Logosted2
×
 x 

Panier Vide
Shopping cart
Panier Vide
Articles
Categories
Ebooks à télécharger

Serial Killer Versus - Une élève douéeRésumé : Regina Queen est une femme active. Superviseur au Bureau d'investigation du Federal Plazza à New York, elle enseigne également la criminologie à l'université Columbia de New York. Femme célibataire, carriériste, active, respectée et reconnue pour ses talents d'analyste comportementale, elle fait la connaissance de sa nouvelle élève, Emma Leary, la fille de la célèbre profileuse plus connue comme l'ancienne amante de l'Etrangleur de Northfolk. Emma Leary n'a qu'un objectif en entrant dans la classe de Regina Queen : Lui montrer qu'elle est la digne fille de ses mères.

Format Livre 305 pages - 19.71€ - COMMANDER

Amazon2  Lulu  

Format ebook Membre Premium Platinium, Gold et Diamant - (EPUB téléchargeable)

Ebookprem

Prochainement en format Ebook AVEC DRM sur ;

 Amazonkindle Kobo 

Lire un extrait

Numéro ISBN: 978-1-291-89298-7

 

 

Commentaires (13)

This comment was minimized by the moderator on the site

Voici ma chronique, également disponible sur mon blog

Cette semaine, je vous parle de « SK Versus », un roman spin-off, autrement dit, inspiré et basé sur la saga Serial Killer aussi créée par Kyrian Malone et Jamie Leigh. Comme son titre l’indique, il s’agit donc d’un thriller où l’intrigue policière se mêle à une histoire d’amour aussi passionnée que désespérée. Une fois de plus, Kyrian Malone et Jamie Leigh bousculent les jugements, les valeurs et les principes moraux en s’inspirant de la dualité entre deux personnages parfaitement opposés.

A première vue, rien n’aurait dû les réunir… Pour ceux et celles qui ont eu le plaisir de lire la saga Serial Killer, cela ne vous rappelle rien ? Mais revenons d’abord au résumé de l’histoire avant d’aborder son côté passionné et désespéré.

Difficile de publier une chronique sans risquer de dévoiler certaines parties de la saga. Alors je m’efforcerai de donner mon avis, mes sentiments sur ce roman qui déstabilise, surprend et révolte, sans vous parler des détails de l’intrigue.

L’histoire respecte l’ambiance « Serial Killer ». Noire, indélicate, addictive et délirante, elle vous emporte aux tréfonds des esprits mal intentionnés, délicieusement perturbés et fascinants, qu’on nous laisse visiter. Là, il n’est pas question de s’attendre à une romance légère, une balade au « pays des merveilles » où tout finit bien, où les méchants sont éliminés, où les gentils finissent heureux avec beaucoup d’enfants… Digne suite de la saga trépidante, SK Versus s’impose par sa qualité d’écriture et ses troublantes descriptions. Une plongée au fond des abymes d’où l’on ne ressort pas indemnes.

Des esprits à ce point malsains peuvent-ils réellement exister ? Comment pouvons-nous ne pas les repérer ? Les réponses nous sont données avec parcimonie, minutie et attention. Des informations recherchées, apportées avec soin pour nous garder dans une réalité difficile à concevoir pour nous, pauvres « communs des mortels« . Dès les premières pages, les auteures nous plongent dans le décor, en plein cours de criminologie pour nous présenter Regina Queen, professeure et profileuse réputée. Celle-ci est autoritaire, ambitieuse et convoitée… Cela ne vous rappelle pas encore quelque chose ? Puis, elles nous ouvrent les portes de la demeure des Ryan-Leary et nous font découvrir ses nouveautés, ses habitudes, ses changements et enfin Emma, leur cadette. Pour les adeptes de « Serial Killer » comme moi, c’est un peu comme si l’on revenait à la maison, on s’y sent tout de suite intégré, très vite attaché. On reconnaît les personnages présents dans la saga sans avoir besoin de relire tous les « Serial Killer ». Ce qui fait de « SK Versus », un roman à part entière que même les novices peuvent dévorer.

Sarah Leary, la célèbre profileuse vit en couple avec Dorian Green, ou plutôt Faith Ryan, plus connue sous le doux surnom de l’Etrangleur de Northfolk. Toutes les deux coulent des jours tranquilles après un déménagement express à New-York pour le plaisir de leur cadette Emma Leary qui vient d’intégrer la grande université de Columbia. On ne tarde pas à connaître sa personnalité « à part », à discerner quelques terrifiantes ressemblances avec sa mère, Faith Ryan à travers une courte conversation entre les deux. On ne nous laisse pas tergiverser pendant des pages et des pages ce qui nous rend d’autant plus avides dès les premières minutes de lecture. Plus on en sait, plus on en veut !

Le personnage d’Emma s’impose très rapidement au milieu de notre fameux couple Sarah et Faith. Leur fille porte en elle l’héritage de ses parents, aussi attachant que dangereux. Comme souvent à la lecture des romans de Kyrian et Jamie, des questions apparaissent, des réflexions sur l’existence, l’hérédité, l’éducation, la fatalité… Pouvons-nous hériter de certaines pathologies ? Seraient-elles curables ? L’éducation, l’amour et la présence des parents autour de l’enfant feront-ils de lui un être normal et civilisé? Dans « SK Versus », Emma Leary a tout pour réussir dans la vie et pourtant, sa curiosité dépasse les limites du raisonnable. On s’aperçoit très vite que l’histoire se répète comme si la famille Ryan-Leary devait assumer ce qu’elle représentait jusqu’au bout, jusqu’à perpétuer sa renommée en dépit des bonnes résolutions.

Mais une « Ryan » ne saurait se passer de sa « Profileuse ». Comme Faith a traqué Sarah jusqu’à en faire sa femme, Emma traquera Regina Queen jusqu’à la posséder… Ainsi débute la passionnante rencontre entre l’actuelle grande profileuse Regina Queen et la jeune mais non moins dangereuse Emma Leary, la fille de l’Etrangleur. Leur écart d’âge, leur position sociale, leur rôle au sein de l’université, tout les oppose. Mais la détermination d’Emma, ses obsessions, ses fantasmes, son apprentissage auprès de sa tueuse de mère la rendront irrésistible aux yeux de Regina. Alors on pourrait s’attendre à lire une autre version de Serial Killer, mais il n’en est rien et ce serait sans compter sur l’imagination fertile de nos deux auteures. Parce qu’Emma n’est pas Faith et Regina n’est pas Sarah. Cette relation entre le professeur et l’élève – la proie et le prédateur – est bien différente de celle que l’on connaît dans Serial Killer. D’abord loin d’être évidente, elle devient peu à peu inéluctable, puis indispensable et nécessaire. Au fil des pages, on découvre la force et le caractère de Regina Queen, une femme intelligente et charismatique à la beauté envoûtante. Raisonnée et réfléchie, elle se confronte à la ténacité, la fougue et l’insolence d’Emma Leary, de quinze ans plus jeune qu’elle.

On ne choisit pas qui on va aimer et Regina Queen l’apprendra à ses dépends. En plus d’être surdouée et déterminée, Emma lui fera découvrir les recoins de sa propre personnalité. Quand on s’oublie au profit d’une grande carrière, on oublie aussi qui on est, les limites, les capacités de l’être qu’on représente. Faut-il se battre par amour jusqu’à écarter des valeurs les plus fondamentales de la société ? On reprendra alors la phrase des Pensées de Pascal pour illustrer la relation entre Regina et Emma : « Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point. » Parfait résumé de leur histoire. Entre peurs, remises en question, colère et désir passionné, nos deux belles devront lutter pour se trouver. En dehors des règles de l’université, des convenances, des statuts sociaux, existent pires obstacles à franchir : l’orgueil, l’envie, la solitude, l’attachement irrésistible… Comment aimer un être au raisonnement indécent, un esprit malade qu’on ne peut guérir ? Devons-nous changer, courber l’échine, arrondir nos angles pour vivre l’Amour, le vrai ? Quels sacrifices devrons-nous faire ? Vivre est toujours mieux que survivre… Autant d’interrogations posées au fil des pages, autant d’énigmes à résoudre. Faciles à faire loin du livre, quand la vie ne nous montre pas ses pires détours. Encore une fois, Kyrian et Jamie nous amènent à la question évidente : Que ferions-nous à leur place ?

Une histoire intense, dure, captivante et difficile. Les barrières volent, des tabous explosent pour nous ouvrir les yeux sur une réalité terrible et non moins fascinante. Parce que tout n’est pas blanc ou noir, le gris existe pour nous faire réfléchir et évoluer. Parce que Regina n’est pas forcément la gentille et Emma, la méchante, quand on ouvre ce livre, on est forcé d’aller jusqu’au bout.

Et si vous n’avez pas lu « Serial Killer », peu importe, vous aurez envie de le découvrir après la lecture de « SK Versus » !

This comment was minimized by the moderator on the site

Bonjour, hm, pourquoi je n’arrive pas à lire l’histoire ?

This comment was minimized by the moderator on the site

Tout d'abord, j'ai été agréablement surprise de l'histoire (je n'ai pas lu les SK). Le résumé m'avait tout de suite donné envie de lire le livre, et la trame m'a captivé jusqu'à la fin, ou jusqu'au matin. J'ai été aussi surprise sur le fait que j'ai réussi à m'éloigner des personnages de OUAT, malgré le fait qu'ils étaient bien ancrés dans mon imagination ! Haha.
C'était un défi pour SK VERSUS, en reprenant les 2 persos principaux, avec des traits de caractère différents. Je me suis tout de suite imprégné de l'ambiance, des tiraillements de personnages, des tensions...

There are no comments posted here yet
Charger plus