[Sarah/Eliza] "Valentine's Dream par Tru

  • Messages : 251
  • Remerciements reçus 69

Nouveau sujet

Titre : Valentine’s dream

Résumé : Sarah, une jeune actrice, éprouve des sentiments secrets pour Eliza. Après un tournage, le soir de la Saint-Valentin, Eliza organise une surprise pour Sarah. Ne s’y attendant pas, Sarah est plus que ravie, mais un évènement imprévu survient.

Notes de l'auteur : J'affectionne les actrices Eliza Dushku et Sarah Michelle Gellar. Elles sont les principaux personnages de cette histoire.

**************

L'allée menant au manoir était plongée dans l'obscurité. Seules les lumières des phares et le vrombissement des grosses cylindrées venaient perturber le silence de la nuit. Dix motards disposés dans un alignement parfait s'apprêtaient à s'élancer vers un autre, situé en face à quelques mètres, moteurs éteints. Moulée dans une combinaison de cuir, Eliza inspira profondément, mit son casque et enfourcha sa somptueuse Gold Wing. Soudain, un vacarme assourdissant retentit. Les rugissements aigus des motos indiquèrent à la brune que c'était le signal. Elle fit vrombir sa moto et s'élança au bout de l'allée. Arrivée au milieu, elle freina subitement et retira son casque. Les autres motards la voyant immobile prirent aussi la décision de s’arrêter. Une angoisse non prévue à la scène s'empara d'Eliza, faisant accélérer les battements de son cœur.

« Coupez…. On arrête tout »

Enervé, le metteur en scène se leva brusquement de son fauteuil, le faisant valser quelques mètres plus loin. Sans plus attendre, il se dirigea vers la brune. La dernière scène du film "mortelle équipée" était entrain de se tourner. Les motards éteignirent leurs moteurs et attendirent les consignes de leur metteur en scène. Eliza était consciente qu'il était très exigent sur certaines scènes. Elle avait accepté de le faire, mais cela était trop pour elle. Son casque à la main, elle se dirigea vers les autres figurants.

Eliza : Désolé les gars...impossible de le faire

Le metteur en scène : Eliza...tout ce que tu dois faire est de foncer et quand les phares s'éteignent, tu fais un quart de tour sur ta gauche. Tu freines un peu plus loin, tu descends de la moto et tu t'enfuis vers le manoir pendant que les autres te prendront en chasse à moto.

Eliza remettant sa veste : Je ne peux pas le faire Matt… il va falloir trouver une solution...Puis, je suis fatiguée

Le metteur en scène passant les mains dans ses cheveux : ok...On arrête pour aujourd'hui. Je vais contacter ta doublure pour cette scène… … John, appelle Amber et dis-lui que je la veux ici à 7h00 demain matin.

Il se retourna pour l’informer des nouvelles directives, mais la vit discuter avec une jeune femme blonde. Il sourit en reconnaissant la nouvelle actrice qui jouait dans le dernier Steinbeck. Elle était souvent sur le tournage ces derniers temps.

« Matt… On fait quoi nous »

Le metteur en scène se retourna vers les autres figurants.

« Ok les gars, on a fini pour aujourd’hui, on reprendra demain… En attendant, beignets et bières pour tout monde «
Les motards se tapèrent dans les mains et se dirigèrent vers la caravane pour se restaurer.

**********

Le silence régnait entre Eliza et Sarah pendant qu'elles se dirigeaient vers la cafétéria. Malgré quelques fans leur demandant de signer quelques autographes, elles n’étaient pas beaucoup dérangées. C’est donc sans difficulté, qu’elles se dirigèrent vers un coin isolé. Sarah la voyait si fatiguée, qu’elle désirait prendre Eliza dans ses bras et l'emmener très loin de tout.

Eliza : Va t’assoeir, j’emmène nos boissons »

Sarah était consciente qu’elle était en proie à des sentiments nouveaux pour la petite brune. Elle les assumait, mais ne savait pas comment les faire comprendre à Eliza. Elle s'autorisait parfois quelques gestes affectueux, comme la main sur l'épaule, une mèche qu'elle remettait derrière une oreille. Un jour, Sarah avait tressailli sous un contact plus appuyé que d'habitude dans le bas de son dos. Elle fit comme si de rien n'était et continua la conversation. La blonde ne savait pas si Eliza avait sentit son frisson, ne voulait pas en tenir compte ou faisait semblant de rien. Elle espérait un geste, un mot lui indiquant que c'était réciproque. Devant le manque de réaction de la brune, Sarah prit la décision d’abandonner.

Dans ses pensées, elle ne vit pas Eliza revenir avec leurs consommations. Tenant les deux verres, la brune se laissa tomber sur le siège en face de la blonde.

Eliza (soufflant) : encore une journée comme celle-ci et je demande ma démission.

La brune posa son menton sur sa main gauche et scruta Sarah intensément. La voyant dans ses pensées, elle ne put s'empêcher de sourire. Elle tourna son regard dans la direction où regardait la blonde. Un jeune couple se tenait la main, penché au-dessus de la table et buvait dans le même verre avec une paille.

Eliza : C'est la Saint-valentin ce soir...Tu as une petite soirée romantique en perspective?

Au mot « Saint-Valentin », Sarah se redressa subitement

« Désolée… Tu disais quoi?

Eliza s’étirant : je disais que je suis complètement épuisée... Je vais rentrer et dormir tout mon soûle

Sarah (déçue) : Et le cocktail ?...on devait y aller ensemble

Eliza : Tu iras seule...Tu trouveras toute la bande là-bas de toute façon… puis l'un des figurants te trouve mignonne, alors ça tombe bien.

Sarah : Mais c'est toi que je veux… enfin, je veux dire... (Rougissant) Je me sentirais plus à l'aise si tu es là, donc c’est pour cette raison que je te veux…. Avec moi…. Là-bas.

La brune sourit en coin en voyant Sarah bafouiller et rougir

Eliza : Désolée, il faut absolument que je rentre.

Elle saisit son sac, sa veste et comme d'habitude en passant à côté de la blonde, elle se pencha pour lui faire une bise sur la joue. Sarah lui dit au revoir et la regarda s'éloigner vers la sortie. Elle toucha sa joue et ressentit des papillons dans le bas de son ventre.

* Reprends toi Sarah…c'est juste un baiser...ne te fais pas d'illusion*

Secouant la tète, la blonde se leva pour partir et se préparer pour la soirée en perspective.

« Excusez-moi madame, vous êtes bien Sarah Gellar ?

Elle se retourna vers le jeune homme. D’une main tremblante, il lui tendit une photo découpée dans une revue people

« C’est pour ma cousine… Elle aimerait un autographe »

**************
Dans sa salle de bain, Sarah vérifia une dernière fois sa tenue. Elle avait hésité sur plusieurs, mais opta finalement pour un pantalon noir, une chemise blanche et une petite veste en cuir rouge. Regardant l'heure tardive, elle grimaça, se dépêcha de se maquiller et de se coiffer. Elle sursauta en entendant la sonnerie de la porte. Elle alla ouvrir en saisissant au passage sa veste et son sac.

Sarah (en colère et lui montrant sa montre) : vous avez vue l'heure… je suis en retard et je déteste ça

Le chauffeur (immobile) : Mademoiselle Gellar?...la personne qui m'a embauché pour la soirée m'a prié de vous remettre ça…

La blonde sceptique, regarda l’écharpe et le bandeau dans la main du chauffeur.

« Cette personne a bien spécifié que vous devez mettre le bandeau et ne l'enlever sous aucun prétexte »

Sarah (ironique et les mains sur les hanches) : et vous croyez que je vais vous obéir!!!...qui me dit que vous n'allez pas me kidnapper et m'emmener je ne sais où à l'autre bout du monde, enfermée dans le coffre d'une voiture, puis dans une malle sans air et sans une bouteille d'eau pour survivre.

Le chauffeur amusé, souriant et secouant la tête : Elle a aussi prévue votre réaction… (Lui tendant un objet) elle m'a remit ça pour vous, en disant qu'il fallait lui faire confiance.

Sarah hésitante, saisit l'objet représentant un arc de cercle. Comprenant et souriant en coin, elle enleva celui qu'elle avait au cou. Il s'emboita parfaitement dans l'autre. Un sentiment de bien-être l'envahit à la perspective de la soirée. Et c'est en courant presque qu'elle suivit le chauffeur. A l'intérieur de la limousine, sous les ordres de celui-ci, elle mit le bandeau et l'écharpe. Au bout d'une demi-heure de route, sentant la voiture tressautée, elle savait qu'ils avaient empruntés un chemin de terre et qu'ils s'éloignaient de plus en plus de Los Angeles. Elle n'était pas angoissée, mais intriguée. La limousine s'arrêta. Sarah attendit patiemment derrière, essayant de deviner l'existence d'une présence. Sentant une main sur son poignet, instinctivement elle s’enfonça un peu plus dans le coin de la porte.

« N’ai pas peur, c’est seulement moi »

La brune lui prit la main et l'aida à sortir de la voiture. Sarah entendant des murmures, comprit qu'elle était en train de parler au chauffeur. Elle leva sa main vers ses yeux pour enlever le bandeau, mais Eliza arrêta son geste

« non pas question, tu vas gâcher ma surprise!... (Susurrant dans le creux de l’oreille) gardes-le encore ma belle.

Sarah frissonna au souffle et au mot affectueux. Elle pencha la tète pour mieux sentir son souffle. Son cœur battait la chamade en entendant les mots d'Eliza. Cette dernière lui prit les deux mains et la tira. De temps en temps, elle lui donnait quelques consignes pour monter une marche ou alors éviter une branche. La blonde frissonna en sentant l'air frais de la nuit. Elle sut à ce moment là qu'elles se trouvaient en hauteur. Eliza la voyant tressaillir s'approcha d'elle pour resserrer son écharpe autour de son cou. Sans hésiter, elle enleva son manteau et le posa sur les épaules de la blonde et attacha le premier bouton.

Eliza : ça va mieux!...si tu as froid dis-le moi

Sarah : non...ça va...tu sais que je ne sais plus quoi dire là!...pas que cela ne me plait pas! Au contraire, je suis ravie d'être en ta compagnie, mais reconnais quand même que cette situation est assez bizarre...d'ailleurs ou tu m'emmènes comme ça! … Eliza?... (La voix affolée) Eliza où es-tu?...ELIZA!!!
La brune s’approcha de Sarah par derrière et l’enlaça

Eliza lui susurrant à l’oreille : je suis là...mais il faut que je m'éloigne quelques secondes, alors ne t'affoles pas...je ne serais pas loin...ok ?

Se retournant plusieurs fois sur elle, Sarah essayait de deviner ce que faisait la brune, mais en vain.

Sarah : D'accord, j'attends...je pensais partir à un cocktail ce soir et toi au lit fatiguée...et je me retrouve ici, les yeux bandés, dans un endroit inconnu...(Souriant) tu sais que je peux porter plainte pour kidnapping?

Soudain, une mélodie s'éleva dans le silence de la nuit. Elle tendit l'oreille pour écouter la voix douce. Elle ne comprit pas les paroles, car c’était de l’espagnol, mais pouvait ressentir tout l'espoir et l’amour que mettait la chanteuse au travers de sa chanson .Sarah sentit la brune se glisser dans son dos et se coller à elle. Appréciant le contact, elle se laissa retomber contre son torse. Eliza posa son menton sur son épaule.

Eliza : Pour kidnapping, vraiment!!!....tu changeras d'avis dans quelques secondes.

Elle garda sa main gauche sur son ventre et releva sa main droite pour lui enlever le bandeau. La blonde cligna des yeux plusieurs fois afin de s'habituer à l'obscurité. Ne sachant plus quoi dire, elle fixa étonnée la rose qu'Eliza tenait devant son visage. Elle se pinça la lèvre inférieure comprenant. Saisissant délicatement la rose, elle la porta à son nez afin d'humer son parfum. Elle la respira profondément et sourit. Combien de fois, elle avait rêvé de cette situation. Elle sentit son cœur battre de plus en plus fortement dans sa poitrine.

Sarah : Mais je croyais que...enfin...je veux dire que...alors tu savais que...et toi aussi tu...tu savais ce que je ressentais pour toi alors ?

La brune attendrie la serra un peu plus contre elle. Elle la berça tout en suivant le rythme de la musique. Délicatement, elle effleura de ses lèvres les cheveux de la blonde.

Eliza : oui...je ressens la même chose tu sais...mais je ne voulais pas te le dire comme ça...je voulais un moment unique pour qu'on s'en souvienne … (tendant sa main devant elle) et le soir de la Saint-Valentin, cette vue idyllique, cette musique sont les bons moments pour t'avouer mes sentiments.

Sarah émue pencha sa tète sur celle de la brune et ses yeux brillants se dirigèrent vers les lumières de Los Angeles...s'y noyant. Troublée, elle se retourna dans les bras d’Eliza. Délicatement, elle lui remit une mèche brune derrière son oreille, puis suivit de ses doigts le contour de ses sourcils et sa pommette. Sarah déploya ses doigts sur sa joue et y posa sa paume. Eliza tourna son visage et effleura délicatement sa paume de ses lèvres.

Sarah (lui caressant la joue) : alors pendant tout ce temps, tu m'as fais mariner. Moi qui te croyais aveugle à mes sentiments...je t'ai même écrite une lettre, je voulais te l'envoyer, mais finalement je l'ai déchiré, en voyant qu'il n'existait aucun espoir pour qu'on soit ensemble.

Eliza : Sarah...je ne suis pas très fortiche pour parler, mais…

Sarah la fit taire en posant délicatement ses lèvres sur les siennes. Elle mit toute la douceur qu'elle pouvait lui donner au travers de ce baiser. Plus rien d'autres ne comptait que cette soirée passée dans ses bras. Elle voulait se souvenir à jamais de ce moment là. Elle sentit la brune tressaillir. Elle ne savait pas si c'était à cause du baiser ou la fraicheur de la nuit. Sans quitter ses lèvres, elle enleva le manteau de ses épaules et le reposa sur celles de la brune. La prenant par son col, elle tira Eliza un peu plus près pour approfondir le baiser. La prenant par la taille, Eliza hissa Sarah pour la faire assoir les jambes de chaque côté de sa moto .Elle grimpa et se mit derrière la blonde.
Sarah ne put s'empêcher de pousser un soupir de satisfaction en se serrant contre elle. Surtout que la brune avait les mains posées sur ses cuisses. Eliza l'enlaça et posa son menton sur son épaule. Les désirs les plus fous de Sarah étaient entrain de se réaliser. Une envie presque violente la prit en sentant Eliza contre elle. Elle voulait sentir sa peau nue contre la sienne. Sarah avait conscience qu'il était encore trop tôt. Elle ne voulait pas brusquer les choses. Tournant légèrement la tète, la blonde caressa de son nez les cheveux d’Eliza et inspira bruyamment, ce qui fit frissonner la brunette. Sarah se cala un peu plus entre ses jambes. Elle tendit sa main en arrière pour emprisonner sa nuque et fit courir ses doigts dans ses cheveux bruns. Tournant légèrement la tète, elle posa ses lèvres sur celles d’Eliza. Il n'y avait rien d'autres dans ce baiser, que le seul désir qu'elles avaient de se montrer leur attachement.

Eliza : Si tu me parlais de ta lettre maintenant

Sarah (lui caressant les cheveux) : Je te parlais de moi, de nous, de mes envies, de mes désirs, l'espoir qu'un jour peut-être nous serons ensemble... (Posant ses lèvres sur ses cheveux bruns)... Je te racontais aussi la peine que je ressentais quand tu n'étais pas à mes côtés...je vais te paraitre puérile, mais c'est pour ça que je venais souvent te voir sur le tournage! Je ne voulais pas m'éloigner un seul jour de toi...et j'ai l'espoir secret aussi qu'un jour, nous aurons un contrat commun pour le même scénario pour un film

Eliza : Pourquoi pas? Ca peut se faire ça...j'en parlerais à mon producteur.

Soudain, une légère vibration du sol inquiéta Sarah. Elle descendit de la moto et tira Eliza avec elle.

Sarah : T'as rien senti ?

Eliza (l'enlaçant) : senti quoi?...ça vas pas Sarah?

Sarah : c'est rien...il m'a semblé que le sol avait tremblé

Eliza : Un séisme tu crois?...quoi que c’est normal pour Los Angeles…tant que ce n'est pas le Big One...aucun souci

A ces derniers mots, une vibration plus forte que la précédente fit tomber la moto. Sarah affolée se précipita dans les bras d'Eliza.

Sarah : ça y est c'est la fin...on va mourir toutes les deux le soir de la Saint-valentin

Eliza sourit, en voyant une vingtaine de motards grimper la colline.

Eliza (tournant Sarah) : ce n'est pas encore pour aujourd'hui...le voila ton séisme

Un vacarme assourdissant s'éleva de la vallée. Elles regardèrent étonnées les motos passées à une vitesse folle. Sarah tira Eliza dans ses bras et l’embrassa passionnément.



**********

« Eliza ? »

Un cri … « ELLIZZAAA »

Sarah se réveilla en sursaut. Assise sur son lit, elle jeta des regards anxieux dans la pièce. Il lui fallut un moment pour comprendre qu'elle était dans sa chambre et non avec Eliza quelque part à l'extérieur de Los Angeles. Déçue, elle se laissa retomber en arrière sur son lit

« Bon sang...c'était qu'un rêve.... »

De rage, elle balança un coussin à travers la chambre.
Un rêve...la scène du tournage d'Eliza, leur discussion dans la cafétéria, le chauffeur de la limousine, la lettre, la soirée où elles s'étaient déclarées leur amour réciproque, tout s’étaient déroulé dans son rêve. En colère, elle se leva subitement, saisit un cuir et un débardeur avant de se diriger vers sa sale de bain. Au passage, elle donna un coup de pied dans le coussin toujours par terre, le faisant voltiger dans le couloir.
Sa douche prise, elle s'habilla, se coiffa et se maquilla. Elle allait se mettre du mascara, quand soudain un sentiment bizarre l'envahit. Elle chercha du regard, ce qui avait changé dans sa salle de bain, mais chaque chose était à sa place. Dans le salon, rien n'avait été déplacé. Retournant dans la salle de bain, un vertige la saisit en voyant une rose, un bandeau et une écharpe posés par terre.

" Non...c'est pas possible!...je suis encore dans mon rêve là"

Elle ferma les yeux et les rouvrit doucement. Les objets avaient disparus.

" J'ai des hallucinations!!...il faut absolument la faire sortir de mon esprit...

Déterminée, Sarah se dirigea vers son salon et saisit son téléphone

« Pour commencer, lui dire que je ne pourrais pas venir la voir demain...et que je vais être overbookée les mois qui arrivent »

#Salut, c'est Sarah #

# Hey salut toi...dis-moi que tu m'appelles pour me dire que tu viens toujours me voir demain »

# Justement… ce soir je suis épuisée, je préfère me reposer demain, en plus je serais prise par mes nouveaux contrats dans les jours à venir...on ne pourra plus se voir aussi souvent, désolée Eliza #

La sonnerie de la porte la fit sursauter.

# On sonne à la porte, je dois aller ouvrir là #

# prends ton temps...je reste au téléphone...mais c'est dommage qu'on ne ...#

Sarah (en colère et ouvrant) : il est tard...ce n'est pas une heure p...

# (toujours au téléphone)... ne puisse plus se voir aussi souvent#

Elle resta bouche bée en voyant devant elle Eliza, habillée en chauffeur de limousine, le téléphone dans la main gauche, une rose, une écharpe et un fin bandeau noir dans la main droite. Le cœur palpitant, elle resta sans réaction face à la brune. Sarah pensait avoir encore une hallucination.

" (Fermant les yeux) t'es pas réelle, t'es pas réelle...je vais ouvrir les yeux et tu vas disparaitre"

Eliza amusée, s'approcha pour l'enlacer.

Eliza (Emue ) : Hey ouvres les yeux, je ne suis pas un fantôme....je fais le premier pas, puisque tu ne veux pas le faire.

Elle la contourna tout en faisant glisser sa main gauche le long de son ventre. Sarah tressailli à ce contact. Eliza se plaça dans son dos et remonta doucement sa main contenant la rose.

"(Lui tendant la rose) ça... c'est pour te dire que je t'aime et que la soirée nous appartiens"

La blonde, le cœur palpitant, saisit la rose et instinctivement la porta à son nez comme si elle voulait capturer de nouveau le parfum de son rêve.

"(Lui mettant le bandeau) ça...c'est pour la surprise que je te réserve … (lui susurrant à l’oreille) je te kidnappe...mais n'ais pas peur...on passera une bonne soirée dans un cadre idyllique.

Sarah (se laissant tomber en arrière) : je n'ai pas peur, tant que je suis avec toi

La blonde se cala contre son torse, ressentant la même chaleur de son rêve. Elle ferma les yeux et poussa un soupir de satisfaction.

"(Lui mettant l'écharpe et la retournant) ça...c'est pour éviter que tu prennes froid"

La blonde, sans plus attendre se jeta à son cou pour l'embrasser.

Sarah (dans le baiser) : je te suivrais ou tu veux Eliza...c'est mon rêve le plus secret

Eliza (resserrant son étreinte) : le mien aussi...depuis bien longtemps

La blonde lui saisit la main et se laissa guider. Un sentiment de bien-être l'envahit. Son rêve était effectivement entrain de se réaliser.

FIN
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Webmaster
il y a 7 ans 4 mois #417

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.540 secondes

2008 © 2022 STEDITIONS, livres et romans lesbiens. Tous droits réservés.

Maison affiliée à Homoromance Éditions