas te parler pour l’instant, mais je te promets de le faire… Je dois répondre, excuse-moi… »

Elle referma la porte sans attendre et la verrouilla. Elle décrocha, mais son répondeur se mit en route. Elle ramena le combiné à son oreille.

« Oui ? »

A l’autre bout, une voix féminine se fit entendre.

# Salut, toi… Ca va ?

Danielle se sentit soulagée en entendant son interlocutrice qui semblait atténuer son angoisse. Elle s’assit sur son lit et esquissa un tendre sourire.

« Hey toi… On fait aller… J’arrête pas de penser à toi… Tu me manques. »

Un léger soupir résonna à l’autre bout.

# Toi aussi tu me manques… On se voit toujours ce soir ?

Danielle l’espérait. Cependant, elle expliqua.

« J’ai beaucoup réfléchi, tu sais… Je vais tout leur raconter… Je vais leur dire pour nous et tout sera plus simple. J’ai plus envie de me cacher et leur mentir… »

# Tu sais que j’attends que ça, moi. Si t’es sûre de vouloir le faire, tu me dis juste quand et je serai là.

Danielle se leva et frotta son front du bout de ses doigts, nerveuse.

« Tu vas leur dire toi ? »

# Si tu leur dis, je leur dirai évidemment, mais je peux pas le faire sans que tu le fasses avant… Tu sais pourquoi, ma puce…

Elle le comprenait. Elle réfléchit rapidement.

« Alors je leur dirai ce soir, après le match de ton frère… Rejoins-moi à la maison à onze heures… »

# Ok… J’y serai… Et t’angoisses pas pour ce soir, ok ?

Danielle esquissa un léger sourire et s’assit sur son lit, les yeux dans le vide.

« Je sais exactement ce que je vais leur dire et comment je vais leur dire… Je changerai pas d’avis… Tu me connais ! »

Elle entendit un petit rire à l’autre bout du fil.

# Ouais, je te connais… Alors, à tout à l’heure, à onze heures… Et appelle-moi s’il y a quoi que ce soit…

« T’en fais pas pour moi… Je suis une dure chérie… Toi, fais attention à toi et embrasse Sean de ma part… Je t’aime mon ange. »

# Je t’aime aussi, ma puce… A tout à l’heure.

Danielle raccrocha et repartit vers la salle de bains. Elle se répétait mentalement le discours qu’elle tiendrait à ses parents ce soir au sujet de sa relation amoureuse avec Faith Ryan. Elle tourna les robinets d’eau mais le téléphone sonna de nouveau. Le temps qu’elle parte décrocher, le répondeur s’enclencha de nouveau, mal réglé après les deux sonneries habituelles. Elle entendit avant même de prendre le combiné :

# Dan ! Réponds, je sais que t’es là !

Un vent de colère souffla sur Danielle tant elle était épuisée de se faire harceler par son ancien petit ami. Elle saisit le combiné et décrocha, hors d’elle.

« Arrête, Sam ! Arrête de m’appeler, de me suivre, sors de ma vie ! »

# Qu’est-ce que tu faisais chez Sean ? Il te baise, c’est ça ? T’as pas le droit de me faire ça ! Tu m’entends ?! T’es à moi Dan ! A MOI !

Elle se retrouva ahurie d’entendre une telle rage dans la voix de son ancien amant.

« Tu es fou…  Je suis plus à toi depuis deux ans, Sam ! Tu arrêtes ou je préviens les flics, c’est clair !? »

# Si tu sors avec lui, je le tuerai ! Tu comprends ? Je le tuerai et je te tuerai toi après !

Elle entendit la communication s’interrompre, tremblante. Des larmes lui montèrent aux yeux avec toute cette pression, cette peur nourrie par ces dernières menaces. Elle n’en revenait pas que le jeune quarterback puisse tenir de tels propos. Elle craqua, s’effondra en larmes sur son lit, perdue et déboussolée.

 

 

*********

 

Onze ans plus tard.

Dans le bâtiment de la police de Philadelphie, assis derrière son bureau, l'un des inspecteurs rédigeait le rapport de sa dernière enquête. Une femme s’approcha et l’interrompit.

« Inspecteur Aden… Un homme souhaite vous voir. »

Elle se recula et désigna la personne concernée qui attendait à l’accueil.

« Monsieur Lewis. Il dit vous connaître. »

L’inspecteur plissa les yeux et finit par sourire en reconnaissant la silhouette de son ami. Il se leva.

« Merci, Jillian… Je m’en occupe. »

Il contourna la jeune femme et marcha jusqu’au comptoir. Il poussa la porte et l’invita à le suivre.

« Tu peux venir Sam… Comment vas-tu ? »

L’homme d’une trentaine d’années, habillé d’un costume chic et une mallette à la main, força un sourire et le salua à son tour.

« Ça pourrait aller mieux. »

L’inspecteur le guida jusqu’à son bureau et lui montra une chaise.

« Tu peux t’asseoir… Qu’est-ce qui t’amène ? »

L’ami de l’inspecteur s’exécuta et frotta sa main sur sa nuque, nerveux. Il sortit un document de son attaché-case et lui tendit en expliquant.

« J’ai reçu un courrier vraiment bizarre, Jake… C’est des menaces... »

L’inspecteur fronça les sourcils et saisit la feuille qui n’était autre qu’un email imprimé. Il le parcourut rapidement des yeux et confirma les propos de son ami dans un signe de tête. Il le fixa, les sourcils levés.

« Et que s’est-il passé en juin 1998 ? »

L’autre homme fixa un point invisible devant lui, plus pâle que jamais.

« C’est l’année où Danielle Leary est morte… »

L’expression de l’inspecteur se fit plus concernée sur ce nom familier. Il lança un coup d’œil vers le fond de la grande salle où une baie vitrée en plexiglas séparait sa section d’une autre. Il fixa son ami et se leva.

« Attends-moi ici, je reviens. »

Son ami l’arrêta.

« Jake, attends… Tu vas où ? »

L’inspecteur eut une expression plus désolée.

« Je ne m’occupe pas des affaires classées. »

« Ouais, mais je pensais que tu pourrais juste retrouver qui me l’a envoyé et l’arrêter… »

« C’est plus compliqué que ça, Sam… Mais t’en fais pas, je reviens. Reste là… »

Il s’éloigna sans attendre de réponse et longea l’allée entre les bureaux. Ces mêmes bruits de conversations, d’interrogatoires, de sonneries téléphoniques ou de clavier résonnaient. Il arriva au bout de l’allée, ouvrit la porte qui menait aux bureaux de l'autre section criminelle et y pénétra en refermant. Il approcha d’une de ses collègues et posa la copie de l'email sous les yeux.

« Inspecteur Leary, je crois que ce document va vous intéresser. »

Sa collègue, Sarah Leary, se redressa les sourcils à peine froncés et fixa d’abord son collègue avant de prendre le document. Elle demanda évidemment.

Sarah : Qu’est-ce que c’est ?

L’inspecteur afficha un air plus grave, plus hésitant aussi devant sa collègue.

« Un ami à moi est ici et m’a apporté ça… Vu la date, j’ai supposé que ça vous intéresserait. »

Sarah prit quelques secondes pour parcourir le courriel. Ce dernier stipulait simplement qu’une personne avait connaissance de faits sur un évènement s’étant déroulé le 18 juin 1998. Son regard se riva aussitôt sur cette date qui ramenait avec elle le visage de sa petite sœur, Danielle. Cette dernière aurait eu trente ans aujourd’hui. Sa gorge se serra, ses traits se crispèrent avant qu’elle ne se lève.

Sarah : Où est cet ami ?

D’autres inspecteurs autour d’elle vinrent examiner le papier. Certains furent perplexes et interrogateurs, mais deux d’entre eux, les plus anciens, affichèrent une mine beaucoup plus préoccupée. L’un des deux, âgé d’une cinquantaine d’années, le crâne dégarni, prit la parole.

« Tu ne te mêles pas de cette enquête, Sarah. »

Il tendit le courriel imprimé à un de ses subordonnés. La victime était liée personnellement à l’inspecteur Leary et théoriquement, l’autre inspecteur n’aurait pas dû prendre la peine de lui amener ce document. Seulement, par ces mots, il comprit aussi que cette affaire n’était pas classée. Sarah se tendit davantage, les yeux sur son supérieur et tenta d’un air convaincu.

Sarah : Danielle est morte il y a dix ans, chef… Laissez-moi m’en occuper…

« C’est non… »

Le lieutenant fixa un autre de ses inspecteurs.

« Logan et Bennet s’en occuperont. »

Sarah se pinça les lèvres et regarda alentour pour tenter de calmer ce sentiment de nervosité et de colère soudaine qui l’envahissait. Elle connaissait les règles mais ne pouvait pas se faire à l’idée d’être mise à l’écart. Elle prit ses clefs et s’éloigna en lançant :

Sarah : Je sors !

Le lieutenant comprenait cette tension soudaine mais n’avait pas d’autre choix pour préserver sa subordonnée et le cours de l’enquête. Les deux inspecteurs en charge de cette affaire la suivirent des yeux, compatissants. Cette enquête serait plus difficile que toutes les autres. L’autre inspecteur leur montra son ami.

« Le témoin est dans mon bureau si vous souhaitez l’interroger. »

 

*********

 

Sarah s’arrêta devant le comptoir et ramena le registre sous ses yeux pour voir le nom du destinataire du courriel : Samuel Lewis. Ce nom ressurgissait du passé et ramenait autant de souvenirs, de flashs, que d’interrogations. Elle lança un coup d’œil sur le concerné. Samuel Lewis avait été l’ancien petit ami de sa sœur. Elle repartit, tendue et inquiète. Après toutes ces années, après avoir espéré qu’un témoin vienne apporter de nouveaux éléments sur le meurtre de sa sœur, elle se retrouvait sur la touche. C'était inenvisageable pour elle. Cela faisait un peu plus de dix ans que Danielle était morte et il ne s’était pas passé une seule journée sans qu’elle ne pense à elle, sans qu’elle n’envisage toutes les probabilités sur son meurtre. Déjà, des questions basiques fusaient dans son esprit : qui avait envoyé ce mail ? En quoi Samuel Lewis était-il impliqué dans la mort de sa sœur ? Elle devait l’admettre, tous ses soupçons avaient été tournés vers lui mais les rapports de l’enquête dix ans plus tôt n'avaient pas abouti. Si Lewis était ici, cela impliquait qu’il avait été témoin de quelque chose et redoutait une vengeance. Allait-il parler enfin et amener de nouveaux éléments déterminants ? L’émetteur de ce mail connaissait sa sœur, semblait même plus que proche pour revenir sur sa mort dix ans après. Etait-ce un ancien petit ami ? Un ou une ancienne amie ? Après tout, Sarah n’avait pas besoin d’examiner ce mail pour enquêter. Elle devait uniquement fouiller dans ses souvenirs, se rappeler des liens qu'entretenaient Samuel Lewis et sa sœur ainsi que tout l’entourage de cette dernière. Le soir de sa mort, Sarah était allée voir Danielle dans sa chambre pour lui parler, pour tenter de savoir ce qui n’allait pas. Elle se souvenait de l’état dans lequel était sa cadette ce soir là : fuyante, troublée. Elle craignait quelque chose mais Sarah n’avait pas eu le temps de discuter. Elle l’avait vue quitter sa chambre, s’excuser auprès de sa mère…

 

*********

 

18 juin 1998

Sarah l’avait suivie devant la maison pour la voir monter dans la voiture de Sean. Elle s’approcha.

Sarah : Où tu vas ?

« Juste une course à faire, je reviens vite… »

Sarah n’était pas rassurée et voyait les yeux bleus de Danielle embrumés de larmes.

Sarah : Dan’… C’est cette histoire de cheerleader qui te met dans cet état ?

Danielle rit nerveusement sur ces mots et démarra.

« Non… Et je dois y aller, Sarah… Je t’expliquerai tout, je t’assure, mais je dois vraiment filer… »

 

*********

 

Sarah ne l’avait plus jamais revue et n’avait jamais su ce que sa petite sœur devait lui avouer. Elle avait bien tenté de parler aux amis de Danielle, mais n’avait obtenu aucune information. Elle avait laissé la police faire son travail en toute confiance mais rien n’avait abouti. Son suspect numéro un, l’ancien petit ami de Danielle, avait eu un alibi qui n’était autre que son père, lui-même ami avec le lieutenant de l’époque chargé de l’enquête. Celui-ci venait jusqu’à eux pour se faire protéger. Mais de qui ? De l’assassin ? Y’avait-il une histoire de chantage ? Après tout, le fils Lewis était directeur de Sidecorp depuis peu.

 

*********

 

Dans un bureau fermé de l’étage de la section criminelle, un des inspecteurs chargés de l’enquête se retrouvait avec le destinataire du mail. Son collègue était parti en salle des archives afin de rouvrir le dossier sur la mort de la sœur de Sarah. Debout devant Samuel, il le fixa.

« Est-ce la première fois que vous recevez ce genre de courrier ? »

Samuel acquiesça.

« Oui… J’ai même demandé à un ami de retrouver l’émetteur mais il a pas réussi… Il m’a dit que les informations avaient été bloquées. »

L’autre inspecteur, un afro-américain assez costaud d’une quarantaine d’années resta appuyé contre le mur, ses mains dans son dos.

« Et vous connaissez des gens dans votre entourage qui pourraient vous en vouloir ? »

Le témoin sourit, nerveux.

« Je suis à la tête d’une grande entreprise, inspecteur Bennet, alors vous pouvez lister tous mes concurrents.»

Scott Logan reprit.

« Et des gens que vous fréquentiez quand vous aviez dix-neuf ans ? »

Samuel Lewis glissa sa main sur sa nuque.

« J’avais des amis comme tout le monde. J’étais quarterback dans l’équipe de mon université et à la fin de l’année je me suis disputé avec deux d’entre eux… Kevin Williams et Sean Ryan… »

Un autre inspecteur pénétra dans la pièce, le dossier de Danielle Leary en main. Il l’avait rapidement parcouru pour situer l’enquête de l’époque. Il le posa sur la table. Son collègue, l’agent Bennet poursuivit l’entretien.

« Pour quelle raison, vous êtes-vous disputés avec eux ? »

Samuel : Ils étaient très amis et faisaient aussi partie de l’équipe…

Sa nervosité augmenta et il détourna son visage sur le côté.

Samuel : Sean visait ma place de capitaine et à cette époque-là, il me menaçait de dire à l’entraîneur que je prenais des stéroïdes…

Les trois inspecteurs se regardèrent et le lieutenant reprit.

« A en croire l’enquête menée il y a dix ans, vous étiez sorti avec Danielle qui vous avait quitté. »

Samuel se pinça les lèvres et avala difficilement. Il semblait de plus en plus troublé.

Samuel : J’étais fou d’elle… Je l’aimais…

Scott : Assez fou pour la tuer ?

Samuel le fixa et se défendit vivement.

Samuel : J’aurais jamais levé la main sur elle… Quand elle est morte, j’ai mal tourné, j’étais même à deux doigts de me suicider…

L’inspecteur croisa les bras.

Charles : Est-ce que vous aviez dit à l’époque pourquoi elle vous quittait ? Est-ce qu’elle avait un autre petit ami ?

Samuel : Tout ce que je sais, c’est que Sean tournait autour d’elle… Sans arrêt… Lui et ses copains n’arrêtaient pas de la taquiner…

Le lieutenant plissa les yeux. Il était intrigué par une question.

« Celui qui vous a envoyé l’email vous dit qu’il sait ce qui s’est passé… Qu’est-ce qui s’est passé ce jour-là, monsieur Lewis ? »

Samuel prit une inspiration. Cette histoire, ce mail lui faisait craindre des représailles, des retours du passé et de ces rivalités avec ces autres garçons.

Samuel : Danielle m’a dit qu’elle voulait me parler mais ce jour-là, j’avais promis à mon père de venir le voir à la Sidecorp pour signer mon contrat d’apprentissage.

Le lieutenant constatait que le témoignage de 1998 était similaire. Il reprit pourtant.

« Vous étiez fou amoureux de votre ancienne petite amie qui voulait vous voir, mais vous êtes allé à ce rendez-vous avec votre père… »

Samuel : Mon père était dur avec moi… Je n’avais pas intérêt à lui désobéir, même quand j’avais vingt ans…

 

*********

 

Sarah arriva sous le porche de la maison et frappa. Un jeune homme d’une trentaine d’années lui ouvrit, un bébé dans les bras. Il sembla prendre une pause face à cette femme blonde et la détailla avant d’esquisser un léger sourire.

« Bonjour Sarah… »

Cette dernière se pinça les lèvres. Elle reconnaissait ce visage qui n’avait pas beaucoup changé. Un visage et un regard noisette qui lui rappelaient un bon nombre de souvenirs. Sean Ryan était devenu un bel homme et avait gardé une carrure de footballeur et son charme  envoûtant.

Sarah : Salut Sean… Je te dérange pas ?

Sean paraissait ravi de revoir son ancienne amie. Cette dernière avait changé depuis la dernière fois qu'il l'avait vue. La présence de Sarah le ramena à des souvenirs aussi bons que désagréables, notamment sur la mort de Danielle. Il se recula.

Sean : Non…

Il secoua un peu le bambin dans ses bras.

Sean : Ce petit ange-là fait pas toutes ses nuits alors je dois la faire dormir au moins pendant la journée…

Il lui indiqua de le suivre jusqu’au salon et demanda.

Sean : Ca fait longtemps… Qu’est-ce qui t’amène jusqu’ici ?

Sarah pénétra dans la demeure après avoir légèrement souri. Elle jeta un œil aux alentours. Elle n’était jamais venue chez Sean mais avait appris par une amie que ce dernier s’était marié avec une institutrice avec qui il avait eu deux enfants. Elle garda ses mains dans les poches de son manteau noir et le fixa.

Sarah : Je suis inspecteur de police. J’enquête officieusement sur la mort de Dan’ et j’ai des questions à te poser auxquelles tu n’es pas tenu de répondre… Je te le dis puisqu’après moi, d’autres inspecteurs viendront sûrement te voir…

Sean se tendit sur cette réponse. La mort de Danielle l’avait secoué, autant lui que tous ceux de son entourage. Il contourna le comptoir, sa petite fille dans ses bras qui dormait à moitié sur son épaule.

Sean : Tu veux un café, quelque chose à boire ?

Il vit Sarah acquiescer d’un signe de tête et prépara deux tasses.

Sean : Alors, l’enquête a été rouverte ?

Il la fixa, intéressé.

Sean : Vous avez une piste cette fois ?

Sarah dut prendre une pause. Elle n’avait jamais eu l’habitude de voir Sean dans de telles circonstances. Ce dernier avait fini quarterback l’année qui avait suivi la mort de Danielle et avait une réputation de dur. Elle le savait gentil, calme et le voir ainsi avec cette petite fille était touchant. Elle s’assit sur un tabouret et l’observa. Elle devait prendre du recul afin d’être objective. Sean aurait très bien pu être l’assassin de sa sœur même s’il était son ancien amant. Elle resta évasive.

Sarah : Je ne suis pas chargée de l’enquête. Je sais qu’elle a été rouverte et c’est ce qui m’amène…

Sean posa les deux tasses sur la table et s’assit face à Sarah en calant son bébé contre son torse.

Sean : La mort de Dan’ nous a tous remués, tu sais Sarah… Qu’est-ce que tu veux savoir ?

Sarah enveloppa la tasse dans ses mains et le détailla.

Sarah : Le soir de sa mort, avant que Dan’ ne quitte la maison, elle m’a dit qu’elle aurait quelque chose à me dire en revenant, mais je n’ai jamais su quoi…

Elle prit une pause et but quelques gorgées de café sans le quitter des yeux.

Sarah : Je sais qu’elle venait souvent ici voir ta sœur et je vais pas te cacher que je pensais que vous sortiez ensemble… Tu veux pas m’en dire un peu plus, Sean ?

Attentif, Sean berçait doucement sa petite fille dans ses bras en écoutant les remarques de son ancienne amante. Il fronça un peu les sourcils dans une analogie.

Sean : T’es en train de me suspecter, là ?

Sarah s’était attendue à cette question légitime et répondit simplement.

Sarah : Tout comme je suis suspecte moi aussi puisque j’étais sa sœur et que nous nous sommes disputées deux jours avant sa mort…

Sean acquiesça d’un léger signe de tête et prit sa tasse pour boire un peu de son café. Il laissa le liquide noir humidifier son palais. Il repartit dans ses souvenirs d’étudiant, dans les évènements qui s’étaient déroulés autour de la mort de Danielle. Il la fixa d’un air plus sérieux.

Sean : Même si on n'a pas trouvé l’enfoiré qui a fait ça à ta sœur, je pense pas que ce soit bon de remuer ce passé… Surtout pour toi, Sarah… Ce serait reparler de choses qui ne sont pas forcément agréables…

Sarah le savait mais elle devait le faire, devait venir à bout de cette enquête, pour sa sœur. Elle devait trouver le coupable, retrouver son corps pour lui donner une sépulture et enfin faire son deuil. Sa gorge se serra en songeant à ce seul cercueil vide qu’elle et sa famille avaient mis en terre. Elle se reprit, néanmoins en fixant le brun.

Sarah : Je le fais tous les jours et cette fois, c’est pour Dan’...

Elle marqua une pause et rajouta.

Sarah : Dix ans sont passés, Sean… On a tous grandi et fait notre vie, quoi que tu saches ou que tu aies fait avec ma sœur, je ne vous jugerai pas…

Sean eut un sourire nerveux et secoua la tête sur cette réplique. Sarah croyait que sa sœur et lui étaient ensemble. Il répondit.

Sean : Il ne s’est jamais rien passé avec ta sœur… Je l’aimais beaucoup, mais je ne l’aimais pas dans ce sens là… Ce jour-là, je lui ai prêté la voiture, mais je n’étais pas avec elle, d’ailleurs j’ai déjà dit à tes collègues où j’étais à cette époque...

Sarah se pinça les lèvres et reprit.

Sarah : Tu aimais bien ma sœur… D’accord… Mais ça n’explique pas pourquoi elle était chez toi du soir au matin et du matin au soir, Sean. Tu lui prêtais ta voiture et même de l’argent.

Elle écarta les mains de sa tasse et rajouta dans l’espoir de le faire parler.

Sarah : Samuel Lewis était au poste ce matin et tous les soupçons vont se tourner vers toi, je tiens à te prévenir.

Sean rit un peu, mal à l’aise sur cette annonce et répondit spontanément :

Sean : Quel enfoiré, ce fils de pute !

Il était consterné de savoir que Samuel Lewis était allé voir les policiers pour les informer d’un détail qu’il ne connaissait pas sur l’enquête.

Sean : J’en reviens pas… Dix ans après, il rumine encore sa place de quarterback qu’il ne méritait pas ! Ce gars-là a jamais rien fait par lui-même… C’est un looser…

Sarah constata l’animosité évidente entre ces anciens meilleurs amis. Amis devenus rivaux pour une place de quarterback mais peut-être aussi pour sa sœur. Sean ne voulait sans doute pas l’avouer pour ne pas faire partie de la liste des principaux suspects. Elle le détailla avec sa petite fille.

Sarah : Parle-moi de lui, Sean…

Sean devinait que Sarah voulait en savoir plus, toujours plus. Il se pinça les lèvres en réfléchissant rapidement au milieu de tous ses souvenirs.

Sean : Ta sœur a fait une erreur quand elle est sortie avec ce minable et heureusement, elle a vite compris qu’il était pas pour elle, qu’il la méritait pas… Ce gars était prêt à tout pour se faire connaître, pour être dans le haut du panier… Sa place dans l’équipe, il l’avait eu grâce à son père et grâce à toutes ces merdes qu’il prenait pour être plus rapide, plus costaud… J’ai même pas eu besoin de le balancer, l’entraîneur a découvert ses pilules dans son casier, un soir…

 

*********

 

17 juin 1998

Samuel fut saisi de panique et fixa le coach dont la mine exprimait toute sa déception. Il tenta en seule échappatoire.

Samuel : C’est pas ce que vous croyez Coach… Je peux vous expliquer.

L’entraîneur secoua doucement la tête, désappointé par ce qu’il avait trouvé dans le casier de son capitaine et quarterback.

« T’as plutôt intérêt à me l’expliquer si tu veux pas être viré de l’équipe, Sam ! »

Samuel angoissait de voir ses amis autour de lui le fixer et attendre une réponse. Tous restaient devant leur casier, leur regard braqué sur lui. Il se sentait pris au piège. Son regard se posa sur Sean qui le fixait sans rien dire et sa colère l’envahit. Il en était certain : son meilleur ami l’avait balancé. Fou de rage, il se rua sur lui et son poing s’écrasa violemment dans sa mâchoire. Aussitôt, les joueurs près de Sean se précipitèrent sur Samuel pour l’écarter de leur coéquipier. Ahuri par ce comportement violent, le coach saisit Samuel par l’épaule pour l’arrêter.

« T’es devenu fou ou quoi ? Dehors… Je veux plus te voir. »

Le regard méprisant de Samuel se posa sur l’homme d’une quarantaine d’année.

Samuel : Vous avez pas le droit de me virer ! Tout ce que vous avez, vous le devez à mon père !

Il prit son sac et pointa le coach du doigt, menaçant.

Samuel : Vous savez pas à qui vous avez à faire… Je vais pas vous laisser bousiller ma vie et demain soir, je serai sur le terrain !

 

*********

 

De nos jours.

Sarah plissa les yeux en imaginant aisément la scène. Elle demanda, perplexe.

Sarah : Donc le lendemain avait lieu le grand match contre New York… Etait-il sur le terrain ou non ?

Le bébé se mit à geindre un peu et Sean le berça doucement afin de le calmer.

Sean : Non… Le lendemain, j’étais capitaine, quarterback et je marquais trente points…

Sarah sourit légèrement. A l’époque, elle n’avait jamais douté que Sean percerait dans l’équipe de foot même si le sport ne faisait pas partie de ses priorités. Elle se pinça les lèvres en le détaillant et poursuivit.

Sarah : Et tu l’es resté l’année d’après… Tu as revu Sam suite à cet incident ?

Sean leva les sourcils sur cette question, plongé dans ses souvenirs.

Sean : Non… Enfin, je le croisais de loin, mais c’était un peu électrique, tu vois ? Il valait mieux rester à distance l’un de l’autre…

Sarah : Est-ce que tu as entendu parler de lui par d’autres ? Est-ce qu’il a eu un comportement violent avec d’autres personnes avant ou après cela ?

Sean marqua une pause et but une gorgée de café. Il semblait un peu embarrassé de devoir reparler de ces histoires, de ces souvenirs autour de la mort de Danielle.

Sean : Je te l’ai dit, c’est un looser, Sarah… Ceux qui réussissent pas avec leurs muscles ou leur cerveau, le font par les poings ou leur grande gueule.

Il se cala dans son fauteuil en détaillant Sarah devant lui.

Sean : Si tu veux savoir qui sortait avec ta sœur, tu te trompes de Ryan, Sarah…

La première pensée de l’inspecteur fut de se dire qu’elle n’avait pas connaissance que Sean ait un frère. Seulement quand elle comprit qu’il parlait de sa sœur, Faith, une expression de perplexité et de surprise apparut sur son visage. Elle finit par froncer les sourcils, incertaine. Cette annonce était pourtant claire. Elle sourit nerveusement.

Sarah : T’es en train de me dire que ma sœur sortait avec la tienne ?

 

 


 

 

Format livre - COMMANDER

Format Ebook  - COMMANDER 

 

Poser une question
1000 caractères restants

Voulez-vous bénéficier de 30% de réduction sur votre prochain ebook contre un commentaire sur Amazon ?