Petit Guide de l’autopublication sur Internet

  • Messages : 398
  • Remerciements reçus 123

Nouveau sujet


Article du webzine "Culture LGBT n°1"

L’autoédition devient monnaie courante chez les auteurs qui sont parfois refusés par les maisons d’éditions, parfois lassés par les contrats mal rémunérés et exclusifs qui les lient aux éditeurs.
Il y a quelques années, l’autoédition exigeait des sacrifices financiers de la part des auteurs suffisamment courageux pour tenter leur aventure en solitaire. Trouver un imprimeur, négocier les tarifs d’impression sans parler des contraintes de diffusions et de distribution, ces démarches n’étaient pas simples. Mais depuis peu, des plateformes virtuelles d’autoédition - ou d’impression à la demande - ont vu le jour pour simplifier ces démarches drastiques.

Ce qu’elles proposent :
  • Editer votre livre
  • Gérer vos commandes
  • Vous rémunérer selon les prix que vous avez fixés

Certaines plateformes vous le disent clairement : « Créez un livre en quelques minutes, publiez en un simple clic, distribuez, vendez et imprimez...» Mais malgré ces démarches simples, nous avons élaboré pour vous un condensé de ce qu’il faut savoir avant de s’autoéditer.

Première question à se poser : Est-ce aussi simple qu’ils le prétendent?
La réponse est «oui»... S’autoéditer est simple parce qu’aucune connaissance n’est nécessaire, si ce n’est savoir cliquer sur les boutons d’une souris. Ainsi n’importe qui peut publier son livre et ce, n’importe quand. Vous envoyez votre fichier en ligne, vous choisissez le format, vous attribuez une couverture et «hop» en quelques minutes vous devenez auteur publié.

Vous n’avez plus qu’à commander un exemplaire de votre livre et envoyer le lien à tous vos proches et amis... car eux, ne chercheront peut-être pas à juger de la qualité de votre texte (si toutefois ils le lisent). Car malgré la simplicité de la démarche, ces sociétés d’impression à la demande ne sont pas des maisons d’édition mais des plateformes automatisées destinées à imprimer des livres sur demande. Elles ne corrigeront pas vos textes, votre syntaxe, elles n’assureront pas la mise en page et encore moins la promotion de votre oeuvre.

Qu’importe pour eux le contenu tant que les auteurs et surtout son entourage commandent l’impression, principe fondamental de leur commerce. Ainsi, l’autoédition est mal jugée, par les éditeurs, mais aussi par la Presse et certains médias. Dans un sens, comment juger de façon positive une industrie qui promeut les livres mal écrits et mal corrigés ? Dans ce cas, pourquoi s’autoéditer, me direz-vous? Il y a malgré tout d’excellentes raisons de choisir l’auto-publication ou de la refuser et nous allons vous en citer les points les plus évidents.

LES 2 INCONVéNIENTS MAJEURS
Comme expliqué plus haut, n’espérez pas trouver sur ces sites les services proposés par les maisons d’édition classiques. Ni correction... Si votre texte est truffé de fautes d’orthographe, de syntaxe, de ponctuation ou de typographie, vos lecteurs en seront les premières victimes et ne comptez pas sur eux pour acheter un autre de vos récits. Ni promotion...

A quoi bon publier un livre si vous n’avez pas de lecteur ?
Il vous faudra réfléchir à des moyens de communication essentiels à la promotion de votre livre : Sites Internet, réseaux sociaux, partenariats avec d’autres auteurs, etc. Vous écrirez moins car il vous faudra vous organiser pour prévoir un planning de promotion de vos œuvres. Ces deux points sont des plus importants pour un auteur. Ne les négligez pas, surtout la correction si vous souhaitez être médiatisé car les bons journalistes ou chroniqueurs n’auront aucune pitié et certains prendront parfois un malin plaisir à vous pointer du doigt.

LES 10 PRINCIPAUX AVANTAGES
Bien sûr, ces plateformes n’auraient pas autant de succès auprès des auteurs et même certains éditeurs si elles n’offraient pas des avantages rafraîchissants...

1 - Profitez de votre liberté de publication: Vous aurez le contrôle entier de votre œuvre et de nombreux auteurs vous le diront, la liberté n’a pas de prix. N’étant lié par aucun contrat à un éditeur, vous serez libre de choisir la couverture de votre roman, son format et surtout, le prix de votre livre. Car un éditeur vous proposera tout au plus entre 4% et 10% de revenus en droit d’auteur, une à deux fois par an (une misère) et, en tant que nouvel auteur, n’espérez pas une publication à plus de 3000 ou 4000 exemplaires dans le meilleur des cas. A vous de faire le calcul de ce vous toucherez...

2 - Conservez vos revenus : Chaque mois, les plateformes d’impression sur demande vous paient
pour le montant net de vos ventes, par chèque, par virement bancaire, par paypal, etc. Un revenu non négligeable qui vous revient dans son intégralité pour votre travail.

3 - Gérez vos offres promotionnelles : Vous souhaitez faire une remise de 10%, 20%, 30% pour vos clients, en période de fête ou simplement pour leur faire plaisir ? Vous souhaitez casser le prix d’un ancien titre que vous jugez moins en vogue que les derniers ? Libre à vous...

4 - Conservez vos droits d’auteurs : Si vous souhaitez créer des produits dérivés de vos œuvres, vous en toucherez tous les bénéfices et encore une fois, personne n’aura rien à en redire !

5 - Rapidité de publication : Le délai moyen chez un éditeur classique que vous démarchez est de deux à trois ans. En vous autopubliant, c’est instantané (à condition bien sûr que votre œuvre soit prête à l’édition).

6 - Pas de gestion des stock : Oubliez les contraintes logistiques. Ces plateformes ont le mérite d’assurer la fabrication instantanée à la commande ainsi que la livraison de vos romans avec plusieurs options lors des envois postaux.

7 - Possibilité de suspension d’édition ou de réédition : Si votre livre n’est plus aux goûts du jour, vous aurez la possibilité de suspendre sa distribution, le temps d’une réécriture, peut-être ?

8 - Exploitez de nouveaux marchés : Les maisons d’éditions classiques ont leurs réseaux définis qui impliquent des limites que vous ne vous fixerez pas lors de vos campagnes promotionnelles. Organisez des rencontres avec vos lecteurs quand bon vous semble.

9 - Votre degré d’implication : Qui mieux que vous saura parler de votre œuvre et la vendre ? Vous travaillez pour votre compte, pour votre livre. Vous connaissez votre univers, vos personnages, vos intrigues. Aucun éditeur ne sera autant impliqué que vous ne le serez pour représenter votre travail.

10 - Gagnez en assurance et en estime de soi... Vous ne serez pas spectateur de votre succès, vous en serez l’instigateur. Chaque centime qui vous reviendra sera le fruit de votre travail, de votre originalité, de votre façon de vous démarquer.

LES 10 RèGLES D’OR POUR S’AUTOéDITER

1 - Définir votre statut. Vous devrez réfléchir au cadre juridique qui vous concerne pour exercer cette activité. Auto-entrepreneur, personne morale, société ou association ? N’hésitez pas à vous adresser à un avocat ou à un conseiller juridique pour faire le tour de la question.

2 - Vous faire corriger. Si vous n’avez pas de lecteur potentiellement intéressé par votre œuvre, trouvez dans votre entourage une personne capable de relire votre texte. Comme développé plus haut, la correction est essentielle pour vendre votre roman. Personne n’aime lire un texte rempli de fautes. L’orthographe, la syntaxe, la mise en page doivent être impeccable, par respect pour les lecteurs mais aussi pour les libraires que vous démarcherez peutêtre. Dites-vous qu’un lecteur satisfait achètera un autre de vos romans ou ses suites.

3 - Investir dans une couverture. La couverture est essentielle et représente pour certains lecteurs 60% de leur décision d’acheter ou non tel ou tel roman. Elle est l’âme de votre livre. Si vous n’avez pas de connaissance en logiciel d’illustration tel que Photoshop, faites une rapide recherche sur internet. Vous trouverez de jeunes illustrateurs talentueux capables d’illustrer votre œuvre selon vos attentes pour moins de 100 €. (Au mieux, contactez-nous et nous vous dirigerons vers nos partenaires.)

4 - Acquérir un minimum de connaissances sur l’édition. On ne s’improvise par éditeur et c’est pourtant comme un éditeur que vous devrez réfléchir, penser et vous organiser si vous choisissez de publier vos titres. Assurez-vous de vous renseigner sur les processus de correction, de mise en page et bien sûr, d’illustration. Prenez du recul sur votre livre, prenez quelques semaines ou mois avant de vous relire, mettezvous à la place de vos lecteurs pour avoir un regard objectif sur votre travail et le produit que vous allez leur vendre. En passant, vous relire à haute voix vous donnera un regard neuf sur votre texte et sa fluidité. En quelques mots : Soyez professionnel !

5 - Trouver vos motivations pour vous autoéditer. Ecrire est un choix, s’autoéditer en est un autre. Il est plus facile d’écrire que de s’autoéditer car le travail à fournir pour publier un livre est plus complexe et périlleux que l’écriture de l’œuvre elle-même. Un auteur consacrera 20 % de son temps à écrire son livre, 5 % pour le publier et 75 % pour le marketing et la promotion. Réfléchissez-y, ces trois chiffres sont très importants pour votre organisation.

6 - Cibler votre public. Avant de parler marketing il faut savoir qui seront vos lecteurs. Ecrivez-vous pour des femmes au foyer, des sportifs de haut niveau, des jeunes gens avides d’aventure, votre livre estil tout public? Définir votre ou vos cibles vous permettra d’établir les meilleures démarches de communication essentielles à la vente de vos titres.

7 - Penser au numérique. Même si le livre papier ne sera jamais rem
placé par les livres numériques, de nombreux clients ont trouvé un bon compromis leur permettant de faire face à la crise tout en continuant de lire. Moins chers, accessibles instantanément, les Ebooks font aujourd’hui partie intégrante du commerce du livre.

8 - Protéger ses œuvres. Cela va sans dire, mais c’est mieux en le disant : Attribuer un ISBN à chacune de vos œuvres est indispensable. A noter que chaque format de vos titres se verra attribué un numéro ISBN unique, que ce soit un format poche, numérique, économique, etc.

9 - Investir dans des supports marketing. Avoir un site Internet est aujourd’hui essentiel et facile. Renseignez-vous sur les différentes façons de créer votre site, même gratuitement. Rendez-le simple et de navigation facile. Un menu, une adresse où vous contacter, sans oublier les couvertures de vos romans. Soyez créatifs, faites-le à votre image et à celles de vos œuvres et n’oubliez pas que les partenaires sont essentiels pour vous faire connaître. Pensez aussi à la distribution de Flyers, à des publicités numériques et enfin, invitez vos lecteurs à laisser des commentaires et avis sur vos titres.

10 - S’adapter et s’informer. Rester aux faits des nouveautés du monde de l’édition sera essentiel dans vos démarches d’autoédition. Vous devez évoluer au même rythme que les éditeurs voire même innover et trouver de nouvelles idées qui vous permettront de vous démarquer des autres auteurs et de trouver votre public.

Par Kyrian Malone

Besoin d’aide ou de conseils supplémentaires ? Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser.
Vous pouvez aussi compléter cet article en témoignant de votre propre expérience !
Rendez-vous sur notre page facebook pour suivre notre actualité et participer à nos concours : www.facebook.com/steditions - www.facebook.com/romans.gays.yaoi
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Amel
il y a 7 ans 1 mois #1004
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Amel
  • Visiteur
  • Rank0

Réponse

Veuillez vous connecter pour lire les réponses
il y a 7 ans 1 mois #1008

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.484 secondes

2008 © 2022 STEDITIONS, livres et romans lesbiens. Tous droits réservés.

Maison affiliée à Homoromance Éditions